Les Français ne devront pas attendre la fin du quinquennat pour l’exonération de la taxe d’habitation

Pourquoi le gouvernement a-t-il décidé de retarder la réforme de la suppression de la taxe d'habitation ?

Grande mesure phare de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, l’actuel Président de la République avait promis une baisse et surtout une exonération de la taxe d’habitation pour 80% des Français pour l’année 2017-2018. Après avoir annoncé qu'il faudrait attendre la fin du quinquennat pour que la suppression de la taxe soit effective, revirement de situation. Les Français ne devront pas attendre la fin du quinquennat ! Explications.

Plusieurs mesures fiscales majeures dans un premier temps repoussées par le Gouvernement

Quand prendra effet la réforme de l’exonération de la taxe d'habitation ?

Édouard Philippe a annoncé que la suppression de la taxe d'habitation serait décalée à la fin du quinquennat.

Le 4 juillet 2017, lors de son discours de politique générale face à l’Assemblée, le Premier ministre, Édouard Philippe a détaillé les grands chantiers et les mesures fiscales que le gouvernement entend appliquer prochainement. Entre l’augmentation du prix du tabac, une réforme du baccalauréat et une revalorisation du minimum vieillesse, plusieurs grandes mesures seront mises en place dès 2018.

Dans un premier temps annoncée comme repoussées, l’exonération de la taxe d’habitation pour 80% des Français serait finalement prévue pour 2018 selon des sources officieuses. Pour rappel, l’exonération de la taxe d’habitation devait bénéficier en priorité aux classes moyennes dont les revenus annuels sont compris entre 14 820€ et 23 840€ par unité de consommation.
L’objectif ? Permettre à ces 80% de Français, qui ont des revenus légèrement trop élevés pour bénéficier d’une exonération d’impôt, d’accroître leur pouvoir d’achat. L’économie pourrait donc être d’approximativement 500€.

La suppression de la taxe d’habitation pour une partie de la population

Selon le chef du gouvernement, la suppression de la taxe d’habitation sera réellement appliquée, mais sans préciser de calendrier clair et précis. Une réforme qui était pourtant qualifiée par Emmanuel Macron de « la plus essentielle et la plus juste pour le pouvoir d’achat des Français ». Édouard Philippe a tout de même précisé que le Président et le gouvernement souhaitent tenir cette promesse et que la réforme sera belle et bien mise en place d’ici la fin du quinquennat de Macron.

Si les foyers français qui devaient être exonérés de la taxe habitation ne voient pas d’un très bon œil ce retard, les collectivités territoriales et les maires de France sont eux soulagés. Ces derniers ont peur de voir leurs ressources propres disparaître et donc de perdre leur indépendance financière. Alors que la dette des collectivités ne cesse d’augmenter, le coût de cette réforme pourrait s’élever à plus de 10 milliards d’euros.

La décision du chef du gouvernement divise même les politiques, certains avaient appuyé la décision d’Emmanuel Macron de supprimer un « impôt injuste », d’autres approuvent pour le bien des finances publiques et des dettes des collectivités territoriales. Une affaire à suivre donc.

Mise à jour le