Assurance : les prix explosent, peut-on trouver une solution ?

Assurance : les prix explosent, peut-on trouver une solution ?

Publié le
min de lecture

En 2024, le prix de l’assurance habitation devrait connaître une hausse comprise entre 5,5 et 7,5%. L'assurance auto n’est pas en reste, avec une augmentation des tarifs prévue entre 4 et 5%.

Plus de doute possible : face aux dérives environnementales et économiques, le prix des assurances va encore augmenter en 2024. Si les spécialistes du secteur s’accordent à le dire, c’est en partie parce que les compagnies d’assurance doivent supporter des coûts plus élevés que jamais.

📈 Catastrophes naturelles, inflation… Des facteurs qui favorisent la flambée des prix

En première ligne, la montée des catastrophes naturelles : cette dernière entraîne inévitablement un taux de sinistralité exacerbé. Selon France Assureurs, sur l’année 2022 uniquement, les compagnies d’assurance ont dû s’acquitter de la coquette somme de 10,6 milliards d’euros pour couvrir les dégâts liés aux évènements climatiques. Si 2022 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, elle s’est aussi fait ressentir sur le budget des assureurs : les épisodes de sécheresse ont engendré des dommages à hauteur de 3 milliards d’euros.

Un scénario de film apocalyptique, accentué par une inflation à 5% qui gronde en arrière-plan. Elle aussi pousse les assureurs à augmenter leur prix. Par exemple, le coût des réparations automobiles a flambé en seulement un an, avec une hausse de près de 8,5%. En cause ? Des matières premières plus chères.

🔎 Structurel ou conjoncturel : à quel type de problème doit-on faire face ?

La multiplication des catastrophes naturelles ne va pas se calmer de sitôt. Un système économique favorable au réchauffement climatique, des politiques publiques souvent inadéquates face à l’ampleur des enjeux écologiques… Au contraire, les risques liés aux catastrophes naturelles tendent à devenir systémiques.

Or, si un risque devient trop récurrent, peut-on encore vraiment parler de risque ? Pour continuer d’être rentables et de couvrir efficacement les assurés, les compagnies d’assurance ne peuvent prendre en charge que des sinistres qui ne dépassent pas un certain seuil de probabilité. Mais si les catastrophes naturelles à répétition ne peuvent plus être prises en charge par les assurances, qui va indemniser la population touchée par un sinistre de masse ? L’Etat doit-il alors intervenir et se substituer aux compagnies d’assurance, qui ne peuvent pas forcément assumer à elles seules des sinistres d’une telle conséquence ? Doit-on réformer le secteur de A à Z ?

Une première solution pourrait être de proposer des offres d’assurance publiques pour les personnes les plus à risque. Sans parler de réviser la cartographie des sinistres pris en charge par les assureurs…

Une autre solution pourrait être de tabler sur la prévention des risques. Toutefois, si les idées sont là, il faut encore pouvoir les mettre en place. D’où la nécessité de créer un dialogue cohérent entre assurances et gouvernement.

💰 Payer moins cher à court terme, c’est possible ?

Dans tous les cas, ces potentielles solutions devront se déployer sur le long terme. À l’heure actuelle, difficile de contrer la hausse des prix des assurances auto et habitation. Pour éviter une complète saignée du porte-monnaie, les ménages français peuvent toujours appliquer des petites astuces pour réduire la facture. Utiliser un comparateur d’assurance en ligne pour trouver une assurance habitation moins chère, faire appel à un courtier en assurance gratuit qui les aide à choisir la meilleure assurance auto...

Et si de votre côté, vous souhaitez faire baisser le prix de vos assurances sans forcément passer par une aide extérieure, vous pouvez toujours faire le tri dans vos garanties, vous tourner vers les assureurs en ligne, opter pour des contrats personnalisables avec des franchises modulables, ou encore cumuler plusieurs contrats auprès du même assureur (et oui, la fidélité paie !).

Partager cet article !