Permis de conduire : une IA pourrait-elle remplacer les examinateurs ?

ia permis de conduire

Le futur est de moins en moins loin ! En effet, Microsoft Research en Inde a développé et testé l'application HAMS qui pourrait, à terme, remplacer les examinateurs lors du passage du permis de conduire. Cette application fonctionne avec un simple smartphone monté sur le pare brise et des tests ont déjà été réalisés en Inde. Selectra fait le point.

L'application HAMS transforme un simple smartphone en examinateur du permis de conduire

Panneau circulation en Inde

Le test pratique du permis de conduite effectué par un smartphone à la place d'un instructeur en chair en os, cela vous paraît impossible ? Et bien c'est déjà une réalité en Inde avec l'application HAMS (Harnessing AutoMobiles for Safety - en français Exploiter les voitures pour la sécurité) développée par "Microsoft Research" comme le rapporte Gizmodo.

Le fonctionnement de HAMS exploite toutes les fonctionnalités des smartphones mêmes les plus basiques qui disposent déjà de toutes les capacités nécessaires pour être utilisés. Le smartphone est placé sur le pare brise à la manière d'un GPS, avec la caméra frontale qui filme le conducteur et la caméra dorsale qui surveille la route. L'application HAMS exploite aussi la myriade de senseurs disponibles même avec les smartphones premiers prix. L'accéléromètre permet de contrôler les nuances de vitesse de conduite du candidat avec la pédale de frein et l'accélérateur et le GPS surveille la vitesse globale du conducteur durant le parcours.

L'application est aussi capable d'évaluer le candidat sur sa performance de conduite en vérifiant qu'il regarde les rétroviseurs et surveille les angles morts. Ces vérifications sont mises en place grâce à des repères introduits sur un parcours en circuit fermé. Ces repères sont reconnus par l'application qui peut ainsi évaluer la position du véhicule et vérifier sa proximité avec les obstacles que le conducteur devrait éviter. Les développeurs sont encore en train de travailler sur une version qui permettrait d'effectuer l'examen dans des conditions de conduite plus complexes.

Comme l'explique Venkat Padmanabhan, directeur général adjoint du "Microsoft Research Lab" en Inde :

Le projet HAMS de Microsoft India cherche à solutionner ce problème crucial de la sécurité routière en tirant parti de l'intelligence et des mesures de détection des smartphones.

En conditions réelles avec des véhicules de tailles différentes et un trafic dense, HAMS doit encore surmonter des challenges notamment au niveau de ces conditions changeantes qui pourraient modifier les points de vue des caméras des smartphones.

Quels sont les avantages d'un smartphone comme examinateur du permis de conduire ?

L'application HAMS est développée principalement dans un souci d'amélioration de la sécurité routière qui passe selon Microsoft par un meilleur respect des règles de sécurité routière par les conducteurs. L'application HAMS est ainsi développée dans ce sens car la sécurité routière reste un problème majeur dans le monde et en Inde :

La sécurité routière est un problème majeur de santé publique, causant chaque année 1,35 million de morts environ et beaucoup plus de blessés dans le monde, ce qui la place parmi les 10 principales causes de décès. Les pays à revenu intermédiaire, en particulier ceux à faible revenu, supportent une charge disproportionnée d'accidents de la route et de décès.

En ce qui concerne l'Inde notamment, la situation est préoccupante. On compte un accident de la route toutes les quatre minutes, cela représente près de 270 000 décès sur les routes indiennes, soit 20% du total mondial chaque année. Outre le coût humain élevé, les accidents de la route imposent également un coût économique important souligne Microsoft.

Tuk tuk en Inde

HAMS met ainsi en lumière de nombreux problèmes liés à un examinateur. L'application n'est jamais fatiguée ou de mauvaise humeur, ne fait pas de préférences basées sur la race, la religion, le sexe ou la couleur de peau et ne peut pas être corrompue. Un autre avantage, surtout dans les pays en voie de développement, consiste en la possibilité d'effectuer ce test partout dans le monde jusque dans des zones qui jusqu'à maintenant ne disposaient pas de centres de conduites ou d'examinateurs. Les jeunes conducteurs pourront aussi apprécier le fait de ne pas se sentir jugé ou stressé par un examinateur assis juste à côté d'eux lors du passage de l'examen.

Les points négatifs ? Le plus évident reste le fait qu'une machine remplace encore une fois un humain et c'est toute une profession qui pourrait se trouver destituée par un smartphone. Un smartphone ne pourra peut être pas non plus détecter des signes plus subtils d'une personne pas encore prête pour prendre le volant au-delà de ses compétences techniques de conduite.

Finalement, comme le souligne Gizmodo, l'arrivée des voitures autonomes avec les améliorations promises par la 5G, risque aussi de rendre les tests de conduite obsolètes d'ici quelques décennies et de conclure qu'au bout du compte, "le meilleur moyen de protéger nos routes est de sortir complètement les humains de l'équation de conduite."

Mise à jour le