La 5G chez Orange : 2020, c’est demain !

Chez Orange, on travaille déjà à tester et mettre au point la prochaine génération d’Internet mobile : la 5G. Celle-ci va apparaitre sur le marché d’ici deux ans et bouleverser les usages mobiles. La norme 5G permet en effet d’obtenir des débits jusqu’à 10 fois plus rapides que la 4G, mais aussi d’explorer beaucoup de nouvelles applications, dans tous les domaines.

neige paris
Il fallait braver la neige pour se rendre à la conférence organisée par Orange ce matin au palais de Tokyo.

Alors que tout Paris avait revêtu ce matin un manteau de neige, Orange a organisé, au Palais de Tokyo, une conférence pour présenter ses axes de travail en vue du lancement de la norme de téléphonie mobile 5G, prévue en 2020.

En effet, cette nouvelle norme ne se contente pas d’améliorer considérablement les débits existants : un haut débit mobile plus stable et 10 fois plus rapide que la 4G, avec une latence 10 fois moindre, c’est évidemment un confort d’utilisation inédit pour les jeux, les vidéos ou la réalité augmentée...

Mais les caractéristiques de la 5G vont aussi permettre de révolutionner les usages dans de nombreux domaines du quotidien.

C'est ce que rappelle d'emblée la Directrice Exécutive Innovation, Marketing et Technologie d’Orange, Mari-Noëlle Jégo-Laveissière : « La 3G et la 4G ont été pensées avant tout pour les smartphones, la 5G c’est le monde du multi-services, c’est la techno de la décennie à venir. Et l’avenir se prépare aujourd’hui. »

Une conférence "techno" pour une révolution en marche

Selon elle, le développement de la 5G va s’appuyer sur 3 axes :

 un haut débit mobile amélioré, qui potentiellement doit permettre de répondre à l’accroissement de trafic sur l’Internet mobile d’ici 2020. En effet, les prévisions les plus raisonnables tablent sur un doublement de ce trafic... Les futurs réseaux 5G seront théoriquement capables de transférer 20 gigabits de données par seconde en débit descendant (download) et 10 gigabits par seconde dans le sens inverse (upload). Ainsi, un utilisateur de la 5G pourra par exemple télécharger un film en haute définition en deux ou trois secondes.

 un accès Internet fixe performant, rendu possible notamment par la fiabilité de la 5G, dont l’une des caractéristiques natives est la stabilité du socle de connectivité, contrairement à la 4G qui est moins stable. La 5G pourra ainsi compléter le réseau de fibre optique en bout de ligne, ce qu’on appelle la solution « last mile » (c’est à dire du dernier kilomètre) qui va être testée en Roumanie.

 de nombreuses applications sectorielles, rendues possibles par le fait que la norme 5G est configurable selon les besoins, notamment sur deux points très sensibles : le temps de latence et la sécurité. Le temps de latence, par exemple, peut être inférieur à une milliseconde, alors qu’il varie entre 25 et 40 millisecondes en 4G. C’est un facteur essentiel pour les applications dans des domaines aussi divers que la chirurgie à distance ou les véhicules autonomes, où l’instantanéité des échanges est primordiale.

Denis de Drouâs, Directeur des Projets innovants Orange Business Services, abonde en ce sens : « La fiabilité apportée par la 5G va permettre l’essor de nouvelles applications dans tous les secteurs d’activité. » En ligne de mire, de multiples applications professionnelles qui, à terme, vont accompagner la transformation digitale des entreprises et transformer notre quotidien, telles les voitures connectées, les villes intelligentes ou encore la chirurgie à distance...

Quelques tuyaux pour mieux comprendre la 5G

Orange est leader de la 4G et
ambitionne de le rester en 5G.

En marge de cette conférence, l’opérateur réalise déjà des tests, dans le cadre du partenariat 5G annoncé par Ericsson et Orange en octobre 2016. Ces essais, qui vont être étendus en grandeur réelle dans le nord de la France (à Lille et à Douai plus précisément, Orange n’attend plus que l’autorisation de l’ARCEP), ont permis de dégager plusieurs caractéristiques de la nouvelle norme 5G :

 La 5G utilise des ondes centimétriques, dont les fréquences sont environ 10 fois plus élevées que les ondes utilisées aujourd’hui. Celles-ci permettent de bénéficier de larges bandes de fréquence, favorisant ainsi les très hauts débits. En revanche, on sait aujourd’hui qu’elles se propagent moins loin et sont plus sensibles aux obstacles.

 La 5G va également utiliser de nouvelles générations d’antennes utilisant le massive MIMO (pour Multiple Input Multiple Output, c’est-à-dire entrées et sorties multiples). Cette technologie combine un grand nombre d’antennes afin de transporter des débits plus importants. Elle permettra donc à terme d’accueillir un plus grand nombre d’utilisateurs et d’augmenter la couverture mobile.

 Enfin, la 5G utilise le beam tracking (c’est-à-dire la focalisation radio) qui permet de faire converger la puissance des ondes radios vers la position du mobile, améliorant l’efficience globale du système 5G. Orange travaille notamment sur un prototype d'antenne intelligente capable de gérer la connectivité 4G/5G en partenariat avec les firmes Nokia et Kathrein.

L’augmentation significative des débits, y compris en mobilité, est une des promesses de la 5G. Ces débits toujours plus importants seront nécessaires avec les nouveaux usages tels que la réalité virtuelle, la réalité augmentée, ou les besoins du monde professionnel. Grâce à notre partenariat 5G avec Ericsson, nous préparons le futur du réseau. », déclarait récemment Alain Maloberti, Senior Vice Président d’Orange Labs Networks.

Accès Internet fixe en 5G : en bout de ligne...

salle conference orange 5G
La salle de la conférence 5G Orange, plongée dans l'obscurité

La 5G peut aussi constituer une solution d’accès Internet fixe très haut débit. Cette technologie va localement compléter le réseau de fibre optique et contribuer à résorber les « zones blanches » qui parsèment encore le territoire, grâce à ses caractéristiques techniques : le haut débit apporté par la fibre sera facilement supporté par la 5G qui prendra le relais pour desservir plusieurs foyers sur un même site (bâtiment, village...).

C’est ce qu’on appelle la solution « last mile » (c’est à dire du dernier kilomètre), qui va être testée d’ici 2020 en grandeur nature en Roumanie, en partenariat avec Samsung et Cisco.

Légende: Mari-Noëlle Jégo-Laveissière, Directrice Executive Innovation, Marketing et Technologie d’Orange ; Arnaud Vamparys, Senior VP Radio Networks and 5G champion Orange ; Emmanuel Lugagne Delpon, Directeur Orange Labs Networks.

Une infinité d’applications professionnelles en 5G

C’est bien sûr dans le domaine des applications professionnelles que la 5G va apporter le plus d’innovations. En effet, la technologie native de la 5G permet de traiter des données de natures différentes à des vitesses différentes. Cela n’a l’air de rien, mais c’est essentiel... et révolutionnaire ! En effet, on peut désormais « classer » les données selon leur degré de priorité, par exemple, faire passer les informations émises et reçues par un chirurgien en train d’opérer devant le relevé de certains objets connectés, comme par exemple un compteur électrique.

Cette caractéristique fait déjà l’objet d’une polémique : elle est en effet contestée puisqu’elle contredit le principe de la neutralité du net. À ce sujet, Orange a déclaré ce matin, par la voix de Mari-Noëlle Jégo-Laveissière, travailler main dans la main avec l’ARCEP et la Communauté Européenne, afin de se conformer aux règles qui seront édictées.

Cependant, c’est bien cette caractéristique inédite, couplée à son énorme capacité de transmission, qui va permettre à la 5G de révolutionner les applications professionnelles : villes intelligentes, véhicules autonomes, objets connectés, capteurs optimisés... les possibilités qu’elle offre sont désormais quasiment infinies.

2020, c’est - presque - demain !

Pour Orange, la 5G va bien sûr prendre le relais de la 4G progressivement à partir de 2020, en s’appuyant sur le réseau existant. Selon Emmanuel Lugagne Delpon, Orange va « déployer la 5G en faisant évoluer au minimum les cœurs de réseau 4G et en déployant les nouvelles technologies d’antennes 5G ».

Orange compte en effet garder l’implantation des antennes 4G sur les sites mobiles existants. Cela signifie remplacer les antennes, changer les équipements électroniques et la connexion réseau, tout en conservant les pylônes et l’alimentation électrique déjà sur place. Ce sont deux sociétés partenaires, Nokia et Kathrein, qui sont chargées de réaliser un nouveau type d’antenne, capable de gérer à la fois la 4G et la 5G, mais aussi suffisamment compacte pour être installée sur les sites existants.

Quant à la capacité du réseau 5G, elle sera développée au fur et à mesure des besoins, « selon les demandes des clients » - c’est à dire l’accroissement du trafic de data - , et notamment des entreprises. Les villes ne seront pas systématiquement favorisées puisque la 5G va également intervenir au bout du réseau de fibre optique. Bref, il va falloir patienter encore un peu.

Mise à jour le