Compte-titres ou PEA, quel support choisir en 2020 ?

Compte-titres ou PEA, quel support choisir en 2020 ?

Le Plan Epargne en Actions (PEA) et le Compte-Titres Ordinaire (CTO) sont les deux principaux portefeuilles financiers sur lesquels investir son capital, et tenter de faire fructifier son épargne. Lequel de ces supports d'investissement choisir pour investir en Bourse ? Focus de Selectra sur les principales caractéristiques du PEA et du CTO, leur fonctionnement et performances attendues, ainsi que leurs avantages fiscaux.


Comparatif des principales caractéristiques du PEA et du Compte-titres ordinaire
  PEA Compte-titres ordinaire
Titulaire Personne physique majeure non rattachée au foyer fiscal des parents. Personne physique majeure ou mineure (sous autorisation du représentant légal)
Nombre par personne 1 Illimité
Plafond de l'enveloppe 150 000 euros de versement Aucun
Conditions de retrait Pas avant 5 ans Sans condition - A tout moment
Types d'actifs accessibles Limité aux actions de l'Union Européenne ou Espace Economique Européen Tous produits financiers (actions, obligations, OPVCM, ETF, etc.) en Europe et à l'international
Fiscalité Exonération des plus-values si retrait après 5 ans Prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %

Quelles sont les différences entre un PEA et un compte-titres ?

compte-titres

Le PEA (plan d’épargne par actions) et le compte-titres ordinaire partagent des similitudes – ce sont deux enveloppes de placement financiers – mais se distinguent par quelques spécificités importantes :

  • Le PEA bénéficie d'une fiscalité avantageuse. Il s'agit d'une enveloppe réglementé par l'État, tandis que le compte-titres ne dispose d'aucun régime dérogatoire.
  • Les versements du PEA sont plafonnés, contrairement au CTO. Le premier versement ne peut excéder 150 000€ sur un PEA, 225 000€ sur un PEA-PME et 20 000€ pour un PEA jeunes.
  • Le PEA est moins flexible que le CTO. Un retrait avant 5 ans engendre un fiscalité au PFU (30%) et la fermeture du PEA.

Vous trouverez ci-dessous un résumé comparant les deux enveloppes fiscales :

Différences principales entre un CTO et un PEA
Points de divergence PEA Compte-titres ordinaire
Fiscalité Le PEA est une enveloppe réglémentée par l'État bénéficiant d’un cadre réglementaire et d’une fiscalité très avantageuse Le Compte-titres ordinaire qui ne bénéficie d’aucun régime fiscal dérogatoire
Plafonnements des versements Limité à 150 000 euros (225 000 euros sur un PEA-PME) Aucune limite de versement
Souplesse de gestion
  • Les retraits avant 5 ans sont fiscalisés et entrainent la clôture du PEA
  • Capital libéré sous forme de rente viagère à partir de 8 ans
Retrait de fonds possible à tout moment, sans contrainte ni pénalité
Nombre de titres disponibles Limité à un seul type d’actif : l’action sur les sociétés françaises et européennes Tous les types de titres financiers (actions, obligations, trackers, produits dérivés, SICAV et FCP, FCPI et FIP, etc.)
Zones géographiques de placement Actions de sociétés de l’Union Européenne Tous les marchés boursiers

Comment ouvrir un compte-titres et un PEA ?

compte-titres

Pour ouvrir un PEA ou un compte-titres ordinaire, il suffit à tout investisseur de se tourner vers :

Pour ouvrir un PEA, il est aussi possible de passer par un intermédiaire le conseiller en investissement financier (CIF).

Les offres de bourse sont nombreuses en France. Il est plus que recommandé de faire un comparatif d’offres de PEA ou de CTO et de s’appuyer sur divers critères essentiels pour faire le bon choix :

  • Les frais de gestion et de courtage sont librement fixés par les banques. Ces frais peuvent être très différents d’un établissement à un autre, il ne faut donc pas hésiter à poser toutes les questions relatives aux frais de garde, frais de retraits, etc. ;
  • Les titres disponibles peuvent être disparates d’un broker en ligne à l’autre, ou d’une banque à l’autre. Certaines offres comprendront des produits financiers populaires tels que les cryptomonnaies ou des produits dérivés, à côté de produits plus classiques (actions, obligations, SICAV, options, etc.) ;
  • Le service client de la banque en ligne qui peut être joignable par plusieurs moyens de contact (téléphone, e-mail, chat ou espace client), ou en 100 % en ligne ;
  • Les modes de gestion proposés (gestion libre, gestion profilée ou gestion sous mandat).
conseil-selectra

Quel courtier choisir ? Le conseil de Selectra Depuis quelques années, les banques en ligne proposent des offres de placement en Bourse très compétitives. Les brokers en ligne ont su diversifier leurs offres de placement dont la gestion et le suivi peuvent se faire directement en ligne, via un espace client. Qui plus est, les courtiers en ligne (dont Boursorama, Fortuneo, Degiro, eToro, BforBank) appliquent des frais de courtage moins importants que les banques traditionnelles. Pour faire le bon choix, consultez notre comparatif du meilleur courtier en ligne.

Une fois que le choix de la banque en ligne effectué, le particulier doit remplir quelques étapes similaires pour l’ouverture d’un compte-titre ou d’un PEA :

  • Répondre à un questionnaire légal obligatoire pour définir son profil d’investisseur ;
  • Joindre quelques justificatifs (pièces d’identité, justificatif de domicile, RIB) ;
  • Signer électroniquement son contrat.

Les conditions pour l’ouverture d’un PEA ou d’un compte-titres ordinaire différent d’un support d’investissement à un autre. Voici un résumé des éléments à réunir pour que son dossier soit accepté par un établissement financier :

Conditions d'ouverture d'un PEA et d'un CTO
  PEA Compte-titres
Titulaire Personne physique majeure non rattachée au foyer fiscal des parents. Personne physique majeure ou mineure (sous autorisation du représentant légal)
Nombre par personne 1 Illimité (même dans plusieurs établissements financiers différents)
Type d'enveloppe PEA Personnel
  • CTO individuel pour un seul titulaire ;
  • CTO joint pour deux titulaires ;
  • CTO indivis pour plusieurs titulaires.
Versement minimum Selon les modalités du courtier en ligne Aucun

Comment fonctionne un PEA ou un compte-titres ?

Les deux supports d’investissement que sont le PEA et le compte-titres ordinaire ont un mode de fonctionnement similaire sur de nombreux points :

Fonctionnement d'un PEA et CTO
  PEA CTO
Composition du support
  • Un compte-espèce utilisé dans le cadre des achats/vente de titres financiers ;
  • Un compte-titres où vont être répertoriés tous les titres achetés via le compte espèce.
un compte-titres rattaché à un compte courant
Versement des fonds monétaires
  • Dans la limite de 150 000 € pour un PEA et 225 000 € pour un PEA-PME ;
  • soit programmé ;
  • soit libre.
  • soit programmé ;
  • soit libre.
Versement des dividendes et plus-values sur le compte espèce en numéraire ou parfois en titres (pour le PEA)
Mode de gestion
  1. Gestion libre où l’investisseur gère l’intégralité de son portefeuille comme il le souhaite (ordre de bourse, composition de ses enveloppes financières) ;
  2. Gestion profilée où le titulaire du support investit son capital sur des portefeuilles d’actifs prédéfinis selon un niveau de profil de risque ;
  3. Gestion pilotée où l’intégralité du portefeuille d’actifs est gérée par le courtier en ligne.

PEA et CTO, niveau de risque équivalent ! Les deux supports d’investissement que sont le PEA et le compte-titres ordinaire n’offrent aucune garantie de capital. Ce qui implique que la prise de risque peut être importante selon le type de produits financiers sur lequel on investit son capital. Consultez notre comparatif des meilleurs livrets bancaires 2020 pour choisir les meilleurs investissements sans prise de risque.

Fiscalité d’un PEA et d’un compte-titres : qui est le plus avantageux ?

Avantages : PEA. En matière de fiscalité, le PEA bénéficie d’avantages fiscaux qui séduisent de nombreux investisseurs.

Faisons une comparaison du régime fiscal du PEA et du CTO :

Fiscalité d'un PEA et d'un CTO
  PEA Compte-titres
Revenus imposables
  • Dividendes, uniquement en cas de retrait/clôture avant 5 ans ;
  • Plus-values sur la revente de titre, uniquement en cas de retrait/clôture avant 5 ans ;
  • Dividendes, dès leur versement sur le compte ;
  • Plus-values sur la revente de titre, dès leur versement sur le compte ;
Mode d'imposition
  • A partir de 5 ans, exonération de l'impôt sur le revenu. Revenus soumis aux prélèvements sociaux (17,20 %);
  • Avant 5 ans, imposition au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % (12,80 % pour l'impôt sur le revenu, et 17,20 % pour les prélèvements sociaux) ;
  • Rente viagière (à partir de 8 ans) défiscalisée.
  • Imposition au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % (12,80 % pour l'impôt sur le revenu, et 17,20 % pour les prélèvements sociaux) ;
  • Possibilité de choisir le barème progressif de l'impôt sur le revenu avec 40 % d'abattement sur les dividendes.

F.A.Q : PEA ou compte-titres

Faut-il acheter ses actions via un PEA ou un compte-titres ?

Les deux supports d’investissement sont complémentaires, et il est généralement conseillé de profiter de la diversité des possibilités offertes par chacun pour augmenter les rendements de ses placements financiers. Ainsi, il est judicieux de se positionner sur des actions européennes via un PEA, et de profiter du CTO pour acheter des actions sur les marchés boursiers internationaux.

A noter que le PEA peut être vu également comme le support idéal pour les investisseurs débutants, qui peuvent ainsi tester leurs placements via des actions de sociétés en France et/ou de l’Union Européenne. Le compte-titres ordinaire sera plutôt réservé à des profils d’investisseurs chevronnés et affranchis des subtilités du milieu du courtage.

Peut-on détenir un PEA et un compte-titres ?

Les deux enveloppes sont cumulables, il faut simplement retenir :

  • Qu’un seul PEA peut être ouvert par personne ;
  • Que plusieurs CTO peuvent être ouverts par une personne, et dans plusieurs banques différentes.

Transmission et succession d’un PEA ou un compte-titres

En matière de succession, PEA et compte-titres ordinaire ne fonctionnent pas de la même manière :

  • En cas de décès du titulaire, le PEA est clôturé automatiquement. Dividendes et plus-values sont exonérés d’impôts, mais les prélèvements sociaux restent dus. Ils peuvent être inscrits sur le passif successoral afin d’éviter de payer des droits de succession ;
  • En cas de décès, le CTO peut être transmis aux héritiers et être inscrits sur la succession, sans être soumis à l’impôt ni aux prélèvements sociaux.
Mis à jour le