Le secteur agroalimentaire pris à la gorge, Baisse de 30% de la consommation pour les industriels, Les cinémas fermeront-ils leurs portes ?

22/09/2022

Chaque jour, Selectra vous propose une revue de presse des faits marquants du monde de l'énergie en France et à l'international.


🌎 À l’international

  • Selon le président d'Engie, Jean-Pierre Clamadieu, la consommation des industriels "gazo-intensifs" en Europe, autrement dit des gros consommateurs de gaz, a chuté ces dernières semaines de 30% par rapport à l'an dernier, sous l'effet de la flambée des prix. En France, cette baisse est de l’ordre de 15%.
  • Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé une forte baisse du taux de TVA sur le gaz à partir de ce 1er octobre, passant ainsi de 21 % à 5 %. Cette mesure provisoire devrait prendre fin le 31 décembre et vise à contenir le fort niveau d’inflation du pays, enregistré à 10,4 % au mois d’août contre 5,9 % en France par exemple.
  • “Le gouvernement britannique de la nouvelle première ministre Liz Truss va prendre en charge près de la moitié des coûts d’énergie des entreprises cet hiver. Le soutien “sera équivalent” à celui déjà annoncé pour les particuliers.
  • La Suisse, bonne élève en matière d’économies d’énergie. En effet, selon Bastian Schwark, chef du domaine énergie à l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays la consommation de gaz du pays a baissé de 20% en moyenne au cours des deux derniers mois.
  • L’Afrique du Sud continue de faire les frais d’un réseau électrique à la peine. En effet, la compagnie publique d’électricité Eskom a annoncé la mise en œuvre d’un niveau de délestage pratiquement inédit, alors que ses capacités de production énergétique sont dores et déjà réduites. La première puissance industrielle d’Afrique fait actuellement l’objet de coupures d’électricité allant par exemple de huit à dix heures par jour à Johannesburg.

🐓 En France

  • Sur BFM Business, José-Luis Llacuna, PDG de Duralex a annoncé l'arrêt de la production de l'entreprise durant cinq mois et la mise au chômage partiel des 250 salariés. “C'est impossible de continuer à produire avec ces prix du gaz et de l'électricité. Ca ne fait aucun sens, le coût de l'énergie représente 46% de notre chiffre d'affaires. Raison pour laquelle on doit prendre des décisions très difficiles d'arrêt de la production pendant une période déterminée”.
  • Ce mercredi, lors de sa conférence de presse de rentrée, la Coopération Agricole a alerté quant aux inquiétudes autour de la production agroalimentaire largement mise à mal par la flambée des coûts de l’énergie. “Il y a déjà des baisses de production et des mises en chômage technique ou partiel... Des entreprises qui conditionnent et préparent les produits alimentaires tournent à 50% ou trois jours par semaine” a par ailleurs précisé Dominique Chargé, président du syndicat. La Coopération Agricole appelle ainsi le gouvernement à reconnaître les activités agricoles et agroalimentaires d'intérêt général, “afin de pouvoir éviter les restrictions d'énergie, incompatibles avec les procédés de transformation industriels pour les produits alimentaires”, en cas de tensions cet hiver.
  • La fédération nationale des cinémas français ( FNCF) planche sur son plan de sobriété énergétique et la profession s'est réunie autour d'une Charte de tous les cinémas, pour une réduction immédiate de la consommation d’énergie. La Fédération appelle notamment ses adhérents à “réguler les horaires d’ouverture en fonction des flux de public”. Autrement-dit, conserver les séances les plus rentables, au détriment de celles moins fréquentées du matin et du début d'après-midi. “Il faut trouver le bon équilibre par rapport aux coûts”, indique Marc-Olivier Sebbag, délégué général de la FNCF, qui espère que “la mesure sera temporaire”.

☀️ Energies renouvelables

  • La Commission européenne a annoncé ce mercredi l'adoption d'un deuxième PIIEC (projet important d'intérêt européen) sur l'hydrogène doté de 5,2 milliards d'euros de fonds publics et 7 milliards de fonds privés.
  • Veolia annonce un dispositif inédit pour rendre ses services d'eau et de déchets en France autonomes en énergie avec la mise en production à horizon de 5 ans de plus de 2 térawattheures (TWh) d'énergie locale pour couvrir intégralement l'équivalent de sa consommation actuelle”.
  • Ce jeudi, Emmanuel Macron sera en visite à Saint-Nazaire, afin d’y inaugurer le tout premier parc éolien offshore hexagonal. Le chef de l’État se rendra ainsi en bateau dans la matinée sur le site de 80 éoliennes, déployées de 12 à 20 km des côtes du Pouliguen et du Croisic. Le parc, exploité par EDF, entrera complètement en service d’ici la fin de l’année et affichera alors une puissance de 480 MW en vue d’alimenter environ 700 000 personnes.
  • Sur franceinfo Michel Gioria, délégué général du syndicat France Énergie Éolienne (FEE) s’est exprimé au sujet des objectifs du gouvernement en matière d’éolien offshore. L’État souhaite en effet créer une quinzaine de parcs éoliens offshores à l'horizon 2035 et de 50 parcs à l'horizon 2050. Selon le délégué, pour que ces objectifs soient réalisés, “il faut que le rythme s'accélère” et que les moyens humains nécessaires soient renforcés.
Mis à jour le