Prix de l'électricité en Espagne : Pourquoi une telle augmentation ?

Au cours de l'été 2021, l'Espagne a subi une augmentation fulgurante du prix de l'électricité. En effet, le 1er septembre 2020, le prix du MWh d'électricité était de 42€ sur le marché de gros. Le 1er septembre 2021, le prix du MWh est passé à 140€.
Au cours de l'été 2021, l'Espagne a subi une augmentation fulgurante du prix de l'électricité. En effet, le 1er septembre 2020, le prix du MWh d'électricité était de 42€ sur le marché de gros. Le 1er septembre 2021, le prix du MWh est passé à 140€.

Les prix de l'électricité sont à la hausse partout en Europe. Pourtant, l'Espagne est un cas à part. Les augmentations battent tous les records et le pays a aujourd'hui l'électricité la plus chère du continent. Que s'est-il passé en Espagne ? Pourquoi l'augmentation des prix de l'électricité est-elle beaucoup plus modérée en France ? Notre analyse.


Pourquoi le prix de l'électricité explose en Espagne ?

Fonctionnement du marché électrique espagnol

Le marché de l'électricité espagnol contient quelques points communs avec la France : un tarif réglementé (appelé tarif PVPC qui signifie Prix Volontaire pour les Petits Consommateurs) et des offres de marché, c'est-à-dire que le prix du kWh est fixé librement par les fournisseurs. Environ 50% des ménages espagnols ont souscrit au tarif PVPC et l'autre moitié à une offre dont le prix a été fixée librement par le fournisseur.

Les fournisseurs espagnols achètent leur électricité sur le marché de gros, appelé marché spot ou pool. L'Espagne ne participe pas au marché paneuropéen Epex mais détient son propre marché spot qu'il partage avec le Portugal.

Le prix de l'électricité est fixé en fonction de l'offre et la demande selon un système d'enchères. Chaque soir à 21h est décidé le prix de l'électricité en Espagne pour le jour suivant. Ce prix servira de base ensuite pour calculer le prix du MWh horaire des 24h à venir. 

Problème espagnol numéro 1 : le prix de l'électricité est le même quelles que soit les sources d'énergie

Sur le marché de gros espagnol, les premières offres qui sont mises à la vente sont celles qui correspondent aux producteurs d'énergies renouvelables à des prix proches de 0€. En effet, le prix est calculé en fonction du coût de production qui est proche de 0€ dans le cas des éoliennes ou des panneaux solaires.

Vient ensuite l'électricité d'origine nucléaire avec un prix très bas dans le but de s'assurer que cette électricité sera bien vendue. En effet, le coût de fermer une centrale est plus élevé que de la laisser tourner.

Suivent ensuite sur le marché de gros de l'électricité plus chère à produire, à un prix donc plus élevé. Exemples : centrales à gaz combiné, charbon, etc. En plus d'avoir un coût de fabrication plus élevé, les producteurs doivent payer des quotas carbone qui correspondent en quelque sorte à des droits à polluer. 

Le prix final pour le lendemain est fixé au même seuil que l'énergie la plus chère qui a complétée la demande.

Prenons un exemple : aujourd'hui, la demande en électricité est de 15 GW.

Voici l'offre en électricité proposée par les différents producteurs :

Source d'énergie Prix du MWh Quantité proposée
Éoliennes 0€ 5 GW
Panneaux solaires 0€
Centrales nucléaires 10€ 6 GW
Centrales à gaz 30€ 4 GW
Charbon 30€
  1. Les producteurs d'énergie renouvelable proposent 5 GW à un coût de 0€ ;
  2. les producteurs d'énergie nucléaire proposent 6 GW à un coût de 10€ le GW. L'offre a couvert pour l'instant 11 des 15 GW qu'exige la demande ;
  3. Enfin, afin d'atteindre les 15 GW, les producteurs d'énergie "polluante" proposent alors 4 GW à un prix de 30€ le GW. C'est ce prix qui sera considéré comme le prix de l'électricité pour le lendemain, tous producteurs confondus. 

Avec ce scénario, les producteurs d'énergie renouvelable n'ont pas tellement intérêt à "inonder" le marché. Il est préférable pour eux de proposer une quantité limitée d'électricité afin que les énergies plus polluantes prennent le relais et fassent augmenter le prix de l'électricité !

Problème espagnol numéro 2 : une forte présence des énergies vertes

En 2020, les énergies renouvelables représentaient 43% du mix-énergétique espagnol, dont 21.9% correspondant aux éoliennes, à égalité pratiquement avec l'énergie nucléaire qui représente 22% du total.

Mix énergétique espagne 2020
Mix-énergétique de l'Espagne en 2020

Les énergies vertes semblent donc plus développées qu'en France. Et pourtant, cela peut engendrer une hausse du prix de l'électricité. 

En effet, le manque de vent cet été en Espagne (le pays a d'ailleurs battu des records de chaleur !) a engendré une baisse importante de la production d'électricité d'origine éolienne, filière importante en Espagne.

Pour combler la demande qui était en forte hausse à cause des vagues de chaleur, des moyens de production plus polluants ont pris le relais des éoliennes. Comme nous l'avons vu ci-dessus, le prix de l'électricité acheté par les fournisseurs est déterminé par le producteur le plus polluant.

C'est ainsi qu'en cas de phénomène météorologique, la production d'énergie d'origine renouvelable peut baisser et engendrer ainsi une hausse du prix de l'électricité.

Problème espagnol numéro 3 : le prix du carbone est en forte hausse

Comme nous l'avons vu lors des exemples précédents, si les producteurs d'énergie verte n'arrivent pas à combler la demande sur le marché de gros, ce sont alors les énergies polluantes qui prennent le relais.

Or, pour pouvoir utiliser ces sources d'énergie, il faut payer "un droit à polluer", à savoir des quotas d'émission. Le quota se paie à la tonne de CO2 émise lors de la production.

Le prix de la tonne de CO2 était de 20€ en février 2020. En décembre 2020, le prix est monté à 35€. En septembre 2021, son prix est maintenant de 60€. La raison principale de l'augmentation du prix de la tonne de CO2 est la volonté de l'Union Européenne de décarboner les énergies.

Prix tonne CO2 europe

Ces augmentations engendrent ainsi des surcoûts pour les producteurs d'énergie, contribuant à la hausse du prix de l'électricité en Espagne.

Problème espagnol numéro 4 : une forte dépendance au gaz naturel

Le gaz est utilisé comme moyen pour produire de l'électricité. Le gaz est brûlé et la chaleur dégagée fait tourner une turbine qui génère de l'électricité. Le gaz naturel représente 30% du mix-énergétique espagnol. Toute augmentation de son prix à un impact direct sur le prix de l'électricité.

Pour des questions géo-politiques (augmentation de la consommation en Asie, stratégie énergétique de la Russie, tensions entre l'Espagne et le Maroc, etc.), le prix du gaz naturel atteint des records en Europe et l'Espagne est fortement impactée (c'est le cas également en France avec une augmentation de 8,7% du prix du gaz au 1er septembre 2021). 

En Espagne, le prix du gaz est passé de 9,39€ le MWh en août 2020 à 45€ un an plus tard, soit un prix qui a pratiquement quintuplé !

Quelles solutions pour freiner cette augmentation du prix de l'électricité en Espagne ?

Le prix de l'électricité est une vraie épine dans le pied du gouvernement de Pédro Sanchez. Le pouvoir d'achat des espagnols est touché et l'inflation atteint des niveaux records avec une augmentation de 3,3% en août 2021.

Inflation Espagne

Baisse temporaire de la TVA

Première solution envisagée par le gouvernement espagnol dès juillet 2021 : baisser la TVA sur l'électricité de 21% à 10%. Cette baisse de la TVA a eu un effet immédiat sur le montant des factures des espagnols mais ces effets se sont vite estompés car le prix sur le marché de gros a continué de battre des records pendant tout l'été. 

Organiser des accords bilatéraux entre producteurs et fournisseurs

Actuellement en Espagne, 70% de l'électricité distribuée a été acheté sur le marché spot.

Au lieu d'avoir un prix de l'électricité répercuté sur le consommateur final avec un prix qui change toutes les heures en fonction de l'offre et la demande (marché spot), il est nécessaire d'organiser des accords bilatéraux à moyen / long terme entre producteurs et fournisseurs avec un prix donc plus stable dans le temps.

Calculer un prix trimestriel de l'électricité

Il s'agit de revenir à l'ancien système espagnol (avant 2013), à savoir un prix de l'électricité qui se décide tous les 3 mois sur le marché CESUR, c'est-à-dire avec des enchères qui ont lieu tous les trimestres. 

Il s'agit d'ailleurs d'une solution envisagée par la Ministre de la Transition Énergétique espagnole Teresa Ribera.

Baisser les importations d'énergie

Malgré la hausse de la production d'énergies vertes, l'Espagne n'est toujours pas souveraine et nécessite importer chaque année de l'électricité depuis ses voisins européens grâce au système d'interconnexions avec la France notamment et du gaz, principalement depuis l'Algérie.

L'essor des énergies vertes a connu un frein suite à la crise de 2008 et doit aujourd'hui reprendre son élan avec une politique fiscale avantageuse afin d'inciter à investir. 

Créer une entreprise publique de l'énergie

C'est la solution envisagée par Podemos, le parti de la gauche radicale, au gouvernement en coalition avec les socialistes. La création de cette entreprise publique serait accompagnée par la nationalisation des barrages hydroélectriques.

Cependant, cette solution n'est pas sur la table selon les socialistes.

Mis à jour le