Les énergies renouvelables constituent désormais la seconde source d’électricité mondiale

Les énergies renouvelables sont devenues en 2014 la deuxième source mondiale d’électricité, selon l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE). Une évolution due essentiellement à la croissance notable des énergies vertes dans les pays de l’OCDE.


Le renouvelable passe devant le gaz naturel

L’AIE a publié ce mois-ci deux rapports sur la production mondiale d’électricité. Ils dévoilent de nombreuses informations sur l’électricité autour de la planète, et notamment sur le bond spectaculaire des énergies renouvelables depuis une dizaine d’années. 
Les technologies de production vertes sont désormais la deuxième source mondiale d’électricité. Avec un peu plus de 5 térawattheures en 2014, elles dépassent le gaz naturel et représentent 22,1 % de la production totale d’électricité autour du globe.

L’énergie verte a le vent en poupe dans les pays riches

La progression est particulièrement sensible dans les pays de l’OCDE, qui soutiennent massivement la transition vers les énergies renouvelables. Selon l’un des deux rapports de l’AIE, l’éolien a augmenté de 8,1 % dans les pays riches en 2014. Avec un score de 3 %, les membres de l’OCDE sont ceux qui comptent la part d’énergies renouvelables hors hydraulique la plus importante dans leur mix électrique.

Le charbon, énergie peu chère et facile à obtenir, reste la source d’électricité la plus commune au monde. Il représente toujours 41,1 % de la production mondiale, notamment à cause des pays émergents, qui le privilégient par rapport à toute autre source de production (48,6 %). Le charbon représente près de la moitié de leur production d’électricité. En raison de forts taux de croissance, la demande en électricité parmi les pays en développement ne cesse d’augmenter. 

Hausse continue de la production mondiale l’électricité

Plus globalement, la production mondiale d'électricité continue de croître :  entre 1973 et 2013, la production moyenne d’électricité a augmenté de 3,4 % par an. 2014 ne fera pas exception à cette tendance devenue habituelle, malgré une baisse de la production électrique dans les pays de l’OCDE de 0,8 %. Une petite chute liée à l’abandon progressif du pétrole (- 17,1 %) et à la mise en retrait du charbon (- 3,4 %) et du gaz naturel (- 1,2 %) (en savoir plus sur les centrales thermiques).

Mis à jour le