Energie éolienne : le parc français passe le cap des 10 000 mégawatts raccordés

Le syndicat des énergies renouvelables (SER) a annoncé samedi que le parc éolien français avait atteint les 10 000 mégawatts raccordés.


6 millions de foyers alimentés

Pas moins de 6 millions de foyers sont alimentés aujourd'hui par le parc éolien en France, "soit l'équivalent de la population de la région Ile de France" a indiqué le SER. Les président et vice-président du Syndicat, Jean-Louis Bal et Jean-Baptiste Séjourné, ont tous deux salué à cette occasion l'engagement de la France en faveur d''une énergie en pleine croissance, compétitive, au service de l’investissement et de l’emploi et en mesure de lutter contre le dérèglement climatique".

Des mesures de simplification administrative et la sécurisation du tarif d’achat éolien ont permis un redéploiement marquant de la filière avec, depuis l’année dernière, une reprise du rythme annuel de croissance : en 2014, un peu plus de 1.000 MW ont été raccordés"

Syndicat des énergies renouvelables

Des objectifs revus néanmoins à la baisse

L'objectif fixé par la France en 2009 est encore loin d'être atteint. Le syndicat rappelle en effet que la France s'était alors fixée l'objectif de "l'installation, à terre, de 10.500 MW au 31 décembre 2012 pour atteindre, à l’horizon 2020, 19.000 MW". Il explique que "le calendrier prévu initialement a connu un décalage de trois années", un retard "dû à l’existence de freins de plusieurs natures, dont bon nombre ont été levés".

Si la loi sur la transition énergétique renforce un peu plus le cadre juridique au profit du renouvelable, le Syndicat note tout de même que "le rythme annuel reste insuffisant et bien loin des 4 000 MW raccordés chaque année Outre-Rhin" et qu'"il reste quelques derniers freins à lever".

Soucieux d'apporter des solutions, le Syndicat propose de "dispenser les parcs éoliens des formalités liées à l'urbanisme", de définir "des procédures d'autorisation simplifiées pour le renouvellement des parcs existants par des éoliennes plus performantes" ou de mettre en place "un dispositif de rémunération du kWh sécurisé et adapté à la filière."

Mis à jour le