Compteur Linky : votre facture pourrait bien augmenter

Mis à jour le
min de lecture

Depuis son arrivée, le compteur communicant ne cesse de faire parler de lui. Depuis quelques mois, ce n’est plus Linky lui-même (et ses supposés dangers) qui fait couler de l’encre, mais plutôt les multiples arnaques repérées çà et là sur le territoire. La mauvaise nouvelle, c’est que ces malversations pourraient bien coûter cher aux client les plus honnêtes. On vous explique.

Multiplication des fraudes au compteur Linky

Depuis quelques mois, le compteur Linky fait l’objet de tous les tourments. À tel point qu’en mars dernier, Enedis se fendait d’un communiqué officiel pour informer les usagers de la multiplication des manœuvres frauduleuses sur certains de ses appareils :

Enedis est informée de l’utilisation de son nom et de l’identité de certains de ses collaborateurs à des fins frauduleuses, telles que la réalisation de modifications dangereuses et illégales sur le tableau électrique de ses clients, faussant ainsi leur consommation d’électricité.

Rappelant au passage à ses quelque 37,5 millions de clients de se prémunir contre ces pratiques illégales. Il faut dire que face à la hausse constante des prix de l’électricité, d’aucuns sont tentés de s’adonner à de petites séances de bricolage, afin de faire baisser artificiellement le montant de leurs factures, malgré les risques encourus.

Enedis rappelle que les vols d’énergie sont passibles de lourdes sanctions pénales pouvant aller jusqu’à 1 million d’euros d’amende et 10 ans d’emprisonnement (délit d’escroquerie en bande organisée), d’autres infractions visées au code pénal étant susceptibles d’être retenues. Ces sanctions peuvent concerner les personnes modifiant illégalement des ouvrages du réseau électrique, mais aussi celles acceptant la mise en place de ces fraudes. Enedis porte systématiquement plainte lorsque de telles situations sont dûment constatées.

À lire aussi : Quand le compteur Linky vous coûte une garde à vue

Une pratique qui coûte cher

Les fraudes étant faciles à repérer pour le gestionnaire de réseau, l’affaire pourrait s’arrêter là. Seulement voilà, cette pratique répréhensible a de fâcheuses conséquences sur les factures des honnêtes gens.

L’énergie consommée non enregistrée constitue la composante principale des pertes dites « pertes non techniques ». Grosso modo, ce terme désigne les vols d’électricité. Ces pertes électriques ont évidemment un coût qui est, la plupart du temps, absorbé par les gestionnaires de réseaux qui le répercutent sur les consommateurs. Autrement-dit, plus les pertes non techniques augmentent, plus la facture des consommateurs gonfle. Impossible de connaître la proportion de vol d’énergie annuel, mais compte-tenu de la hausse des fraudes au compteur, vous en payez cependant probablement les conséquences.

Partager cet article !

  

Les articles "énergie" les plus lus