Les parcs solaires fleurissent au pays de l'or noir

Lorsque l'émirat de Dubaï, dont les hauts immeubles se sont construits grâce à l'exploitation du pétrole, amorce sa transition énergétique vers les énergies vertes, il voit les choses en grand.

L'Autorité de l'eau et de l'électricité de Dubaï a annoncé son intention de construire une centrale solaire d'une puissance inédite de 1000 MW, soit l'équivalent d'une petite centrale nucléaire. Achevée en 2030, elle pourrait permettre de couvrir la consommation de 200 000 foyers. De par son ambition, le projet déclasse toutes les centrales existantes ou actuellement en projet. La deuxième centrale la plus puissante au monde, à Noor au Maroc, devrait à terme atteindre une puissance de 580 MW.

Selon le calendrier prévisionnel présenté par les autorités, la construction sera progressive, une première tranche de 200 MW devant être mise en service en 2021. Une façon de préparer dès maintenant l'épuisement annoncé des ressources pétrolières, tout en verdissant le mix énergétique de l'émirat. D'ici 2050, Dubaï entend couvrir 75% de sa consommation électrique via les énergies vertes.

Projet pharaonique, cette centrale solaire sera dotée des dernières technologies permettant de concentrer les rayons du soleil au moyen de miroirs concaves. Ces miroirs suivent le soleil tout au long de la journée afin d'optimiser la captation d'énergie. Grâce au climat désertique de Dubaï, ce système permettra de porter un fluide caloporteur à une température de plus de 500°C afin de produire de la vapeur, laquelle active des turbines afin de générer de l'électricité.

Mis à jour le