Le Royaume-Uni va fournir une première garantie financière aux EPR anglais d'EDF

C'est en marge d'une visite en Chine du ministre britannique des Finances qu'a été faite l'annonce d'une première garantie financière de l'Etat, qui réaffirme ainsi son soutien au projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point dans le comté du Somerset, dans le sud-ouest de l'Angleterre. 

Cette garantie initiale d'un montant d'environ 2 milliards de livres - soit 2,7 milliards d'euros - a pour but d'inciter EDF et ses partenaires minoritaires chinois CGN et CNNC à engager la décision finale d'investissement, qui marquera le véritable lancement de la centrale nucléaire « Hinkley Point C » amorcé en 2012. 

Le ministre de l’Échiquier a par ailleurs déclaré que des montants plus élevés seraient versés ultérieurement, et que l'Etat garantirait un prix de 92,5 livres par mégawatt/heure pendant 35 ans, soit 127 euros. Ce prix a été validé par la Commission européenne, mais il est contesté par des fournisseurs allemands et autrichiens qui ont porté plainte contre les subventions publiques accordées à ce projet auprès de la Cour de Justice de l'UE, sans lesquelles un tel prix aurait été difficile à garantir.

Autre épine dans le pied d'EDF, l'exemple de l'EPR de Flamanville en Normandie qui accumule les retards et les surcoûts, principalement à cause de malfaçons. Certains analystes financiers viennent donc se joindre à des hommes politiques et des écologistes britanniques qui remettent en cause la viabilité de ce projet nucléaire, dont le coût est aujourd'hui estimé à 34 milliards d'euros. Le patron d'EDF au Royaume-Uni Vincent de Rivaz a d'ailleurs récemment révélé que les réacteurs ne seraient pas mis en service en 2023 comme cela était initialement prévu. 

Malgré cela, le gouvernement britannique et EDF restent enthousiastes et confiants quant à la réussite de ce projet, soulignant qu'il garantirait la « sécurité énergétique » du pays en couvrant 7% de ses besoins en électricité, qu'il fournirait de l'énergie « fiable, abordable et faible en émissions de gaz à effet de serre » et enfin qu'il assurerait des milliers d'emplois dans la région.

Mis à jour le