Vague de chaleur : EDF contraint de réduire sa production d’électricité

La centrale du Blayais mise sur pause

Ce lundi 9 mai, EDF a averti, par l’intermédiaire d’un message REMIT, d’éventuelles réductions de la production sur ses réacteurs français. En cause ? La température élevée des cours d’eau à cette période de l’année. En effet, on compte des températures pouvant atteindre jusqu’à 30°C. Ce phénomène n’est donc pas sans conséquence pour la production d’électricité.


Une légère baisse de puissance

En raison des températures élevées de certains cours d'eau, des restrictions de production sont susceptibles d'affecter la production nucléaire d'EDF du lundi 9 mai au dimanche 15 mai et plus particulièrement le site du Blayais.

C’est par ces mots qu’EDF a annoncé, ce lundi 9 mai, la baisse de puissance de l'un des réacteurs de la centrale nucléaire du Blayais, située au bord de la Gironde. Celle-ci dispose en effet de quatre réacteurs nucléaires de technologie REP ou réacteurs à eau sous pression, d’une puissance de 900 MW chacun.

La puissance de l’un d’entre eux a donc été abaissée à 100 MW pendant quelques heures au cours de l'après-midi du lundi 9 mai. C’est en tout cas ce qu’a indiqué une porte-parole de l'entreprise à l'AFP. Cela afin de “respecter les limites réglementaires” concernant la température des cours d'eau.

En cause, des températures élevées

En effet, la cause de cette baisse de puissance réside dans les fortes chaleurs de ces derniers jours, inhabituelles pour cette saison. En France, la limite légale pour le rejet de l'eau utilisée par les réacteurs est de 28°C pour la plupart des rivières en France. En complément, le producteur d’électricité a précisé sur son site destiné aux marchés :

En raison des prévisions de températures élevées sur la Garonne, de faibles restrictions de production sont susceptibles d'affecter le site de production nucléaire de Blayais du lundi 9 mai 2022 jusqu'au dimanche 15 mai 2022.

La situation n’a pas manqué de faire réagir Jean-Luc Mélenchon, qui prône de son côté une sortie du nucléaire.

Mélenchon face au nucléaire

EDF se veut rassurant

Toutefois, EDF tend à relativiser la situation. Précisant tout d’abord que les déperditions de production liées aux températures élevées des cours d'eau ont représenté 0,3% de la production nucléaire annuelle depuis 2000.

De plus, d’après Eylert Ellefsen, analyste chez Energy Quantified (EQ), une société de Montel, les températures des cours d’eau français, plus élevées que les normes saisonnières risquent encore d’augmenter au cours des quatorze prochains jours, mais celles-ci ne devraient toutefois pas dépasser les 20°C, en deçà donc de la limite légale.

Cette situation ne devrait donc pas prendre de proportions dans les jours à venir.

Mis à jour le