Revolut : la fintech britannique lève 500 millions de dollars 

Revolut : la fintech britannique lève 500 millions de dollars 

La fintech britannique Revolut continue de faire bouger les choses dans les secteurs de la banque et de l’assurance. En ce début d’année, elle vient de lever 500 millions de dollars, ce qui représente un record pour une fintech européenne. Avec cet argent, Revolut va pouvoir poursuivre son développement et continuer d’innover et de bousculer sa concurrence.


  • En bref : L’entreprise Revolut révolutionne le monde de la fintech
  • Revolut a levé 500 millions de dollars fin février 2020 – soit environ 450 millions d’euros –, atteignant désormais une valorisation de 5,5 milliards de dollars – soit près de 5 milliards d’euros ;
  • Cette levée de fonds permet à Revolut de se positionner comme l’une des fintechs les plus valorisées à l’international et la plus valorisée d’Europe – à égalité avec la fintech suédoise Klarna ;
  • L’argent permettra à Revolut de développer ses produits déjà existants et de déployer ses offres sur de nouveaux territoires ;
  • En tout, depuis sa création en 2015, Revolut a levé 836 millions de dollars – soit près de 750 millions d’euros.

Banques et assurances : les jeunes entreprises de la tech mènent la danse

Des changements dans le monde de l’assurance et de la finance se manifestent à l’international. Depuis quelques années, la technologie redessine les contours de ces secteurs, allant jusqu’à imposer de nouveaux modèles. En novembre dernier, le cabinet de recherche spécialisé FinTech Global avait ainsi partagé sa liste « InsurTech100 », regroupant les assurtechs – ou insurtechs en anglais – les plus innovantes du marché mondial. Du côté des banques, l’on peut constater d’évolutions similaires avec le déploiement et la croissance rapide des fintechs. Ces startups de la finance utilisent la technologie pour moderniser le marché et ses acteurs.

Fintechs, assurtechs... Les entreprises de la tech s’imposent rapidement sur les marchés.

La néobanque britannique Revolut, qui propose aussi des assurances, a été fondée en 2015 par Vlad Yatsenko et Nikolay Storonsky. Malgré son jeune âge, elle a rapidement conquis les professionnels et les investisseurs. Fin février 2020, l’on apprenait ainsi la réussite d’une levée de fonds de quelque 500 millions de dollars, soit environ 450 millions d’euros. Une nouvelle qui a fait le tour de la presse puisqu’il s’agit là de la plus grosse levée de fonds jamais enregistrée par une fintech européenne. L’opération a été menée par le fonds américain TCV auprès d’une vingtaine d’investisseurs : DST Global, Lakestar, Ribbit Capital, Sprints, etc. Avec cet argent, « [ils vont] maintenant [se] concentrer sur la recherche de la rentabilité », a précisé Nikolay Storonsky.

Désormais, la valorisation de Revolut s’élève à 5,5 milliards de dollars, soit près de 5 milliards d’euros. En peu de temps, elle enregistre une croissance importante, laquelle atteste de sa force dans le secteur financier. Et l’entreprise le sait, puisqu’elle aime à se surnommer l’« Amazon de la banque ».

En 2018, Revolut avait déjà réussi l’exploit de lever 250 millions de dollars, soit environ 230 millions d’euros. Sa valorisation était alors de 1,7 milliard de dollars, soit environ 1,5 milliard d’euros.

Revolut : un modèle technologique pour des entreprises aux multiples activités

Revolut, c’est plus de 2 000 salariés, une forte croissance – rapide – et des services comme s’il en pleuvait. Non seulement la fintech s’illustre dans les activités directement liées à la banque : paiements pour différentes devises, transferts instantanés d’argent, acquisition et vente de cryptomonnaies, mais aussi les assurances pour téléphone portable et voyage.

Avec cette levée de fonds, Revolut devient l’un des leaders européens de la fintech.

Les assurances de Revolut sont par ailleurs disponibles sur le territoire français. Prenons l’exemple de l’offre voyage : le service se veut novateur, puisque la fintech propose un paiement à la journée et la couverture repose sur la géolocalisation du smartphone. Ainsi, l’assurance s’active automatiquement lorsque l’assuré se trouve à l’étranger.

Comme la plupart des offres de ce type, l’assurance voyage de Revolut est personnalisable. Si le prix peut indéniablement varier en fonction du niveau de couverture, l’entreprise propose aussi une cotisation plafonnée à tarif fixe avec un contrat annuel.

Ainsi, des sociétés comme Revolut sont hybrides. La frontière entre banque et assureur est plus que jamais friable, car les nouveaux modèles économiques s’imposent aussi grâce à la diversité de leurs activités. Au total, Revolut affirme avoir déjà plus de 10 millions de clients à travers le monde, surtout en Europe. Mais elle espère bien pouvoir un jour s’inviter aux États-Unis, en Australie, au Japon et à Singapour pour poursuivre son développement.

En attendant, quelques objectifs s’imposent pour Revolut, lesquels devraient être atteignables grâce à la levée de fonds. L’entreprise espère non seulement devenir rentable, mais aussi atteindre les 20 millions de clients d’ici fin 2020. De plus, elle désire également développer ses différentes offres, notamment de crédit.

Valorisation des 10 premières néobanques à l’international*

Fintech

Valorisation (en milliards de dollars)

Stripe (États-Unis)

35,25

One97 Communications (Inde)

16

Nubank (Brésil)

10

Ripple (États-Unis)

10

Coinbase (États-Unis)

8

Robinhood (États-Unis)

7,6

Revolut (Royaume-Uni)

6

Chime (États-Unis)

5,8

Klarna (Suède)

5,5

Toast (États-Unis)

4,9

*Chiffres provenant de la liste « The Global Unicorn Club Entreprises » regroupant les entreprises privées évaluées à plus de 1 milliard de dollars à l’international.

La clientèle française de Revolut serait loin d’être négligeable, puisque la fintech revendique proposer ses services à plus d’un million de clients.

Mis à jour le