La phobie de ne plus avoir de batterie touche 34% de Français

Peur de la batterie déchargée

La peur ou la phobie même de la batterie vide ne concerne pas seulement une minorité d'individus. Selon un sondage OpinionWay pour le fabricant de smartphones Oppo, cette phobie ne touche pas moins de 34% de Français. Un phénomène encore plus fort chez les 18-35 ans et le reflet d'une époque où le smartphone prend de plus en plus d'importance dans nos vies.


appel gratuit

Vous souhaitez souscrire un forfait adapté à vos besoins ?

Contactez Selectra pour qu'un conseiller vous oriente parmi les offres partenaires les plus compétitives, en fonction de votre budget

Phobie de la batterie déchargée : une peur qui concerne plus de la moitié des Français de 18-35 ans

Batterie déchargée smartphone

La phobie de la batterie déchargée est bien réelle et une récente enquête d'OpinionWay pour le compte de la marque Oppo montre qu'elle concerne 34% de Français. Cette phobie porte d'ailleurs un nom, la nomophobie où la peur de se retrouver sans téléphone portable.

Cette phobie de la batterie déchargée est encore plus importante dans la frange la plus jeune de la population : elle concerne ainsi 53% des 25-35 ans et atteint presque deux tiers (64%) des 18-24 ans. Ce stress de se retrouver sans smartphone fonctionnel conduit d'ailleurs même 42% des 18-24 ans a préféré être en retard plutôt que de partir avec une batterie non chargée.

Comme l'explique le sociologue Ronan Chastellier, cette angoisse est devenue un phénomène global du monde moderne :

La fixation névrotique sur le pourcentage de batterie restant, pesant comme une menace ou une épée de Damoclès sur les possibilités de la journée (Est-ce que la batterie déchargée ne va pas hypothéquer cette journée ?), serait devenue la grande phobie contemporaine.

Cette peur traduit aussi la place prépondérante des smartphones dans notre vie quotidienne. Selon le baromètre du numérique 2020 de l'ARCEP, les détenteurs de téléphone portable (77%) sont pour la première fois plus nombreux que les possesseurs d'ordinateurs (76%) en France. La batterie de ces appareils est ainsi devenue un critère de choix de plus en plus important au moment d'acheter un smartphone, surtout depuis la pandémie de coronavirus et l'augmentation du télétravail.

"Suite à l’intensification du télétravail, nous avons noté une recrudescence de l’intérêt de nos utilisateurs pour la charge rapide qui fait partie des 3 critères de sélection d’un smartphone avec la vitesse et l’autonomie," commente ainsi le chef de produit d'Oppo France, David Chauvaud.

Quand la "Fear of missing out" alimente l'anxiété numérique

Cette peur de la batterie déchargée est à associer à ce que les anglo-saxons appellent la "fear of missing out" que l'on pourrait traduire comme la peur de manquer quelque chose. Dans ce sondage OpinionWay, à la question de connaître les principaux désagréments liés à une panne de batterie, 58% des sondés ont pu nommer au moins une raison.

Découvrez ci-dessous le top 5 des craintes suscitées par une batterie déchargée chez les Français :

  1. Perdre un appel ou rater un SMS reste la crainte la plus souvent citée par 39% des répondants.
  2. L'absence de GPS est la seconde crainte la plus fréquemment citée et touche 18% des sondés.
  3. Se retrouver coincé en attendant que le téléphone charge est une crainte partagée par 10% des Français.
  4. Rater un changement d'emploi du temps est aussi un désagrément mentionné par 9% des répondants.
  5. Finalement, 8% des sondés mentionnent la peur de ne pas pouvoir se rendre quelque part où il ne sera pas possible de recharger son appareil.

Ces pourcentages sont encore plus élevés chez les 18-24 ans : 41% mentionnent la perte d'un appel ou SMS, 28% la perte de GPS et 27% le fait de se retrouver bloqué quelque part pour recharger son smartphone.

Cette phobie de la batterie déchargée pousse les plus jeunes à développer de nombreux stratagèmes comme le montrent les réponses à la question "Jusqu’où êtes-vous allés pour recharger votre batterie ?". Chez les 18-24 ans, ils sont ainsi 23% à avoir admis être déjà resté chez quelqu'un pour recharger leur batterie et 19% à avoir commandé une boisson dans un bar pour la même raison.

Mis à jour le