Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Comparaison du prix de l'électricité en France et en Europe

 

Economisez 180€/an en moyenne sur la facture d'énergie
L'électricité et le gaz naturel, moins chers qu'au tarif réglementé, en contactant Selectra.

Notre plateforme téléphonique est actuellement fermée

Selectra recommande l'offre Classique

Souscrire en ligne
prix électricité en france
Le prix de l'électricité varie beaucoup en Europe, selon le pays et le type de production.

Dans l’Hexagone, le prix de l’électricité évolue d'année en année, notamment sous l’effet de la hausse des taxes sur l’électricité. Ces augmentations risquent bien de devenir monnaie courante : la facture d'électricité pourrait grimper de 50% d’ici 2020 selon le Sénat. Pourtant, les acteurs de l’énergie ne cessent de mettre en avant le prix bas de l’électricité en France par rapport à ses voisins européens… Alors, vrai ou faux ? Tour d’horizon du prix de l’électricité dans l’Union européenne.

 

Prix de l'électricité pour les particuliers en Europe

L'électricité est en moyenne moins chère en France que chez ses voisins européens, avec un prix du kilowattheure moyen de 0,180 € TTC en France contre 0,211 € au sein de l'Union européenne pour les particuliers en 2018. Pour autant, la France n'est pas le pays le moins cher d'Europe pour l'électricité, puisqu'elle se place au 16ème rang des pays les moins chers, sur 28 Etats membres. Cela s'explique notamment par le poids des taxes, qui représente environ un tiers du prix du kWh d'électricité en France.

La France en-dessous de la moyenne européenne

En 2018, le prix de l'électricité dans l’Union européenne pour les particuliers s’est établi en moyenne à 0,211 € TTC/kWh selon les données d'Eurostat.

Toutefois, la palme du prix de l’électricité la moins chère en Europe n’est pas remportée par la France mais par…. la Bulgarie avec 0,101 € TTC/kWh. Si la France ne se situe qu’en 17ème position du classement des pays les moins chers d’Europe, le prix de l’électricité dans l’Hexagone est nettement inférieur à la moyenne européenne : en 2018, les ménages français ont payé leur électricité 0,180 € TTC/kWh en moyenne. En outre, notons que la France est passé du 16ème au 17ème rang européen en terme de prix de l'électricité TTC pour les particuliers entre 2016 et 2018.

Alors, quand on réalise un comparatif des prix électricité en Europe, les Français bénéficient-ils vraiment d’un prix inférieur à leurs voisins européens ? Oui et non...

  • En comparaison aux pays d’Europe de l’Ouest, le prix de l’électricité est beaucoup moins cher en France ! Parmi les pays les plus chers d’Europe, on retrouve le Danemark (0,312 € TTC/kWh), l’Allemagne (0,3 € TTC/kWh) et la Belgique (0,294 € TTC/kWh).
  • En comparaison aux Pays d’Europe Centrale et Orientale (PECO) qui représentent les nouveaux entrants dans l'Union européenne, le prix de l’électricité est plus cher en France. Mais si l’on raisonne en termes de parité de pouvoir d’achat, l’électricité dans les PECO est bien plus chère qu’en moyenne dans l’Union européenne… Le prix de l’électricité en Bulgarie ou en Hongrie se rapprochant alors de ceux en vigueur à Malte.

Quel est le pays d'Europe le moins cher pour l'électricité ?Le pays d'Europe le moins cher pour l'électricité est la Bulgarie (0,101 € TTC/kWh), qui devance la Lituanie (0,110 € TTC/kWh) ou encore la Hongrie (0,112 € TTC/kWh).

Prix de l’électricité pour les particuliers dans l’Union européenne en 2018

 

N.B. Les prix indiqués sont issus de la base de données d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. L’analyse des prix de l’électricité pour les ménages repose sur les prix pour la tranche de consommation médiane normalisée des ménages ayant une consommation d’électricité annuelle comprise entre 2 500 et 5 000 kWh.

Classement des prix de l'électricité en Europe en 2018

 

Qu'en est-il du gaz ?En ce qui concerne la comparaison des prix du gaz naturel en Europe, les PECO proposent également les prix les moins chers de toute l’Union européenne. Dans le trio des États membres les moins chers en 2018 sont la Bulgarie, la Lithuanie et la Hongrie.

Prix de l’électricité pour les autres consommateurs (hors-ménages) en Europe

La France sous la moyenne Européenne

Pour ce qui est des consommateurs hors-ménages (professionnels, industriels...), la France se classe douzième au rang des pays les moins chers d'Europe pour l'électricité, avec un prix du kilowattheure de 0,089 € HT en 2018. Le prix de l'électricité dans l’Union européenne pour les professionnels et industriels s’est établi en moyenne à 0,115 € HT/kWh.

parc éolien Danemark
Le parc éolien de Trekorner au Danemark.

Pour ces consommateurs, le trophée du prix de l’électricité le moins cher de l’Union européenne est décerné à la Finlande, avec un prix de 0,071 € HT par kWh.

La France se situe quant à elle au douxième rang en 2018, conservant ainsi la place qu'elle occupait en 2016. Comme pour les ménages, le prix de l’électricité pour les consommateurs hors-ménages en France en-dessous de la moyenne européenne. En somme, ils bénéficient de prix de l’électricité plutôt bon marché, certes inférieurs à la moyenne européenne mais qui ne figurent pas pour autant parmi les pays les moins chers d’Europe.

Pour cette catégorie de consommateurs, la distinction entre les nouveaux entrants – les Pays d’Europe Centrale et Orientale (PECO) – et les États membres fondateurs (Allemagne, Italie, Luxembourg...) n’est pas pertinente.

  • En tête des États membres les moins chers de l’Union européenne... la Scandinavie et la République tchèque. Les industriels finlandais, tchèques et suédois bénéficient en effet des prix de l’électricité HT les moins élevés de l’Europe : 0,069 € pour la Finlande, 0,072 € HT/kWh la République tchèque et 0,073 € HT/kWh la Suède.
  • A l'inverse, Chypre, l'Italie et l'Allemagne sont les pays les plus chers d'Europe pour l'électricité, avec des tarifs s’élevant respectivement à 0,181 € HT/kWh, 0,152 € HT/kWh et 0,143 € HT/kWh. On notera que les pays dans lesquels les marchés de l'électricité ont été libéralisés ont souvent des prix plus élevés que les pays étant restés en monopoles Etatiques avec un contrôle de l'évolution des tarifs par le Gouvernement.

Prix de l’électricité pour les consommateurs hors-ménages en Europe en 2018

 

N.B. Les prix indiqués sont issus de la base de données d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. L’analyse des prix de l’électricité pour les consommateurs hors-ménages repose sur les prix hors taxes national moyen en Euro par kWh pour une consommation annuelle de 500 à 2 000 MWh.

Classement des prix de l'électricité pour les consommateurs hors ménage en 2018

 

Pourquoi le prix de l'électricité est-il encore relativement bon marché en France ?

Des coûts de production peu élevés : les avantages de l'énergie nucléaire

La centrale nucléaire du Tricastin
La centrale nucléaire du Tricastin dans la Drôme.

Le prix de l’électricité dépend, en grande partie, du coût des différents combustibles et des équipements mis en œuvre. Chaque pays utilise dans des proportions différentes les énergies – c’est ce qu’on appelle le bouquet énergétique. Très différent d’un pays à l’autre, il est dominé à plus de 80% par les énergies fossiles dans le monde.

Dans l’Union européenne, la France se distingue fortement de ses voisins par l’originalité de son bouquet énergétique. La production d’électricité dans l’Hexagone est en effet dominée par l’énergie nucléaire – qui représente près des trois quarts de la production totale. Cette prépondérance de l’énergie nucléaire est le fruit de choix stratégiques passés (développement de l’hydroélectricité puis du nucléaire). Ceux-ci ont permis à la France de disposer d’une électricité compétitive, peu carbonée et ont participé à renforcer l’indépendance énergétique du pays. En tout, ce sont 19 centrales nucléaires et 58 réacteurs qui sont aujourd’hui installés dans l’Hexagone. À noter que la part du nucléaire dans le mix électrique français sera rapportée à 50% d’ici 2025, dans le cadre de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte.

 

Bien que décriée, l’énergie nucléaire présente un avantage majeur : son coût de production garantit un prix de l’électricité peu élevé par rapport à nos voisins européens. Selon les données publiées par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), le coût de production de l'énergie nucléaire est entre 59,8 € et 109 € par MWh selon l'ancienneté de la centrale.

En ce qui concerne les énergies renouvelables, seule l’énergie hydraulique a représenté un coût de production moins important que celui du nucléaire : de 15 à 20 €/MWh. Cela s'explique par le fait que les coûts de construction - colossaux - des barrages ont été amortis depuis longtemps. À titre de comparaison, l’éolien terrestre a représenté un coût de 90 €/MWh, l’éolien offshore (moins visible) autour de 200 €/MWh et le photovoltaïque baisse fortement puisqu'il a presque été divisé par deux en cinq ans pour passer à 142 € le MWh.Enfin, le coût de production de l’énergie thermique s’élève à 70 ou 100 €/MWh selon le procédé utilisé (gaz, charbon, fioul).

La part du nucléaire dans la production d’électricité française contribue aux bons résultats de la France en termes d’émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Le prix de l’électricité nucléaire, moins sensible aux variations des prix des énergies fossiles, permet également une meilleure stabilité sur le long terme.

La comparaison des prix de l'électricite entre France et Allemagne

Si l’Allemagne fait souvent office d’élève modèle en Europe, les ménages outre-Rhin paient des factures bien plus élevées que chez nous, avec une différence d'environ 75% ! Et pour cause, les Allemands paient au prix fort la « Energiewende » - ou transition énergétique en français -, mise en œuvre à partir du début des années 2000 et accélérée suite à la catastrophe de Fukushima, qui a fait la part belle aux énergies fossiles et renouvelables.

mine de lignite en Allemagne
Une mine de lignite à Hambach en Allemagne

Le modèle énergétique allemand est en effet caractérisé par une part importante des énergies fossiles : en 2013, elles représentaient 57,1% de la production totale d’électricité contre 23,4% pour les énergies renouvelables et 15,4% pour l’énergie nucléaire (qui a vocation à disparaître progressivement d’ici 2022). La réduction progressive du nucléaire est aujourd’hui compensée par les énergies renouvelables (16,6% en 2010 contre 24,1% en 2013), à l’instar de l’éolien, de la biomasse ou encore de l’énergie solaire. Le recours au charbon (18,5% en 2010 contre 19,4% en 2013) et au lignite (23% en 2010 contre 25,5% en 2015) a particulièrement explosé… augmentant par la même les émissions de GES.

En outre, les taxes sur l’électricité sont beaucoup plus élevées outre-Rhin, notamment en raison des contributions pour le financement des énergies renouvelables. Une taxe « écologique » vise ainsi les ménages allemands à modérer leur consommation d’électricité. C’est que le gouvernement allemand a fait le choix de porter l’essentiel de l’effort lié à la transition énergétique sur les particuliers, en vue de maintenir la compétitivité des entreprises. Pour une fois, les commentateurs friands de comparaisons pourront s’accorder sur le fait que les Français sont bien mieux lotis que leurs voisins allemands...

Evolution du prix de l'électricité en Europe

L'augmentation du prix de l'électricité en France s'inscrit dans un contexte européen de hausse du prix de l'électricité, sous l'effet de l'introduction des énergies vertes, de la progression des coûts de l'énergie nucléaire de la hausse du coût des produits pétroliers et gaziers. En 2016, selon Eurostat, le prix du kWh français se situait globalement dans la moyenne européenne, avec un niveau plus bas que les pays d'Europe de l'Ouest.

 
Mise à jour le