Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Chaudiere basse température, interdiction & l’alternative condensation

Contrat d'entretien de chaudière avec Engie
Nos conseillers vous aident à souscrire un contrat d'entretien et une offre de gaz naturel adaptée.

chaudière bssse température

La chaudière basse température permet de chauffer son logement en diffusant l’eau dans le conduit du chauffage central à des températures moins élevées qu’une chaudière classique (50°C contre 90°C). Et ce, sans perte de rendement énergétique et confort thermique. Les économies d’énergie de l’ordre de 10-15% se reflètent sur la facture de chauffage, et séduisent de nombreux français. Cependant, les dernières directives européennes en matière environnementale mettent en péril cet équipement de chauffe, la chaudière basse température étant interdite de commercialisation depuis septembre 2018. Explications.

Retrait des chaudières basse température gaz et fioul en 2018

Pourquoi la chaudière basse température fioul ou gaz est interdite de commercialisation depuis septembre 2018 ? Y-a-t-il des configurations exceptionnelles à son installation ou les français devront-ils faire une croix sur ce modèle de chaudière économique ?

Le principe de la directive ErP

Une petite explication s’impose sur le rôle joué par l’Union Européenne et ses exigences en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Notamment un petit bémol sur « l’interdiction » de la chaudière basse température.

drapeau europe

Celle-ci s’est déroulée en deux phases :

Phase 1 en 2015

La directive ErP appelée directive européenne Ecoconception vient fixer un cadre législatif sur les améliorations possibles de la performance énergétique de certains appareils de chauffe dont les chaudières. Ses objectifs sont de réduire de 10% la consommation d’énergie globale en Union Européenne. Ainsi, les seuils de rentabilité énergétique des équipements de chauffage et leurs niveaux d’émissions de gaz à effet de serre sont particulièrement visés par l’ErP. La directive européenne se conforme ainsi aux exigences du Protocole de Kyoto et aux Grenelles de l’Environnement. Elle exige notamment que ce seuil de rendement soit supérieur ou égal à 86%.

Dans un premier temps, seul le seuil de rentabilité est pris en compte et une exception est ainsi appliquée sur les chaudières B1 gaz basse consommation en habitat collectif dont le niveau de rentabilité atteint au moins 75% et « raccordées sur un conduit commun ou conduit individuel de plus de 10 mètres de longueur (Arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants. - Article 16). Exclues donc les chaudières B1 gaz à ventouse basse température en conduit individuel.

Phase 2 en septembre 2018

Le 2em volet de la directive Européenne Ecoconception interdit à la commercialisation toutes les chaudières dont les émissions d’oxyde d’azote sont supérieures à 56mg/kWh pour les chaudières à gaz et de 120mg/kWh pour les chaudières au fioul. L’oxyde d’azote est un gaz dont les effets sur la santé sont néfastes et le rejet dans l’air extérieur vient augmenter le réchauffement climatique actuel. Exit donc les chaudières basse température gaz de type B1 dont les émissions d’oxyde d’azote (NOx) dépassent cette exigence.

Exceptions sur l’installation d’une chaudière basse température

Faut-il paniquer face à ces nouvelles exigences environnementales ? Non, car plusieurs solutions existent ainsi que des exceptions :

La chaudière b1 basse température est encore autorisée en immeuble collectif d’une part, et les nouvelles chaudières B1 Nox arrivées sur le marché respectent dorénavant les seuils d’émissions. Pas d’urgence donc à changer radicalement de chaudière pour une autre technologie comme la chaudière gaz condensation, d’autant plus que les fournisseurs en génie climatique ne peuvent pas commercialiser certains modèles certes… mais ils ont encore l'autorisation d'écouler leur stock !

Comment ça marche une chaudière à basse température ?

Quels sont les principaux avantages et inconvénients de la chaudière basse température ? Quels sont les caractéristiques techniques à prendre en compte pour faire son choix dans les modèles de chaudière basse température gaz ou chaudière basse température fioul ? Il est à noter que le modèle fonctionnant au fioul n’est pas à privilégier, le gouvernement ayant pour objectif de suspendre la commercialisation des chaudières fioul d’ici 2030.

évacuation des fumées et entrée d'air pour une chaudière à ventouse

Des températures basses par rapport à une chaudière gaz classique

Le principe de fonctionnement de la chaudière basse température est simple : comme pour une chaudière gaz classique, la chaudière basse température chauffe un liquide caloporteur – généralement de l’eau - dans une chambre de combustion. Le liquide caloporteur ayant atteint une température optimale est transporté via le système du chauffage central dans les différents émetteurs de chauffe réparti dans l’habitation. Cependant à la différence d’une chaudière gaz classique dont la température de chauffe avoisine les 90-120°C, la température de chauffe de la chaudière basse température est de 40-50°C. L’objectif est de ramener à puissances égales, la température des fumées de combustion de 300°C chaudière classique à 120°C pour une chaudière basse température (BT).

Cet écart n’implique pas de différences de confort thermique, la chaudière BT permet de chauffer l’ensemble des pièces du logement de façon homogène. Le rendement énergétique de 92% permet ainsi au particulier d’être gagnant sur ses consommations puisque les économies d’énergie réalisées par la chaudière BT sont de 15% sur la facture de chauffage ; La chaudière basse température prix est disponible dans une fourchette de tarifs entre 2000€ et 4000€ TTC pose comprise.

Régulation électronique d’ambiance Attention lors de l’achat, la chaudière basse température doit être équipée d’un régulateur électronique d’ambiance, à ne pas confondre avec un thermostat d’ambiance. Cet organe interne à la chaudière – généralement couplé avec une sonde extérieure – permet d’anticiper les besoins en énergie suivant les variations de la température extérieure. La chaudière BT va ainsi adapter sa puissance et améliorer son rendement.

Modèles de chaudière basse température

Tout comme la chaudière gaz à condensation, la chaudière gaz basse température est disponible en différents modèles :

  • la chaudière murale basse température présente l’avantage d’être compacte et de pouvoir être installée directement sur un mur ;
  • la chaudière au sol basse température est de taille volumineuse et va nécessiter un espace de rangement conséquent, voire une pièce dédiée.

La chaudière mixte pour la production d’eau chaude sanitaire La chaudière basse température permet également d’avoir du chauffage dans son logement ET l’eau chaude sanitaire. Pour cela, on optera pour une chaudière à double-service ou aussi appelée chaudière mixte.

Avantages et inconvénients

Points positifs et points négatifs de la chaudière basse température 2019
Avantages Inconvénients
  • Rendement énergétique élevé de près de 92%-95% par rapport à une chaudière classique
  • Economies d'énergie de 15% sur sa facture de chauffage par rapport à une chaudière classique ;
  • Emissions de gaz à effet de serre inférieures à une chaudière classique ;
  • La chaudière BT permet d'avoir un meilleur confort thermique.
  • Les combustibles sont des énergies fossiles pour la plupart ;
  • l’entretien annuel est obligatoire ;
  • nécessite l'installation de radiateurs basse température ou plancher chauffant BT pour une utilisation optimale ;
  • la chaudière BT n'est plus éligible au Crédit d'Impôt à la Transition Energétique ni à la prime Energie.

Installation et entretien d’une chaudière basse température

L’installation d’une chaudière basse température est relativement simple pour un professionnel chauffagiste, puisqu’elle prend lieu et place de l’ancienne chaudière. La condition obligatoire est d’avoir un chauffage central et des émetteurs de chauffe adaptés. L’évacuation des fumées est aussi un point délicat à prendre en compte, au vu des nouvelles normes environnementales qui encadrent l’interdiction de la chaudière BT.

Faites appel à un professionnel chauffagiste Il est vivement recommandé – voire obligatoire si l’on demande des aides financières – de faire appel à un chauffagiste professionnel certifié Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) et labellisé Qualigaz pour l'installation de sa chaudière basse température. Seule garantie pour le particulier d’avoir un travail accompli en respect des règles de sécurité et des règles de l’art du métier.

Evacuation des fumées, ventouse ou cheminée ?

L’évacuation des fumées de combustion ne doit pas être négligée pour une utilisation de la chaudière en toute sécurité. La chaudière BT même si elle rejette moins de fumées de combustion qu’un modèle de chaudière classique, les rejets polluants sont encore bien présents.

conduit de cheminée

Il existe différents types de systèmes d’évacuation des fumées :

  • sur conduit individuel classique type conduit de cheminée qui aura été tubé pour éviter que les condensats (vapeur d’eau acides) viennent endommager l’intérieur du logement ;
  • sur conduit collectif, l’évacuation sur conduit Shunt est interdite pour les chaudières BT ainsi que la chaudière à condensation gaz également. Le conduit Shunt est un conduit collectif à départ individuel. En clair, chaque chaudière de l’immeuble envoie ses fumées dans un conduit commun maçonné. Le risque de condensation voire de dégâts des eaux étant assez élevé, la chaudière basse température interdite est de rigueur ;
  • chaudière basse température ventouse : l’évacuation des fumées en ventouse est un système à double conduit – une pour l’arrivée en air extérieur vers la chaudière, une autre pour évacuer les fumées vers l’extérieur du logement. Ce conduit peut être branché en perçant un des murs de l’habitation ou sur le conduit de cheminée ;
  • Evacuation en VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) gaz : fumées de combustion et air du logement sont extraits via le même conduit (simple flux). Un cadre très strict entoure l’installation et l’entretien de ce mode d’évacuation des fumées. Le conduit VMC gaz doit être tubé et un entretien annuel est obligatoire également. La chaudière BT doit être équipée d’un dispositif de sécurité collectif (DSC) afin de pallier à tout risque de fuite de gaz à l’intérieur du logement.

Concrètement comme l'indique l'arrêté du 22 mars 2017, modifiant l’arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants, les chaudières basse température de type B1 sont interdites en conduit individuel quel que soit le type de raccordement : VMC, ventouse ou cheminée. En revanche en conduit collectif en immeuble, quelques exceptions existent telles que le remplacement d'une vieille chaudière basse température par une chaudière nouvelle génération basse température Nox. Le raccordement peut s'effectuer en conduit individuel tubé de plus de 10 mètres de longueur.

Adapter les radiateurs et plancher chauffant

radiateur à intertie

Le conduit d’évacuation des fumées n’est pas le seul point de vigilance lorsque l’on décide de remplacer sa chaudière fioul ou gaz par une chaudière gaz basse température. Les émetteurs de chaleur – radiateurs ou plancher chauffant – doivent être adaptés au fonctionnement en « basse température » justement. On portera son choix vers un plancher chauffant basse température, des radiateurs basse température ou radiateurs chaleur douce, qui, comme leur nom l’indique diffusent une chaleur plus douce que sur des radiateurs classiques en haute température. La principale différence avec ces derniers est que les radiateurs BT sont de taille plus grande pour diffuser la chaleur de manière homogène dans toute la pièce. Le raccordement d’une chaudière BT à un radiateur classique est tout à fait possible mais il ne fonctionnera pas de manière optimale et les performances de la chaudière ne pourront être exploitées comme il faudrait.

Chaudière basse température ou chaudière à condensation : les différences clés

Lors de l’annonce de l’application de la directive ErP, la chaudière à condensation est devenue de fait LE modèle à installer. Toutefois cette annonce est à prendre avec du recul, tant les efforts des constructeurs pour respecter les normes exigées sont effectives avec la commercialisation de nouvelles chaudières BT.

Alors pourquoi faire le choix d’une chaudière à condensation dont le coût d’achat est bien plus élevé qu’une chaudière basse température ?

  • la chaudière gaz à condensation a un fonctionnement du type « rien ne se perd, tout se transforme » : comme pour une chaudière classique ou BT, la chaudière à condensation chauffe un liquide caloporteur dans une chambre de combustion. Mais là où la chaudière classique émet des fumées qui s’évacuent dans l’air extérieur, la chaudière à condensation récupère les calories contenues dans les vapeurs de fumées pour les réinjecter dans le circuit du chauffage central ;
  • ll faudra ainsi compter entre 3000€ et 6000€ pour une chaudière gaz à condensation contre 2000€ et 4000€ TTC pose comprise pour une chaudière BT ;
  • la déperdition d’énergie est limitée au maximum pour un rendement énergétique de 110% pour certains modèles de chaudiere gaz à condensation ;
  • l’installation est plus aisée que celle de la chaudière BT puisque la chaudière à condensation peut être raccordée en ventouse ou en conduit de cheminée tubé ;
  • le principal inconvénient de la chaudière à condensation est qu’elle doit être reliée au service des eaux usées de la commune.

Les aides financières encore possibles pour la chaudière BT interdite

Malgré la préférence de l’Etat pour une chaudière à condensation à qui profite l’ensemble des aides financières au titre de la transition énergétique, la chaudière basse température fait encore parti de plusieurs programmes d’aides et de subventions :

Picto argent

  • l’Eco-prêt à taux zéro ;
  • les subventions de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) ;
  • certaines aides financières régionales ou communales ;
  • la TVA à taux réduit.
Mise à jour le