58% des Français souhaitent équiper leur logement en objets connectés

En 2018, le marché de la domotique se transforme à une vitesse si importante qu’il est parfois compliqué de prendre du recul. En quelques mois, le rapport des Françaises et des Français à la maison connectée et ses équipements intelligents a fortement évolué. Preuve en est : la récente étude Reworld Media-Harris Interactive révélant les dernières tendances… plutôt positives. Nous y apprenons notamment que 58% des Français ont la volonté d'intégrer des objets connectés au sein de leur logement.


Maison connectée : une démocratisation au cœur du marché domotique français

Les Français ont-ils peur de la maison connectée ? C’est la question que nous nous posions en juin 2018 lors de la publication d’une étude de l’institut Sociovision au sujet de la perception des objets connectés par les Françaises et les Français. La démocratisation de la domotique est une réalité, mais celle-ci est encore accueillie avec une certaine frilosité, pour ne pas dire méfiance. Malgré cela, la relation entre les Français et la maison connectée semble faite pour durer, surtout si l’on prend en compte les chiffres du marché de la maison connectée en 2017 et les promesses qu’ils laissent présager pour 2018.

En faisant le tour d’horizon des maisons connectées actuellement disponibles sur le marché français – et en constatant leur multiplication –, le constat est indéniable : celles-ci sont au centre des considérations des consommatrices et consommateurs. Les objets connectés vous font réaliser des économies, les objets intelligents vous protègent, autrement dit, ils changent vos habitudes quotidiennes.

Maison connectée : les Françaises et les Français aiment leur logement… mais veulent l’améliorer !

Une récente étude commanditée par Reworld Media et réalisée par Harris Interactive a permis de mettre en lumière le rapport des Françaises et des Français à leur logement et sa potentielle amélioration grâce à l’innovation technologique. Celle-ci s’intitule « Domotique et écoresponsabilité : 2 tendances structurantes de l’habitat de demain ». Au cœur de leurs envies pour un meilleur logement se trouve le besoin d’augmenter leur confort et leur sécurité. Deux des enjeux principaux de la révolution domotique.

Voilà les quelques chiffres clés de l’étude :

  • 90 % des personnes estiment que leur logement reflète leur personnalité,
  • 88 % déclarent ne pas être totalement satisfaites de leur habitation intérieure, et 78 % pour leur habitation extérieure,
  • 96 % des sondés déclarent aimer passer du temps chez eux,
  • 58 % désirent modifier leur façon d’équiper leur logement grâce à la domotique,
  • 86 % estiment que les prix des objets connectés sont trop élevés,
  • 11 % possèdent déjà un équipement domotique en lien avec l’énergie, la sécurité ou le confort,
  • 66 % considèrent qu’il y a un manque d’information en matière d’équipement domotique.

Selon les résultats de l’étude, 6 personnes sur 10 envisagent de s’équiper avec des objets connectés en rapport avec l’énergie, le confort ou la sécurité.

Les objets connectés pour améliorer le quotidien dans votre maison
Équipement domotique Exemple de produits disponibles
Alarmes intelligentes
Caméras autonomes
Thermostats connectés
Assistants vocaux
Équipez votre logement d’un thermostat connecté et bénéficiez d’un crédit d’impôtPeu de gens le savent, mais l’installation d’un thermostat intelligent dans votre habitation vous donne accès au crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Celui-ci est équivalent à 30 % du prix de votre thermostat connecté, hors installation. Selectra vous explique tout dans le guide intitulé "Thermostat connecté : bénéficiez d'un crédit d'impôt."

Maison connectée : la conscience écologique est une réalité

Un des autres résultats intéressants de l’étude de Reworld Media-Harris Interactive est l’accent mis sur l’écologie et son pendant connecté, l’écodomotique. On le sait, l’innovation technologique peut permettre de joindre l’utile à l’agréable, et la plupart des entreprises ont à cœur de mettre à votre disposition des objets écoresponsables. Par exemple, les thermostats intelligents sont à la fois économiques pour le porte-monnaie, mais ils réduisent aussi les émissions de CO2 des foyers qui s’en équipent. Enfin, on a pu voir ces dernières années des accessoires spécialement conçus avec cette préoccupation environnementale en tête, comme Foobot qui permet d’analyser la qualité de l’air ou encore les ruches connectées Hostabee qui sont axées sur l’amélioration de la situation catastrophique des apiculteurs et des abeilles en France.

En 2018, innovation technologique rime avec conscience écologique.

Selon l’étude :

  • 72 % des personnes interrogées disent accorder de l’importance à l’écoresponsabilité à travers leurs habitudes et l’aménagement de leur logement,
  • 61 % font attention à l’utilisation d’engrais chimiques,
  • 75 % disent se soucier de leur consommation d’électricité,
  • 75 % déclarent faire attention à leur consommation d’eau,
  • 91 % expriment une hésitation quant aux aménagements écoresponsables à cause de leur prix. Les travaux en ce sens restent rares, et quand ils sont réalisés, les sondés disent passer à 68 % par des professionnels.

La lecture attentive de ces chiffres offre une certaine vision de la tendance de 2018 quant à l’écodomotique. Les Françaises et les Français se sentent concernés par l’enjeu écologique et sont prêts à agir pour améliorer les choses. Au quotidien, cela semble être un souci pour une grande majorité d’entre eux. En revanche, quand il s’agit de grands travaux afin d’équiper et d’améliorer leur habitation pour que celle-ci devienne plus écoresponsable, malgré une certaine volonté, les coûts souvent importants restent un véritable frein.

L’écoresponsabilité : un principe méconnuLa communication autour de l’écoresponsabilité pourrait sans aucun doute être améliorée, puisque selon l’étude Reworld Media-Harris Interactive, beaucoup de Françaises et de Français disent ne pas vraiment savoir de quoi il s’agit. Pour autant, cette démarche semble leur tenir à cœur, puisque les personnes renseignées y voient une manière de faire des économies à 92 %, de respecter l’environnement à 88 % et d’améliorer leur bien-être à 90 %.
Mis à jour le