TF1 vs Free, Canal et Orange : retour sur un conflit en plusieurs étapes

Entre TF1 et les géants des télécoms, la guerre est déclarée ! Si le groupe a réussi à trouver un accord avec Orange, Bouygues Telecom et SFR Altice, les discussions sont loin d’être terminées avec Canal et Free. Retour sur un conflit inédit dans le monde de la télévision…

Les raisons du conflit entre TF1 et les opérateurs

télécommande

C’est un coup de tonnerre qui a récemment bouleversé le monde de la télévision : le groupe Canal a coupé les chaînes du groupe TF1. Pour comprendre cette décision inédite, il faut revenir quelques mois en arrière.

TF1, sous l’égide de son nouveau PDG, Gilles Pélisson, a entrepris un changement de stratégie. Face à la concurrence et à la multiplication des SVoD (de l'anglais Subscription Video on Demand pour Vidéo à la Demande par Abonnement) comme Netflix ou Amazon Prime, la chaîne cherche à se renouveler en proposant des contenus originaux afin de séduire une nouvelle audience. Pour financer ces changements, TF1 a décidé de diversifier ses sources de revenus tout en dépendant moins de la publicité. La chaîne s’est donc tournée vers ses principaux distributeurs, c’est-à-dire les opérateurs télécoms ainsi que le groupe Canal, en leur demandant une rémunération en échange de la diffusion des chaînes de la TNT du groupe.

Au total, ce sont plusieurs dizaines de millions d’euros qui ont été demandés par TF1 à SFR Altice, Bouygues Telecom, Orange, Free et au groupe Canal. Problème : selon les distributeurs, cette rémunération de leur part aurait des répercussions sur les abonnés qui se verraient payer pour des chaînes pourtant gratuites. TF1 justifie cette demande par la mise en place de la nouvelle offre “TF1 Premium” qui comprend :

  • la disposition de ses chaînes en clair (TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI)
  • le service replay MyTF1
  • les services enrichis comme le start-over (pour revenir au début d’un programme en cours de diffusion) ou le catch-up enrichi (replay disponible plus de sept jours, programmes en HD, avant-premières)

Le groupe TF1 dit également s’être inspiré d’exemples à l’étranger comme aux Etats-Unis ou en Europe de l’Est, où ce genre de système est déjà en place.

Malgré un accord trouvé avec SFR Altice, Bouygues Télécom et Orange, à l’heure actuelle, Free refuse toujours de payer TF1.

TF1 vs les distributeurs : un feuilleton en plusieurs étapes

TF1 opère un changement de stratégie en 2016

L’une des premières parties de ce conflit commence en 2016. TF1 décide changer de stratégie et de profiter de l’arrivée à échéance de ses contrats de distribution avec Free, Orange, Bouygues Telecom, SFR et le groupe Canal+ pour demander une rémunération pour ses nouveaux services premium. Cette redevance réclamée par la chaîne, qui espère alors gagner jusqu’à 100 millions d’euros, est calculée en fonction du nombre d’abonnés. Si les distributeurs refusent de payer, le groupe TF1 menace de couper la diffusion de ses chaînes.

De leurs côtés, les distributeurs sont dans l’incompréhension face à la demande de TF1. Dans un premier temps, ils refusent de payer pour la diffusion de la Une et des chaînes de la TNT appartenant au groupe, car elles sont gratuites et, que pour émettre sur la TNT, le groupe TF1 utilise des bandes de fréquences qui, elles, appartiennent au domaine public.

Envie d'en savoir plus sur la télévision ? Pour tout comprendre au fonctionnement de la télévision, découvrez notre guide spécial !

TF1 coupe ses services replay à SFR Altice en juillet 2017

Les tensions montent entre TF1 et les différents fournisseurs d’accès à internet (F.A.I) jusqu’au 31 juillet 2017, date à laquelle la chaîne décide de couper son service replay aux abonnés SFR Altice. Après des négociations, les deux groupes finissent par trouver un accord. En septembre, Altice accepte de verser un peu moins de 10 millions d’euros au groupe Bouygues (dont TF1 fait partie) et en profite pour négocier un accord sur la distribution de ses chaînes, dont SFR Sport ou encore BFM. SFR obtient, par la même occasion, l'exclusivité des chaînes TF1 +1 et TMC +1 pendant six mois (qui diffuseront les programmes de TF1 et TMC avec une heure de retard). Pour découvrir ces nouveaux services, souscrivez une box SFR en appelant 09 87 67 96 18 ou demandez à être rappelé gratuitement.

Peu de temps après SFR Altice, c’est Bouygues Telecom, faisant pourtant partie du même groupe que TF1, qui cède à la demande de la chaîne.

Envie d'en savoir plus sur l'offre TV SFR Altice ? Pour tout savoir sur l'offre TV SFR Alice ou souscrire une box TV, appelez Selectra au 09 87 67 96 18 ou demandez à être rappelé gratuitement par l'un de nos conseillers.

TF1 entre en conflit avec Orange, Free et le groupe Canal en janvier 2018

télévision et drapeaux

Fort de son succès face à SFR Altice et Bouygues Telecom, le groupe TF1 pensait pouvoir faire fléchir Orange, Free et Canal+. C’était sans compter la résistance de ces derniers.

En janvier, les tensions s’intensifient entre TF1 et Orange dont le contrat de distribution arrive à échéance le 31 janvier 2018. N’ayant pu trouver un accord, la chaîne dirigée par Gilles Pélisson décide alors de mettre ses menaces à exécution en coupant ses services replay aux abonnés Orange. Malgré cette décision, l’opérateur refuse toujours de payer. Il se trouve même conforté dans sa position par Free et le groupe Canal+ qui refusent également de se soumettre aux exigences de la chaîne.

Tout s’accélère le jeudi 1er mars à 23h, lorsque Canal décide de couper le flux des chaînes du groupe TF1. Sur les canaux attribuées aux chaînes TF1, le groupe Bolloré diffuse un message informant ses abonnés de leur désaccord. Les conséquences sont immédiates : la Une rencontre une véritable de perte d’audience.

Dès le 7 mars, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et le Ministère de la Culture interviennent pour que le groupe Canal rétablisse les chaînes TF1 aux abonnés Canal par Satellite. La Ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a notamment rappelé que l'offre TNT Sat, qui permet aux foyers situés dans des zones où la couverture hertzienne est trop mauvaise pour recevoir la TNT, n'était pas concernée par le différend commercial qui oppose les deux groupes. Suite à ce rappel à l'ordre, Canal rétablit le signal des chaînes TF1 uniquement aux abonnés TNT Sat.

La même semaine, Orange et Free menacent d’emboîter le pas au groupe Canal en coupant, à leur tour, le signal des chaînes TF1. Les abonnés Freebox ont même eu la surprise de voir apparaître, durant une vingtaine de minutes, un bandeau en surbrillance expliquant le conflit en cours entre le FAI et le groupe de Martin Bouygues.

TF1 et Orange trouvent un accord en mars 2018

Finalement, le 9 mars, un accord entre TF1 et Orange est enfin trouvé. D’après des sources proches du dossier, l’opérateur historique aurait accepté de payer moins de 13 millions d’euros (au lieu des 25 millions demandés par TF1) pour les services autour de la diffusion des chaînes du groupe. En échange de cette redevance, TF1 va notamment fournir à la TV d’Orange :

  • MyTF1 Premium
  • Deux nouvelles chaînes TV pour la rentrée 2018 : TF1 +1 et TMC +1
  • Le renouvellement de la distribution des chaînes payantes TF1, c’est-à-dire TV Breizh, Ushuaïa TV et Histoire, ainsi que le service de dessins-animés à la demande, TFOU Max qui sont proposés en option dans le bouquet Famille de la TV d’Orange.

Orange et TF1 se sont également mis d’accord pour développer des solutions publicitaires sur les services TF1 qui sont distribués sur la TV d’Orange.

Vers un accord avec le groupe Canal ?

De son côté, après avoir rétabli TF1 à tous ses abonnés à l’occasion du spectacle des Enfoirés, le 12 mars, Canal a décidé de remettre progressivement la diffusion en direct de l’ensemble des chaînes TF1. Si le groupe reste ferme quant à ses positions et refuse toujours de payer pour la diffusion de chaînes gratuites, il se dit désormais prêt à négocier avec TF1 pour la rémunération de services à valeur ajoutée.

Le bras de fer continue entre TF1 et Free

Si TF1 a réussi à trouver un terrain d’entente avec tous les distributeurs, un seul fait de la résistance : Free. La chaîne réclamerait 20 à 25 millions d’euros à l’opérateur. A l’heure actuelle, Xavier Niel, le PDG du F.A.I, campe sur ses positions et refuse de payer pour la diffusion de chaînes gratuites. Le contrat qui lie Free à TF1 arrive à échéance le 31 mars 2018. A l’heure actuelle, la chaîne et le FAI ont bien du mal à être sur la même longueur d’onde.

Mais dans cette guerre que se livre Free et le groupe TF1, un élément de taille est à prendre en compte : la coupe du monde 2018. L’événement sportif qui débutera le 14 juin prochain devrait attirer des millions de téléspectateurs. Le lien avec ce conflit ? C’est TF1 qui a obtenu l’intégralité des droits de diffusion. Le groupe a d’ailleurs profité de la coupe du monde 2018 pour mettre ses distributeurs sous pression. Si la compétition a réussi à faire pencher la balance en faveur de TF1 dans ses négociations, à l’heure actuelle, Free ne semble pas s’en inquiéter. Les dirigeants de l’opérateur laissent, cependant, entendre que des discussions sont en cours.

De son côté, si aucun accord n’était trouvé et que TF1 retirait vraiment ses chaînes aux abonnés Free, elle prendrait aussi le risque de perdre une partie de son audience.

smartphone avec forfait

Dénichez la meilleure offre TV sans attendre !

A la recherche de la meilleure box TV pour suivre la Coupe du Monde ? Nos conseillers vous orientent au 09 75 18 33 47 (rappel gratuit).

Souscrire par téléphone

TF1, M6, Altice : une redevance pour faire face à Netflix ?

télévision rétro

Après TF1, c’est désormais Altice, propriétaire du groupe NextRadio TV, qui veut faire payer les chaînes gratuites de la TNT. NextRadio TV détient notamment les chaînes SFR Sport, BFM TV, BFM Business et RMC Découverte. Si un accord a déjà été passé avec Bouygues Télécom il y a quelques mois, c’est désormais Free qui est mis sous pression.

Il y a quelques mois, M6 avait déjà demandé (et obtenu) une rétribution à ses distributeurs pour ses services en replay.

Derrière la mise en place de ces stratégies se cache surtout une véritable problématique à laquelle les chaînes du petit écran doivent faire face : le boom des SVoD. Si en 2017 les Français passaient en moyenne 3h42 par jour devant la télévision*, les 16-35 ans, eux, se tournent de plus en plus vers d’autres écrans et d’autres modes de consommation. Une tendance qui, si elle se confirme, pourrait donner du fil à retordre à la télévision. D'autant plus qu'avec Netflix ou encore Amazon Prime, le média apparaît presque comme désuet et peine de plus en plus à faire face à cette concurrence qui bénéficie de bien plus de moyens pour produire ses contenus. Pour attirer une nouvelle audience, la télé doit donc se renouveler. S'il est encore trop tôt pour prédire l'avenir du média, une question est pourtant sur toutes les lèvres : la télévision, telle qu'on la connaît, a-t-elle encore de beaux jours devant elle ou est-elle destinée à s’éteindre à tout jamais ?

*D'après une étude de Médiamétrie sur l'année TV en 2017.

Mise à jour le