Rénovation énergétique : le crédit d'impôt remplacé par une prime énergie

Installation fenêtre
Grâce à la prime qui remplacera le CITE, de nombreux ménages en difficultés financières pourront remplacer leurs vitrages simples par des doubles vitrages et réaliser des économies d'énergie.

Le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) touche à sa fin. En 2020, il sera supprimé pour 20% des foyers français parmi les plus aisés, les bénéficiaires les plus importants. Pour le remplacer, sera mise en place une aide pour les ménages modestes, plus souvent touchés par la précarité énergétique.

Passer du CITE à une prime directe 

Attibué sans condition de revenus, le CITE permettait à chacun d’entamer des travaux de rénovation énergétique. Malheureusement peu de personnes en bénéficiaient puisque l’aide était attribuée un an après la fin des travaux. Une avance financière que peu de ménages pouvaient se permettre. Le CITE sera donc remplacé par une prime pour les travaux. Comme l’explique le ministère de la Transition écologique et solidaire : « Versée au moment des travaux, la prime va faciliter le financement des travaux par les ménages qui n'auront plus besoin de faire l'avance du montant couvert par l'aide ».

Une mise en place de la prime sur deux ans 

La prime ne sera pas mise en place d’un coup. En premier lieu, dès 2020, elle sera disponible pour les ménages jugés modestes par l’Agence Nationale pour l’Habitat (Anah). Y seront éligibles les foyers témoignant d’un revenu annuel inférieur 20.470 euros pour un célibataire francilien ou 14.790 euros dans les autres régions de l’Hexagone. 

Pour les ménages aux revenus compris entre le cinquième et le huitième décile, le CITE est continuera d’exister en 2020. Il sera remplacé par la prime en 2021. Toutefois son montant sera sans doute moins important que le CITE. 

Enfin pour les ménages les plus à l’aise financièrement, le CITE prendra fin en 2020. Ils ne seront pas non plus éligibles à cette la prime de substitution. Une réforme que regrettent de nombreux acteurs du BTP. « Le gouvernement considère que les ménages aisés n'ont pas nécessairement besoin d'une aide publique. Mais le CITE avait un effet d'orientation et ils préféreront changer leur cuisine plutôt que faire des travaux d'isolation », a souligné la Fédération française du bâtiment.

Quel montant pour quels travaux ? 

Si rien n’est gravé dans le marbre, a priori, la prime pourrait osciller entre 200 et 11 000 euros. Une large fourchette, pour un montant qui sera déterminé en fonction des revenus du foyer mais aussi des travaux à effectuer pour améliorer les performances énergétiques de son logement. 

Pour l'heure, seront éligibles à la prime, les travaux comme l’isolation des murs ou la mise en place de fenêtres à double vitrage. Ils bénéficieront d'une aide comprise entre 15 et 40 euros le mètre carré. En revanche, l'isolation des combles, pourtant essentielle pour faire des économies d'énergie, n’entrera pas dans le cadre de l’aide. Il en va de même pour le remplacement de chaudières anciennes pour des chaudières à gaz à haute performance énergétique.

Mise à jour le