Baisse historique de la consommation de gaz et augmentation des prix : comment expliquer cette incohérence ?

Mis à jour le
min de lecture

En à peine plus de deux ans, entre 2021 et 2023, la consommation de gaz en France a reculé de pas moins de 20 %, pour atteindre des niveaux jamais vus depuis les années 1990. Comment expliquer cette chute spectaculaire et surtout, pourquoi malgré cela, le prix du gaz augmente-t-il ?

Un niveau de consommation plus vu depuis les années 90

Selon les données de GRTGaz, la consommation de gaz a reculé de 11,6 % l'an dernier. Une baisse qui atteint 6,3 % chez les ménages et 7,2 % chez les industriels. Des niveaux plus vus depuis 1996, qui passent même sous la barre des 400 TWh, à 381 TWh plus exactement, à en croire les données du gestionnaire. C'est 11,4 % de moins qu'en 2022, et même 20 % de moins qu'en 2021, année de référence, puisque l'arrêt de certaines centrales nucléaires a nécessité une intense activité des centrales à gaz en 2022. « La consommation française de gaz baisse de 11,4 % en 2023 et passe sous la barre des 400 TWh, reflétant de nouveaux comportements en matière de sobriété et d'usages », indique d’ailleurs le gestionnaire du réseau de transport de gaz français dans un communiqué. La tendance baissière observée depuis 2021 et le début de la hausse des prix du gaz, entraînés par la reprise économique post-COVID, s'est confirmée en 2023, et ce, « malgré une stabilisation des prix du gaz en Europe et un retour à leurs niveaux d'avant-guerre en Ukraine », explique également GRTgaz.

Malgré la baisse notable du prix de l’énergie rencontrée en 2023, les Français sont restés on ne peut plus mesurés dans leur rapport au gaz. Le prix moyen du gaz sur les marchés selon l'indice du TTF néerlandais s'affiche actuellement à 22 euros le MWh. C’est deux fois moins qu'en 2023 (43 euros) et 5,5 fois et demi moins que pendant l'année 2022 (121 euros) marquée par une flambée inédite, suite aux sanctions infligées à la Russie et à la réduction drastique des approvisionnements de Moscou vers l'Europe. Pour GRTgaz, pas de doute, les effets cumulés d'un climat plus doux, d'efforts de sobriété et d'un moindre recours au gaz pour produire de l'électricité ont largement participé à cette chute.

Baisse de la consommation et hausse des prix

Dans le détail, la consommation des distributions publiques (ménages, tertiaire, petite industrie) a baissé de 6,5 % en 2023 par rapport à 2022, à 253 TWh, en données corrigées du climat. Un recul similaire à celui observé entre 2021 et 2022 (-6,2 %). « Cela signifie que, même si on a des hivers doux, les consommateurs ont changé leur comportement [...] et puis il y a aussi probablement un effet d'efficacité énergétique », a commenté Sandrine Meunier, directrice générale de GRTgaz. Le retour à la (presque) normale du parc nucléaire d’EDF compte également pour beaucoup dans cette baisse, puisque l’année 2022 avait été marquée par une production accrue d’électricité via les centrales thermiques à gaz, pour compenser le manque de production nucléaire.

Une mauvaise nouvelle toutefois, puisqu’au 1er juillet prochain, la facture de gaz devrait de nouveau augmenter de 5,5 % à 10,4 % pour les Français, ont annoncé vendredi 2 février la Commission de régulation de l'énergie et le gestionnaire du réseau GRDF. Une augmentation qui peut surprendre alors que le prix repère du gaz pour janvier 2024 a baissé de 4% après des mois de hausses successives. « C'est essentiellement lié au fait que la consommation baisse », explique Emmanuelle Wargon, présidente de la Commission de régulation de l'énergie, alors que les coûts d'acheminement et d'utilisation du réseau de gaz restent les mêmes et doivent être supportés par les consommateurs moins nombreux.

Cette hausse pour le consommateur, « c'est essentiellement lié au fait que la consommation baisse", explique-t-elle. "C'est une bonne nouvelle que la consommation baisse, c'est bien pour la planète, c'est aussi bien pour le pouvoir d'achat d'ailleurs, parce qu'on consomme moins. Mais comme on a toujours autant besoin des tuyaux et qu'on a la même exigence de qualité et de sécurité, si on répartit les dépenses d'utilisation du réseau sur moins de consommation, forcément consommateur par consommateur, ça fait un tout petit peu plus » a expliqué la Présidente de la CRE. Alors que vous consommiez ou non plus de gaz, préparez-vous tout de même à une hausse prochaine des prix. Pour vous en prémunir, n’hésitez pas à comparer dès maintenant les offres de gaz et à opter pour la moins chère !

⚡ Quel fournisseur de gaz est le moins cher ?
Fournisseurs Offre de gaz Zones tarifaires Gaz
1 2 3 4 5 6
TotalEnergies
OFFRE SPÉCIALE GAZ
🏷️ Des prix indexés !
0.1095€ 0.1101€ 0.1113€ 0.1124€ 0.1141€ 0.1161€
OHM Énergie
OFFRE MAXI ÉCO GAZ 0.1108€ 0.1108€ 0.1108€ 0.1108€ 0.1108€ 0.1108€
Mint Énergie
BIOGAZ CLASSIC
✔️ Offre verte !
🏷️ Des prix indexés !
0.1158€ 0.1158€ 0.1158€ 0.1158€ 0.1158€ 0.1158€
CRE
PRIX REPÈRE MOYEN DE VENTE DE GAZ NATUREL 0.1159€ 0.1159€ 0.1159€ 0.1159€ 0.1159€ 0.1159€
Vattenfall
GAZ FIXE FIDÉLITÉ
🏷️ Des prix bloqués !
0.111€ 0.111€ 0.111€ 0.111€ 0.111€ 0.111€

*Tableau mis à jour quotidiennement. Budget annuel calculé pour une consommation de 2000 kWh en fonction des zones tarifaires.

Partager cet article !

  

Les articles "énergie" les plus lus