Courtier de prêt immobilier : rôle, tarifs, avantages et inconvénients

Courtier de prêt immobilier : rôle, tarifs, avantages et inconvénients

Environ 40 % des Français font appel à un courtier en immobilier pour les accompagner dans leurs démarches de souscription de prêt. Mais à quoi sert vraiment un courtier en immobilier ? Quel est son rôle dans la concrétisation du projet immobilier ? Et combien ça coûte ? Découvrez notre guide sur le courtier en immobilier pour répondre à ces questions.


L’essentiel à retenir ?

  • Le courtier de prêt immobilier sélectionne les 3 offres de crédit les plus en adéquation avec votre profil et votre projet immobilier.
  • Le courtier de prêt immobilier est un gage d'efficacité (gain de temps et d'argent) dans votre recherche de financement.
  • Le courtier perçoit une commission des banques et fréquemment de la part de l’emprunteur.

Quel est le rôle d’un courtier immobilier ?

Définition du courtier de prêt immobilier

Un courtier en immobilier permet, après analyse approfondie des besoins d’un acheteur et de son budget, de trouver l’offre de prêt immobilier la plus adaptée à son profil.

Courtier immobilier et banques

Il travaille en sollicitant le maximum de propositions des établissements financiers (banques traditionnelles, banques en ligne et établissements de crédit).

Cette activité de conseil n’est pas gratuite. Le courtier en immobilier se rémunère en prélevant une commission par projet immobilier.

À quoi sert un courtier en immobilier ?

Le courtier immobilier joue le rôle d'intermédiaire entre les organismes à capacité de financement, les banques, et les futurs acquéreurs immobilier en besoin de financement.

La plupart du temps, il conseille et accompagne l’acheteur dans la constitution de son dossier de prêt.
Le courtier a également pour objectif de réduire au maximum le coût total du crédit :

  • taux de prêt immobilier,
  • coût de l’assurance emprunteur,
  • frais annexes.

Combien coûte un courtier en prêt immobilier ?

Le montant des frais de courtage varie et dépend de l’organisme choisi, s’il s’agit d’un courtier en ligne, d’une agence physique, etc, mais oscille entre 1 % et 4 % du montant du prêt.

Exemple : pour un emprunt de 200 000 €, le frais de courtage s’élèveront à 2 000 € avec une commission à 1 %.

Acquéreur ou banque : qui paie le courtier immobilier ?

Le courtier immobilier travaille en partenariat avec les banques. En tant qu’apporteur d’affaire, il est systématiquement rémunéré par les banques auprès desquelles ont lieu la souscription des crédits immobiliers.

En plus de la rémunération de la banque, il touche en général une commission à la charge de l’emprunteur en échange des services rendus.

Un certain nombre de courtiers proposent désormais leurs services à titre gratuit pour les acquéreurs.

Le courtier touche ses honoraires uniquement si le client finalise le contrat de prêt avec la banque par signature. Si l’offre de prêt ne lui convient pas, le courtier ne percevra rien. Le courtier ne peut exiger de versement avant finalisation de contrat.

Courtier de prêt immobilier : comment ça marche ?

Faire appel à un courtier permet d’éviter d’avoir à réaliser une étude de marché approfondie, en demandant des propositions commerciales à tous les établissements financiers. D’où un gain de temps considérable.

Il existe 3 types de courtiers en prêt immobilier :

  • les réseaux de courtier,
  • les indépendants,
  • les pure-players ou courtiers sur internet qui pour la plupart sont à l’origine des organismes.

Lorsque vous faites appel à un courtier, il est nécessaire de lui préciser votre projet immobilier et de faire le point sur votre situation financière pour que celui-ci puisse vous présenter l’offre adapter.

Banques et courtier en ligne

Voici les étapes à suivre avec un courtier en crédit immobilier.

1. Solliciter votre courtier

Après avoir étudié différents organismes de courtage et choisi en fonction des services et tarifs proposés, vous sollicitez votre courtier.
Cela peut se faire par une simulation de prêt puis une demande à déposer auprès de l’organisme en remplissant un formulaire semblable à un pré-dossier de demande de prêt.

2. Mise en contact avec le courtier sélectionné

La prise de contact avec un conseiller en courtage lui permettra de prendre connaissance de l’intégralité de la situation : affiner le projet immobilier et en savoir davantage sur votre profil.

3. Analyse du dossier de demande de prêt

Après avoir clarifié votre projet et vos attentes, votre dossier va être étudié et analysé dans les moindres détails pour que le courtier puisse apporter une réponse juste et appropriée à votre besoin de financement.

Voici les éléments à communiquer au courtier :

  • la nature du projet (résidence principale, secondaire, investissement locatif, etc.),
  • le coût total du projet (prix de vente du bien, montant d’éventuels travaux, frais de notaire, garanties, etc.),
  • le montant des mensualités que vous pourrez supporter,
  • la durée de remboursement,
  • les revenus mensuels et charges mensuelles.

À partir de ces éléments, le courtier va établir votre taux d’endettement et votre capacité d’emprunt pour évaluer la faisabilité du projet.

4. Proposition de l’offre de prêt

Après étude du dossier et des offres des banques, le courtier a l’obligation légale d’émettre 3 propositions, supposément celles des meilleures offre de prêt les plus en adéquation avec le projet et le profil de l’emprunteur. Elles doivent être compétitives selon divers critères :

Acceptation de l'offre de prêt du courtier
  • le TAEG,
  • le TAEA (taux de l’assurance emprunteur),
  • les frais annexes et autres avantages (frais de dossier offerts, absence de pénalité de remboursement anticipé, etc.).

L’acquéreur peut se trouver insatisfait des propositions faites par le courtier et peut donc en demander une nouvelle.

5. Acceptation ou refus

L’emprunteur peut choisir d’accepter l’offre de prêt émise par le courtier. Dans ce cas, il finalise avec lui la souscription du crédit immobilier et lui versera une commission. En cas de refus des propositions, les frais de courtage ne peuvent être appliqués.

Dans quels cas faire appel à un courtier immobilier ?

Tout le monde ne s’y connaît pas particulièrement en emprunt immobilier.
Cela peut par exemple être le cas des primo-accédants, ou des personnes n’ayant pas de temps à consacrer à la recherche du meilleur tarif, démarche pouvant parfois s’avérer être un véritable casse-tête. Faire appel à un courtier dans ces cas là peut se révéler intéressant.

Primo-accédant : définition Est considérée comme “primo-accédant”, toute personne accédant pour la première fois à la propriété à titre de résidence principale. Les personnes n’ayant pas été propriétaire de leur résidence principale durant les deux années précédant l’achat sont également considérées comme primo-accédants.

Les connaisseurs du marchés immobilier n’auront pas particulièrement besoin de faire appel à un courtier en prêts immobiliers.

Bon à savoir :Si le courtier en immobilier vous facture des frais de courtage, il est indispensable que les économies qu’il vous permet de réaliser sur le montant total du prêt soient supérieures à ces frais. Sinon, l’opération ne sera pas rentable.

Avantages et inconvénients du courtier immobilier

Vous l’aurez compris, le courtier en immobilier a pour objectif de faire économiser de l’argent à son client (l’emprunteur) sur le montant total de son prêt immobilier. Mais est-ce toujours approprié ? Voici les avantages et inconvénients à passer par un courtier immobilier.

Passer par un courtier immobilier : avantages et inconvénients
Avantages Inconvénients
  • gain de temps quant aux démarches
  • des économies possibles sur le coût total du prêt
  • accompagnement et conseil dans la constitution d’un dossier de prêt solide et le reste des démarches
  • accès à une large gamme d’offres de par une connaissance aiguisée du marché
  • très utile pour les débutants dans le monde de l’immo ou ceux ayant peu de connaissances du marché
  • choix du courtier parfois difficile
  • parfois payant du fait des frais courtages
  • dépendance quant aux disponibilités du courtier
  • peut ne pas toujours être objectif : une méthodologie de sélection des
    offres à considérer attentivement (la commission étant versée par la banque)

FAQ - Courtier immobilier

Pourquoi passer par un courtier immobilier ?

Le courtier joue un rôle de négociateur important auprès des banques. Il parvient généralement à négocier la gratuité des frais de dossier de la banque, ou encore la levée des indemnités de remboursement anticipé le cas échéant.

Il va permettre de faire bénéficier d’un baisse du taux d’intérêt appliqué à l’emprunt de généralement 0,20 % à 0,30 %. Pour les primo-accédants au profil laissant présager un avenir prometteur et une certaine stabilité financière, la diminution peut aller jusqu’à 0,50 % ou 0,60 %. C’est également le cas pour les couples emprunteurs aux revenus confortables (au moins 5 000 €). En bref, c’est un gain de temps et d’argent, etc.

Comment choisir son courtier ?

Il existe de nombreux organismes de courtage. Il est important de le choisir en se focalisant sur certains éléments essentiels :

  L’organisme doit être inscrit à l’ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance) : c’est la garantie de fiabilité de l’organisme. Cette agrégation lui donne le droit d’exercer son activité d’Intermédiaire en Opération de Banque et Service de Prêt (IOBSP).

Les élements à vérifier pour choisir son courtier

  Les services proposés : accompagnent de A à Z dans la constitution du dossier, de la définition du projet immobilier à la signature du contrat de prêt ; service de conseil juridique et financier, etc.

  L’organisme doit faire preuve de transparence quant à la prestation dont vous bénéficierez : le montant des éventuels frais de courtage et ce qu’ils incluent, la méthodologie de sélection des offres, ainsi que les banques partenaire avec lesquelles il est en relation.

  la prestation peut être payante ou gratuite. Un organisme qui fait payer sa prestation doit vous offrir plus de sérénité et un meilleur service. Soyez attentif aux prestations incluses dans les frais de courtage.

Pour rappel, si l’offre de prêt proposée par le courtier ne vous convient pas, vous pouvez la refuser sans frais. C’est une démarche sans engagement, le courtier facturant ses prestations uniquement en cas de signature de contrat.

Mis à jour le