La 5G au CES 2019 : ce qu'il faut retenir

Le CES 2019 à Las Vegas était l'occasion de présenter les dernières innovations technologiques. Quelques participants ont présenté leurs prototypes compatibles à la 5G. Parallèlement, l'Arcep a annoncé dans son rapport du 3ème trimestre 2018 que le réseau 4G est davantage plébiscité. Pour mieux arriver à la 5G ? Explications.

Samsung, Qualcomm et Nokia en vitrine du CES pour la 5G

Trois grandes marques des télécoms semblent avoir sorti leur épingle du jeu à Las Vegas, en tout cas en conclusion de cette édition 2019 du CES sur la 5G. Ces présentations sont à prendre avec des pincettes car ces objets qui suscitent toutes les curiosités sont encore inaboutis et font pour l'instant office d'opérations de communication.

Dessin de la 5G

  • Samsung a présenté ce qui pourrait être le Samsung S10 en version 5G mais grande déception pour les visiteurs et les médias car le modèle, encore au stade de prototype, était totalement inaccessible, protégé par une vitrine. Une fois terminé, le smartphone fera probablement des merveilles mais pour l'instant le mystère reste entier donc et c'est la version 4G du Galaxy S10, succédant aux Galaxy S8 et S9 qui devrait être présentée en avant-première au MWC de Barcelone en février prochain.
  • Qualcomm, société américaine spécialisée dans l'élaboration des fameux processeurs ultra-puissants Snapdragon (dont la dernière version non officialisée est Snapdragon 855) pour smartphones Android, a annoncé quant à elle la compatibilité de son système 5G avec plusieurs marques importantes de smartphones : Xiaomi, Oppo ou encore Vivo. Pour rappel, Qualcomm avait vanté les mérites de son modem 5G, le Snapdragon X50 au MWC 2018. Aux Etats-Unis, Qualcomm travaille main dans la main avec AT&T (plus grand fournisseur de services téléphoniques américain et deuxième plus grand opérateur du pays après Verizon et suivi de T-Mobile. Selon les propres déclarations de l'entreprise américaine, une trentaine de smartphones seront équipés des processeurs Qualcomm en 5G courant 2019.
  • Intel et Mediatek ont également parlé de leurs processeurs respectifs (CPU) minuscules destinés aux smartphones et dopés à l'intelligence artificielle. Ceux qui seront disponibles courant 2019 ne seront toutefois pas encore compatibles avec la 5G.
  • Nokia, un des plus importants fournisseurs de réseaux (s'étant séparé en 2013 de sa partie dite mobiles) et grand favori pour l'installation de la 5G en Europe avec Ericsson, s'est affiché avec un vélo électrique, coqueluche du CES. Ce vélo doté de plaques solaires à l'apparence d'un pousse-pousse pour les touristes des grandes villes, pourrait bien remplacer les Vélib ou autres réseaux de bicyclettes devenus très populaires. Mais en plus d'être écologiques, on notera que ces vélos sont équipés d'une connexion 5G d'où l'intérêt du travail de Nokia.

Selon les propos rapportés par la revue Sciences et Avenir, le co-concepteur du vélo, Fakroudine Akbaraly, explique que la 5G va en grande partie servir pour l'enregistrement et la transmission de vidéos pour enrichir les rapports pour les incidents de la route et à destination des assurances :

Nous pensons que ces informations peuvent intéresser des compagnies d'assurances qui pourraient interroger à tout moment un réseau de vélos de ce genre pour vérifier s'il existe des images de l'incident.

Les antennes 5G conçues par Nokia se situent parmi les plus puissantes et sont capables, d'après leurs résultats, de connecter plus d'un million d'objets électroniques à la fois. Le réseau 5G sera, à long terme, au moins dix fois plus rapide que la 5G (de 1 Gbit/s à 10 Gbit/s).

Huawei, grand absent de la 5GBeaucoup s'étonnent de l'absence d'équipements (modem 5G) ou de smartphones dotés de la 5G au stand Huawei du CES, un des plus importants fournisseurs de réseaux et deuxième plus grand fabricant de smartphones mondial après Samsung et devant Apple. Cette absence peut s'expliquer par deux raisons ; d'une part Huawei est le mal aimé de l'Occident et en particulier des Etats-Unis. Donald Trump a d'ailleurs mis en garde l'Union Européenne contre le manque de sécurité informatique et les risques de piratage sur les installations d'infrastructures de la 5G par Huawei.

La France prête à accueillir la 5G d'après l'Arcep

Le 10 janvier dernier, l'Arcep a rendu son rapport du troisième trimestre 2018 sur le marché des communications électroniques. Les résultats indiqués selon le régulateur montrent plusieurs points significatifs en corrélation avec l'évolution des réseaux de télécoms en France.

  1. 75,5 millions de cartes SIM sont en service, dont 66 millions destinées aux forfaits (les autres étant donc des cartes prépayées). L'Arcep souligne ainsi une nette évolution en faveur des forfaits mobile dont une majorité sont des forfaits avec engagement : c'est-à-dire sept forfaits sur dix.
  2. Les utilisateurs présents sur les réseaux 4G sont de plus en plus nombreux : soit 46,4 millions.
  3. Le nombre de SMS envoyés (42,6 milliards en 2018 tout de même !) est en baisse de 5% par rapport à 2017. A noter que 41% des Français utilisent des messageries instantannées selon le Baromètre du numérique de l'Arcep (2018).
  4. Le nombre de smartphones est en constante augmentation, par opposition aux téléphones portables simples. Ainsi sur dix terminaux mobiles, huit sont des smartphones. A savoir que pour une utilisation optimale voire même basique, le smartphone a nécessairement besoin d'une connexion internet.

Graphique de l'Arcep sur les réseaux 4G
Graphique de l'Arcep (T3 2018) sur les réseaux 4G

Si la 5G n'est pas prévue pour tout de suite en France (2022), ces chiffres illustrent de manière claire que les Français évoluent et s'adaptent au gré des technologies. L'utilisation d'internet continue de croître et c'est à travers les smartphones que cette croissance est la plus visible.

En effet, selon le Baromètre du numérique cité plus haut, 61% des détenteurs d’un smartphone se connectent désormais à internet grâce aux réseaux mobile, tandis que seuls 35% s'y connectent via leur ordinateur. Une tendance qui s'oriente peu à peu vers les usages que promet la 5G, à savoir l'intelligence artificielle, les voitures autonomes ou encore les cités intelligentes. De premiers pas vers le futur avec lesquels devront jongler le gouvernement, les opérateurs télécoms et les constructeurs de réseaux pour protéger la santé des citoyens de l'éventuelle nocivité des antennes relais et des fréquences radio.

 

Vous souhaitez avoir des renseignements sur les forfaits 4G avec ou sans engagement ou vous souhaitez changer d'opérateur pour payer moins cher ?

Contactez Selectra pour qu'un conseiller vous oriente parmi les offres partenaires les plus compétitives, en fonction de vos besoins

Créé le