Comment obtenir un crédit sans emploi ? Les solutions

Comment obtenir un crédit sans emploi ? Les solutions

Difficile pour les personnes au chômage, ou bénéficiant de minima sociaux de décrocher un crédit. Mais pas impossible ! Les prêts immobiliers ou crédits à la consommation sont souvent accordés sous conditions de revenus. Donc comment en bénéficier en cas de revenus faibles ou inexistants ? Selectra vous présente les solutions pour obtenir un crédit sans emploi.


Comment faire pour obtenir un crédit sans emploi ?

Ce n’est pas parce que vous êtes sans emploi que vous ne pouvez pas prétendre à un crédit. La tâche ne s’annonce pas aisée, mais voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté et décrocher un crédit.

 Négocier avec sa banque

Prenez rendez-vous avec votre banquier, qui prendra le temps de vous aider à trouver un financement en adéquation avec votre profil. En effet, il vous connait et connait votre situation particulière. Il sera tout de même nécessaire de négocier et prouver un certain sérieux financier.

Mieux vaut se tourner vers sa banque car les organismes de crédit sont nombreux et se montrent plus ou moins souples sur les conditions d’attribution des crédits conso. Pour la plupart, la demande de crédit s’effectue en ligne ou par téléphone. Le traitement des dossiers est peu personnalisé, les critères à respecter normalisés. Le cas par cas n’est donc pas possible et les chances d’obtenir le crédit, très faibles.

 Faire attention à ses finances et à ses dépenses

En effet, la banque va étudier très attentivement vos relevés de compte, la plupart du temps sur les 3 derniers mois. Mieux vaut que ceux-ci soient exemplaires et ne pas présenter d’irrégularités. Une situation de découvert sera rédhibitoire.

 Demander un crédit avec justificatif, affecté à une dépense

Une banque ou un organisme de crédit sera beaucoup plus à même de vous prêter de l’argent si les fonds demandés sont destinés au financement d’un projet en particulier que si vous demandez un crédit trésorerie dont l’objet reste flou.

 Avoir un garant

Si vous êtes sans emploi, la banque manifestera des réticences à vous accorder un prêt. Disposer d’un garant étant capable de prendre le relais dans le paiement des mensualités en cas de défaillance de votre part peut jouer en votre faveur.

 Ne pas demander une somme trop importante

Restez raisonnable dans le montant demandé. Même si votre taux d’endettement approche les 33 % du seuil acceptable, la banque doit pouvoir considérer que le projet est viable. Demander une somme excessive au vu de vos moyens peut faire perdre en crédibilité auprès du prêteur.

Crédit refusé par la banque : quelles solutions de crédits pour les sans emploi ?

Il existe plusieurs types de crédits réservés aux personnes sans emploi, aux bénéficiaires de minima sociaux, ou pour les personnes exclues du système bancaire traditionnel. Les voici :

Microcrédit social personnel

Le microcrédit social personnel est un crédit à la consommation réservé aux personnes ne parvenant pas à contracter de prêt auprès d’une banque ou d’un établissement de crédit du fait de revenus modestes ou inexistants. Il s’agit d’un crédit affecté puisqu’il doit obligatoirement servir à financer :

  • un projet d’insertion sociale : achat de biens d’équipement, dépenses liées à la santé, frais engendrés par un événement de vie (obsèques, frais d’avocat à cause d’un divorce, etc.) ;
  • ou un projet d’insertion professionnelle : achat d’un véhicule ou financer son permis pour pouvoir travailler, financement d’une formation, paiement de la caution pour obtenir un logement, etc.

Pour obtenir un microcrédit, il est nécessaire de se tourner vers un réseau d’accompagnement ou un organisme social. Celui-ci vous aidera à constituer votre dossier de demande de microcrédit en précisant votre projet pro ou perso et le montant nécessaire à sa réalisation.

  • Exemples d’organismes faisant partie des réseaux d’accompagnement social :
  • CCAS (Centre Communal d’Action Sociale),
  • Caisses de Crédit Municipal,
  • Croix-Rouge,
  • CAF,
  • Initiative France,
  • Pôle Emploi,
  • Restos du Coeur, etc.

Micro Crédit conso de la CAF

Le microcrédit de la CAF permet d’obtenir des fonds pour financer l’achat d’équipement de première nécessité pour son logement (machine à laver, réfrigérateur, éléments de cuisine, chauffage, etc.).

Il est plafonné à 700 € et pour être éligibile, il est nécessaire d’avoir au moins un enfant à charge au sens des prestations familiales (charge effective et permanente). Chaque CAF départementale élabore son offre de microcrédit et les conditions varient donc d’un département à l’autre.

Restent cependant exclues des personnes éligibles, celles ayant un dossier de surendettement.

Microcrédit professionnel et Crédit Pôle Emploi

L’ADIE (Association pour le Droit à l'Initiative Économique) met à disposition des personnes sans emploi des microcrédits, prêts d’honneur, subventions, destinés à la reprise d’une activité professionnelle ou à financer la création d’entreprise.

L’ADIE propose deux crédits pour la réinsertion professionnelle, pouvant bénéficier aux personnes sans emploi :

  • le Prêt Mobilité : pour financer le permis de conduire, l’achat d’un véhicule (comme un crédit auto ou crédit moto) ou financer ses réparations ;
  • le Microcrédit pour la Création d’Entreprise : pour les entrepreneurs aux faibles revenus. Le demandeur doit disposer d’un garant, pouvant garantir le prêt à hauteur de 50 % de son montant.

Le montant maximum du Prêt Mobilité est de 5 000 € et 10 000 € pour le Prêt Création d’Entreprise.

Pour en bénéficier, il faut premièrement se tourner vers un réseau d’accompagnement, ou se renseigner auprès de Pôle Emploi, Initiative France, etc.

Crédit chômeur Pôle Emploi Pôle Emploi ne propose pas de crédit mais permet de bénéficier d’aides telle que l’aide à l’obtention du permis de conduire pour pouvoir reprendre une activité professionnelle.

Prêt sur gage

Le prêt sur gage est un crédit sans justificatif accessible sans condition de ressources. Cette une activité uniquement exercée par les Caisses de Crédit Municipal.

Il permet d’obtenir une somme d’argent en échange d’un objet de valeur. Après expertise de l’objet (des bijoux le plus souvent), les fonds sont virés sur votre compte dans l'heure ou fournis en espèces, tout dépend du montant.

Une fois le prêt remboursé, vous récupérez l’objet mis en gage. Sinon, il sera mis en vente aux enchères publiques.

Le contrat de prêt sur gage est d’un an, généralement renouvelable. Vous pouvez donc rembourser l’emprunt, majoré des intérêts à tout moment pendant la durée du contrat.

Mini prêt instantané

Le mini prêt instantané ou crédit conso rapide est un prêt sans justificatif dont les fonds peuvent être obtenus sous 24h ou 48h. Son montant varie entre 50 € et 1 500 € et les remboursement sont étalés sur maximum 4 mois.

Généralement, il est plus facile de contracter un mini-prêt qu’un prêt personnel classique auprès d’une banque ou d’un organisme de crédit spécialisé, les conditions de remboursement étant moins flexibles (montant faible, durée de remboursement courte).

Le mini prêt est une alternative au découvert bancaire ou au crédit renouvelable, aux frais et intérêts particulièrement élevés. Finfrog, Cashper, Coup de Pouce ou encore Lydia sont les organismes proposant ces types de financement.

Crédit entre particuliers

Le crédit entre particuliers est une autre alternative pour bénéficier d’un crédit sans emploi.

Le crédit entre particuliers le plus courant se fait dans le cadre familial ou amical. Le prêteur peut décider d’appliquer des intérêts au capital prêté, dont l’emprunteur devra également s’acquitter.

Il existe aujourd’hui des plateformes spécialisées dans le crédit entre particuliers : c’est le cas de Finfrog et de Younited Credit. Des particuliers investissent de l’argent auprès de l’organisme, en échange d’un rendement annuel (en général 2-3 %), financé par les intérêts payés par les emprunteurs.

Les critères des banques pour accorder un crédit chômeur

Pour accorder un crédit à un particulier ou un crédit sans emploi les banques vont étudier plusieurs aspects de la situation du demandeur :

  • l’âge,
  • la situation familiale : en couple, marié ou célibataire, avec des enfants ou non, etc.,
  • la situation professionnelle : en CDI ou CDD, cadre, employé, profession libérale, etc.,
  • la situation financière : revenus mensuels, charges, pensions, aides, loyer ou crédit immobilier, si d’autres prêts sont en cours, état du relevé de compte etc.

En fonction de tous ces éléments, la banque ou l’établissement de crédit va attribuer une note au demandeur : c’est ce qu’on appelle la méthode de scoring. Elle permettra de déterminer si l’emprunteur présente un profil risqué ou pas.

Cette note aura une influence directe sur le TAEG appliqué au crédit ainsi que sur le TAEA (taux de l’assurance emprunteur).

La banque va également étudier les revenus et charges mensuelles pour déterminer :

  • le taux d’endettement : permet de connaître le poids que représente la mensualité dans le budget du demandeur après en avoir soustrait les charges. Le taux d’endettement maximum est fixé par les banques à 33 %, soit ⅓ des revenus. Au-delà, minces sont les chances d’obtenir le financement ;
  • la capacité d’emprunt du demandeur ou du foyer : mensualité de remboursement maximale qu’il peut supporter. Elle est calculée en prenant le taux d’endettement maximum (33 %) tout en conservant un reste à vivre acceptable.

Il est donc difficile de prouver au prêteur sa capacité à rembourser lors d’une demande de prêt sans emploi. D’autant plus que de nombreux profils faisant état d’un emploi stable type CDI se voient régulièrement refuser leurs demandes de prêt.

Mis à jour le