Google lance “Cache”, son nouveau projet de banque en ligne

Google lance “Cache”, son nouveau projet de banque en ligne
Google lance “Cache”, son nouveau projet de banque en ligne

Pouvoir ouvrir un compte courant chez le géant du web Google, c’est ce qui est prévu pour 2020 avec le projet nommé “Cache”, lancé en partenariat avec Citigroup et une coopérative de Stanford. Google se lance donc à l’assaut du secteur bancaire, emboitant le pas à d’autres colosses américains tels que Facebook ou Apple. Quel est ce projet de banque Google ? Qu’en est-il de la protection des données financières ? Selectra revient plus en détails sur cette actualité.


Une Google Bank pour 2020 ?

banque google 2020

La course aux services bancaires continue avec l’arrivée du géant du web dans le monde de la banque : Google. En effet, Google a annoncé vouloir proposer à ses utilisateurs la possibilité d’ouvrir un vrai compte bancaire, semblable à ceux des banques que l’on connait déjà.

Prévu pour 2020, ce projet de services bancaires baptisé “Cache” lancé par ce mastodonte de la Silicon Valley vient ainsi concurrencer les projets d’Apple et de Facebook, lancés il y a peu sur le marché bancaire. Pour ce faire, Google compte s’appuyer sur des partenaires de choix, à savoir Citigroup, une banque d’investissements américaine qui figure parmi les plus grandes entreprises publiques du monde, ainsi qu’une petite coopérative de Stanford, bien connue des employés de Google.

“Nous réfléchissons à comment nouer des partenariats avec les banques et unions de crédits aux Etats-Unis pour offrir des comptes courants intelligents via Google Pay, aidant leurs clients à bénéficier de conseils utiles et outils pour gérer son budgets, tout en gardant leur argent dans un compte assuré par FDIC ou NCUA” précise le porte-parole de Google, Craig Ewer.

Les futurs clients pourront ainsi accéder à leur compte courant Google via les outils Google et notamment via le portefeuille numérique Google Pay. Seule l’ouverture d’un compte courant sera possible l’année prochaine, il n’est pas encore question pour Google de proposer des livrets d’épargne, même si la firme américaine espère pouvoir commercialiser à terme des crédits à la consommation, l’un des produits les plus rentables du secteur bancaire.

Quid de la sécurité et de l’utilisation des données ?

security données google

A l’annonce de l’arrivée de Google dans le secteur bancaire, une question se pose : qu’en est-il des données bancaires et de leur protection ? Une interrogation légitime, au coeur du scandale “Nightingale” qui a éclaté aux Etats-Unis au début du mois de Novembre.

Qu’est-ce que le scandale Nightingale ? Nightingale est un projet de recherche qui lie Google et Ascension, un grand groupe médical qui gère plus de 2600 établissements hospitaliers aux Etats-Unis. Via ce projet, Google a récupéré les données des dossiers médicaux de plus de 50 millions d’Américains, et ce sans leur accord. Si ce procédé est étonnamment légal aux Etats-Unis, le fait que les patients n’aient pas été informé de la procédure et le manque d’anonymisation des données font scandale.

Google a affirmé ne pas avoir l’intention d’exploiter les données personnelles issues de l’utilisation de ces comptes, et ne souhaite vendre aucune donnée financière à des tiers. Si cette affirmation est censée rassurer les futurs utilisateurs des services bancaires Google, elle laisse tout de même sceptique face aux différentes affaires liées à l’utilisation des données personnelles par Google qui éclatent régulièrement.

Les néobanques de plus en plus nombreuses sur le marché

Google n’est en effet pas le premier des GAFAM à se lancer à l’assaut du marché bancaire. Facebook et Apple l’ont déjà devancé en annonçant eux aussi leurs offres dans ce secteur. Facebook lance sa cryptomonnaie Libra, qui devrait apparaître dès le premier semestre 2020, 10 ans après le lancement du Bitcoin, la plus célèbre des cryptomonnaies.

Qu’est-ce les GAFAM ? GAFAM est l’acronyme de 5 grandes firmes américaines à savoir Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Ce sont les 5 géants du web qui dominent le marché du numérique, souvent surnommés les Big Five.

GAFAM néobanques

Si la cryptomonnaie libra n’est prévue que pour 2020, la nouvelle solution de paiement de Facebook nommée Facebook Pay est, elle, désormais en marche ! Depuis mi-novembre, il est donc désormais possible de payer et de transférer de l’argent via Messenger, Instagram et Whatsapp, les célèbres applications du géant Facebook.

Ces géants du web tentent ainsi de calquer leurs nouvelles offres sur les néobanques déjà bien implantées comme N26, Revolut ou encore Orange Bank. Le principe des néobanques ? Proposer des services bancaires simples et innovants, entièrement dématérialisés et pilotables par smartphone. Les clients des néobanques sont donc autonomes dans leur gestion bancaire, et recherchent un service simple à utiliser au quotidien, le tout avec un minimum de frais.

Les géants du web emboitent donc le pas aux néobanques, en proposant des services bancaires dématérialisés, toujours plus innovants. Toujours est-il que la question de la sécurité et de l’utilisation des données reste un gros point noir pour les consommateurs et compromet sérieusement le succès de ces nouvelles offres bancaires lancées par ces firmes américaines.

Mis à jour le