Freebox v7 : Free s'impose sur le marché des box connectées

La Freebox v6, aussi connue sous le nom de Freebox Revolution, était lancée en 2010. Huit ans après, il était donc temps pour Free de renouveler ses offres. En ce début de mois de décembre 2018, l’annonce officielle a enfin été faite : depuis le 4 décembre, il est possible de se procurer la Freebox v7 – ou Freebox Delta, dont une grande part du succès repose sur le luxe et la domotique.


La Freebox Delta : un projet de longue haleine

La Freebox Delta a un design élégant.

Cela fait plusieurs mois maintenant que les rumeurs au sujet de la prochaine Freebox vont bon train. Tous les spécialistes ont avancé leurs différentes théories concernant ce nouvel équipement. Il y a un peu plus d’un an déjà, Reuters relayait les propos de Xavier Niel, le vice-président et directeur délégué à la stratégie d’Iliad, maison mère de Free. « On ressortira une box qui sera très haut de gamme, très avancée, très disruptive, qui ne correspond à rien sur le marché (...) avec un certain nombre d‘idées qui, sur un marché mondial, seront extrêmement disruptives », avait-il alors expliqué.

Et le patron a, semble-t-il, tenu ses promesses. La semaine dernière, le mardi 4 décembre 2018, était (enfin) annoncée officiellement la sortie de la Freebox v7 – baptisé Freebox Delta, le nouvel équipement Free pour la maison. Cette box Internet haut de gamme confirme les hypothèses précédemment avancées dans la presse : elle est high-tech, domotique, haut de gamme et, en un sens, « disruptive ».

Au vu de ces critères, cette Freebox Delta vient donc s’ajouter aux offres actuelles du fournisseur Internet. L’offre comprend deux objets centraux : la box Internet et le boîtier multimédia augmenté. Son tarif est bien plus élevé que ce que propose Free actuellement : il faut compter 49,99 € par mois pour l’abonnement, et 10 € supplémentaires par mois durant les quatre premières années pour le boîtier multimédia. Cela revient donc à presque 60 € par mois pendant quatre ans. Les abonnés Free ont aussi la possibilité de régler les frais du boîtier multimédia en un seul versement, soit 480 €.

Freebox Delta : le soin du designL’esthétique des équipements de la Freebox Delta est très soignée, et vient invariablement rappeler de nombreux objets connectés actuels – notamment ceux d’Apple, dont le design est une des marques distinctives depuis bien longtemps. La forme en triangle arrête le regard, et son minimalisme se veut élégant. Elle a été conçue par le designer anglais Jasper Morrison.

Freebox Delta : un petit tour de ses caractéristiques

Qu’est-ce qui vient donc justifier un tel coût, faisant de Free l’opérateur le plus cher du marché avec cette nouvelle box ? Il y a indiscutablement une volonté de la part de l’entreprise française de continuer à s’imposer, en proposant une nouvelle offre en avance sur son temps, ou plutôt dans l’air du temps… connecté.

Tout se joue au niveau du boîtier multimédia, un objet d’un nouveau genre. Celui-ci n’est pas une simple box destinée à regarder la télévision, comme cela était le cas précédemment. Ce boîtier Free multimédia, c’est en somme une box domotique. Et celle-ci dispose de nombreuses fonctionnalités et caractéristiques. Entre autres :

Quels avantages pour les freenautes ?
  • Domotique : évidemment, il est possible de piloter et de gérer le boîtier grâce à une application sur smartphone, et celle-ci peut aussi prendre la fonction d’enceinte connectée. Avec un simple « Ok Freebox », il est facile de regarder un film ou d’écouter une chanson. Pour autant, alors que l’on attendait beaucoup de l’aspect domotique de la Freebox Delta, elle n’est pour l’instant pas compatible avec grand-chose, si ce n’est Somfy et Philips Hue ;
  • Sûreté : surfant sur les tendances domotiques, la Freebox Delta est aussi accompagnée d’un pack sécurité avec alertes mobiles, caméra WiFi (avec vision nocturne comprise), détecteur de mouvement et d’intrusion, mais aussi une sirène alertant les personnes en cas de bruits inquiétants détectés par la box. Il est aussi possible de faire intervenir un agent de sécurité si cela est nécessaire ;
  • Indépendance : la Freebox Delta fonctionne grâce à un logiciel Free et non celui d’Android, comme cela est le cas pour sa Mini 4K ;
  • Rapidité : celle de la connexion, évidemment, notamment grâce à une antenne WiFi accélérée et avec la fibre, un débit maximal de 10 gigabits par seconde (en descente) et 400 mégabits par seconde (en montée). Pour celles et ceux qui n’ont pas la fibre, le débit descendant va jusqu’à 200 mégabits par seconde et, en débit montant, 60 mégabits par seconde.
  • Choix augmenté : les abonnés peuvent regarder plus de 600 chaînes, dont certaines payantes qui sont ici incluses dans l’offre – notamment National Geographic. De plus, Netflix est aussi compris, mais en basse définition. Pour celles et ceux qui veulent de la HD, il faut payer 6 € supplémentaires tous les mois ;
  • Qualité sonore : avec une barre de son qualitative, le boîtier multimédia de la Freebox Delta offre la possibilité aux utilisateurs de bénéficier d’une expérience auditive qualitative ;
  • Qualité visuelle : une lecture des vidéos en 4K HDR est disponible ;
  • Stockage : un serveur de 1 To suffit pour stocker le contenu des abonnés sur leur serveur privé ;
  • Actualité : avec la Freebox Delta, les abonnés ont accès à de nombreux titres de presse.

La Freebox Delta est donc une version améliorée des dernières offres du fournisseur, mise au goût du jour et comprenant toutes les modes de la maison connectée, du divertissement à la sécurité en passant par l’assistance.

Freebox Delta : que vaut l’assistant vocal ?L’assistant vocal de la Freebox Delta n’est pas totalement original, puisqu’il s’agit d’une version Free d’Alexa, l’assistant vocal d’Amazon. Certains craignent une utilisation limitée de cette technologie encore défectueuse. Il faudra attendre la sortie un peu, que des utilisateurs utilisent la Freebox Delta, afin d’en être sûrs.

Freebox Delta : qu’implique donc cette nouvelle offre Internet et domotique pour le fournisseur ?

Au-delà de sa liste de caractéristiques impressionnante, la Freebox Delta a semble-t-il été conçue avec une connaissance pointue du marché. Par exemple, son système d’alarme est notamment équipé des technologies de Sigfox, lui permettant de marcher même en cas de coupure de courant. En 2018, Sigfox est un acteur central de la domotique, et celui-ci est connu pour ses prestations en lien avec l’Internet des objets et ses réseaux.

Tout cela confirme l’ambition derrière la dernière annonce de Free : celle de s’imposer sur le marché connecté. Une volonté qui peut-être à double tranchant, car ces derniers mois, les offres domotiques se sont multipliées en France, et notamment dans le domaine des enceintes intelligentes. Google Home, Amazon Echo et autres HomePod s’invitent progressivement dans les logements, et il n’est pas certain que des personnes déjà équipées souhaitent investir autant d’argent dans la technologie Free qui est à ce jour encore en développement.

« L’idée, c’est de créer un produit différenciant qui attire. Ce n’est pas fait pour tout le monde : il y a des gens qui n’ont pas besoin de pack Netflix ou de pack de sécurité. On est dans un produit volontairement haut de gamme sur lequel on perd un tout petit peu de marge, mais c’est délibéré et volontaire parce que cela recrée de l’ADN et cela remontre ce qu’on est capable de faire », a expliqué Xavier Niel la semaine dernière. L’homme d’affaires le sait, pour garder sa pertinence dans un secteur aussi vivant que celui de la domotique et continuer à dominer le marché du Web en France, il faut se distinguer, être dans l’avant-garde concernant ses offres et sa technologie. Et c’est exactement ce qu’il tente de faire avec la Freebox Delta. Reste à savoir si cela prendra et si les utilisateurs seront prêts à dépenser une somme plus importante pour cette prestation. Rien n’est moins sûr, lorsque l’on sait que 8/10 des Françaises et des Français trouvent encore la domotique trop onéreuse, selon les résultats du premier baromètre Boulanger/IFOP datant d’octobre 2018.

La domotique change certes nos vies, mais le temps d’ajustement est long. Il faut donc espérer pour Free que la méfiance des utilisateurs et le manque de renseignements concernant les objets connectés en France ont été pris en considération lors de la conception de l’offre de la Freebox Delta. Pour l’entreprise, c’est son avenir qui se joue, tout comme son positionnement de leader sur le territoire hexagonal. Car dernièrement, en France, les derniers résultats financiers de l’entreprise ne sont pas très encourageants, on note notamment une baisse trimestrielle du chiffre d’affaires de Free pour le troisième trimestre 2018.

Freebox Delta : une offre trop chère pour les ménages ?De nombreuses analyses ont remis en question le rapport qualité-prix de la Freebox Delta. L’opérateur est conscient de son tarif onéreux. Pour les plus petites bourses, Free a lancé en parallèle la Freebox One – moins performante, évidemment – à 29,99 € par mois. Elle est donc un peu moins chère et transitoire. Après douze mois, son prix passe à 39,99 €, le tarif actuel de la Freebox Revolution.

Mis à jour le