Tout savoir sur le microcrédit personnel

Le microcrédit personnel pour l'insertion sociale et professionnelle

Le microcrédit permet aux personnes ne pouvant pas contracter un prêt auprès d’une banque ou établissement de crédit de bénéficier de financement pour mener à bien un projet favorisant l’insertion sociale ou professionnelle. Zoom sur le microcrédit personnel ou social et les mini prêts proposés par les organismes de microfinance.


Définition du microcrédit

Le microcrédit est un prêt d’un faible montant destiné aux personnes ne pouvant pas prétendre à un prêt dans le système bancaire classique. Il est également appelé “microcrédit personnel” ou “micro crédit social”.

Il est possible d’en bénéficier si le crédit permet de financer un projet défini, visant notamment à favoriser l’insertion sociale ou professionnelle.

À l'origine de ce type de prêt C’est en 1977 que le microcrédit tel que nous le connaissons aujourd’hui se développe à l'initiative de Muhammad Yunus avec la fondation de la Grameen Bank (qui signifie Banque des villages) au Bangladesh. À l’origine, elle avait pour but de prêter de faibles sommes aux habitants de zones rurales pour améliorer leur condition et favoriser la création de richesses. Aujourd’hui, le microcrédit est disponible dans près de 100 pays dont la France, la Belgique, la Suisse ou encore les États-Unis.
L’initiative fut un tel succès que le Prix Nobel de la Paix en 2006 a été decerné à Muhammad Yunus.

Comment obtenir un microcrédit ?

Où contracter un microcrédit ?

Le microcrédit personnel ou social n’est pas disponible en banque ou auprès des établissements de crédit.
En effet, pour bénéficier de ce crédit particulier il est nécessaire d’en faire la demande auprès d’un réseau d'accompagnement social qui sera en mesure de traiter la demande et servira d’intermédiaire.

Cet organisme a pour but d’étudier le dossier du demandeur de prêt, évaluer la faisabilité de son projet, le conseiller dans le type de microcrédit à contracter et enfin l’aider à préparer son dossier.

Les organismes faisant partie des réseaux d’accompagnement social sont les suivants :

  • l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Économique) ou autre association à caractère social,
  • les CCAS (Centre Communal d’Action Sociale),
  • Pôle Emploi,
  • une régie de quartier ou territoriale,
  • les Caisses de Crédit Municipal,
  • les Restos du Coeur,
  • la Croix-Rouge, etc.

Les mairies disposent des coordonnées des centres sociaux dans leurs régions. Il est utile de les consulter pour savoir à qui s’adresser.

Après une étude en profondeur du dossier de demande de microcrédit, l’organisme social va le présenter auprès d’une banque partenaire pour obtention du crédit. L’emprunteur sera néanmoins suivi tout au long du prêt par l’organisme d’action sociale ayant initié son dossier.

Qui peut bénéficier du microcrédit ?

Le microcrédit est en priorité destinée aux personnes qui sont exclues du système bancaire et financier traditionnel et qui n’ont donc pas la possibilité de contracter un crédit consommation auprès d’une banque ou d’un organisme de crédit. Ce statut peut être dû à une situation financière instable, des revenus trop bas, une situation de malendettement, ou un taux d’endettement supérieur à 33 %, etc. :

  • personnes sans emploi,
  • bénéficiaires de minima sociaux,
  • personnes aux revenus très faibles,
  • intérimaires, CDD, travailleurs précaires,
  • étudiants ou personnes âgées,

Il est toutefois possible de prétendre au microcrédit même si l’on se trouve pas dans une de ces situations. En effet, il n’y a pas de conditions de revenu officiellement définies. Cependant, le microprêt ne peut être accordé que s’il est affecté à un projet en particulier, ayant pour objectif de favoriser l’insertion sociale ou professionnelle. L’organisme d’action social et le demandeur vont étudier ensemble le projet et définir si oui ou non le prêt est possible.

Le microcrédit sert uniquement pour des activités ou investissements générateurs de revenus. Il ne doit pas être utilisé pour financer des dépenses courantes ou compenser une situation financière ponctuellement instable.

Les entreprises de moins de 5 ans peuvent également prétendre à un microcrédit si elles n’ont pas pu effectuer de prêt auprès du système bancaire classique.
Le montant maximum est de 10 000 € et il faut en faire la demande à l’ADIE ou à tout autre organisme détenant les habilitations.

Les microcrédits de la CAF, Croix-Rouge, Caisse des Dépôts et de l’ADIE

Mis à jour le