Paiement en ligne : les fraudes à la carte bancaire en baisse

Régler ses achats sur internet, c’est désormais le quotidien de très nombreux français depuis plusieurs années. Mais divulguer ses informations de cartes bancaires inquiètent toujours autant, et de nombreux consommateurs s’interrogent sur la sécurité des paiements en ligne. Qu’en est-il aujourd’hui de la sécurité des paiements par carte bancaire sur internet ? Quels sont les autres moyens de régler en ligne ? Voici quelques éléments de réponse.


Des paiements en ligne de plus en plus nombreux

Faire ses courses en ligne, réserver son prochain voyage, commander une pizza, les achats effectués sur le web sont de plus en plus nombreux. Et les chiffres le prouvent puisque fin 2019, 40 millions de consommateurs avaient déjà effectué des achats en ligne, selon les chiffres de la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad). Des chiffres qui ne cessent d’augmenter au fil des années, et qui ne sont pas prêt de décroitre, notamment avec la crise sanitaire.

Pour pouvoir régler leurs achats en ligne, les français utilisent pour la grande majorité leur carte bancaire. En effet, selon la Fevad, 80,1% des achats effectués sur les plateformes de e-commerce ont été réglés par carte bancaire en 2019.

Régler par carte bancaire sur internet, cela signifie rentrer ses coordonnées bancaires sur la plateforme e-commerce pour valider le paiement. Un geste désormais anodin pour beaucoup de consommateurs, mais qui pose encore question pour d’autres, toujours inquiets de laisser une trace de leurs coordonnées bancaires sur internet.

  • Le paiement en ligne en chiffres :
  • plus de 100 milliards d’euros, c’est le chiffre d’affaire du e-commerce en 2019
  • 80% des sommes dépensées sur internet sont réglées par carte bancaire
  • la fraude sur les achats sur internet en France était de 0,173% en 2018
  • 70,50€, c’est le montant moyen des fraudes à la carte bancaire en ligne en 2018

La sécurité des paiements en ligne renforcée

sécurité paiements en ligne
La sécurité des paiements en ligne est renforcée d'année en année.

Qu’en est-il aujourd’hui de la sécurité des paiements en ligne ? L’inquiétude des consommateurs est-elle toujours fondée ? Oui et non. D’une part, car le risque zéro n’existe pas et le risque de fraude est réel, mais d’autre part le risque reste très faible. Les fraudes sur internet sont même en baisse depuis quelques années à en croire les chiffres, elles sont passées de 0,251% en 2014 à 0,173% en 2018.

Une baisse qui s’explique notamment par l’amélioration de la sécurité des paiements en ligne, qui a été renforcée ces dernières années. De nouveaux dispositifs ont vu le jour tandis que d’autres ont été améliorés, comme les outils d’analyse des transactions. Les outils d’analyse des transactions permettent d’évaluer le niveau de risque d’une transaction en ligne, grâce à différents critères comme par exemple :

  • la géolocalisation de l’adresse IP
  • l’analyse du comportement en temps réel
  • l’empreinte numérique
  • etc

L’authentification forte tend également à évoluer et à se développer. L’authentification forte est une procédure d’authentification qui requiert au moins 2 facteurs d’authentification, de nature différente. Cela permet de renforcer la sécurité de l’authentification, que ce soit pour valider un paiement en ligne ou avoir accès à un compte personnel par exemple.

Pour s’identifier, le consommateur doit désormais répondre à deux des trois conditions suivantes :

  • Un mot de passe ou un code que seul l’utilisateur connaît
  • Un appareil (téléphone portable, carte à puce, etc) que seul l’utilisateur possède
  • Une caractéristique personnelle du client (empreinte digitale, reconnaissance vocale ou faciale)

La réglementation de l’authentification forte en bref Afin d’améliorer et de renforcer la sécurité des paiements en ligne, l’Union Européenne a imposé de nouvelles obligations aux banques et aux prestataires de services en général avec la mise en place de la DSP2, la Directive sur les Services de Paiement. Depuis septembre 2019, dans le cadre de la DSP2, la mise en place de l’authentification forte est désormais obligatoire. Quelques exceptions sont prévues par la DSP2 comme les opérations à faible montant, les abonnement set opérations récurrentes ou les paiements par carte d’affaire, entre autre.

Les autres services de paiement en ligne

Pour régler ses achats sur internet, il existe d’autres moyens qui n’impliquent pas de divulguer ses coordonnées bancaires : les portefeuilles électroniques.

Qu’est-ce qu’un portefeuille électronique ? Un portefeuille électronique est une solution de paiement qui permet de payer vos achats en ligne et d’effectuer et de recevoir des virements, sans divulguer vos informations de carte bancaire à chaque paiement. Parmi les solutions de portefeuille électroniques les plus connues on retrouve Paypal ou encore Paylib ou Apple Pay.

Paypal est l’une des solutions de portefeuille électronique les plus connues dans le monde avec plus de 277 millions d’utilisateurs dans plus de 200 pays. Avec Paypal, le consommateur peut acheter en ligne grâce à son adresse mail et son mot de passe Paypal, envoyer et recevoir de l’argent depuis son compte Paypal, mais aussi acheter et vendre avec Ebay. Pour effectuer toutes ces transactions, l’utilisateur doit se créer un compte Paypal et rattacher une carte ou un compte bancaire au compte Paypal.

portefeuille électronique
Apple Pay permet le paiement par mobile.

Paylib est lancée en 2013 par la Banque Postale, la Société Générale et la BNP. Ce portefeuille électronique permet de payer en ligne mais également en magasin via le paiement mobile. Ce service permet également d’envoyer de l’argent à ses proches. Pour utiliser Paylib, l’utilisateur doit l’activer depuis l’espace client de sa banque. Il faut donc être déjà client d’une banque partenaire de Paylib pour pouvoir utiliser ce service (une quinzaine de banques sont partenaires Paylib).

Apple Pay est une portefeuille électronique lancé par Apple en 2018. Apple Pay permet de payer par mobile, sans contact avec un IPhone ou une Apple Watch, après avoir rentré une carte bancaire dans l’application Wallet (la carte bancaire doit provenir d’une banque partenaire à Apple Pay). En plus de pouvoir payer en sans contact dans les magasins, l’utilisateur peut également payer en ligne en utilisant le navigateur Safari, ou bien sur les applications mobiles.

Comment fonctionne un portefeuille électronique ? Pour utiliser un portefeuille électronique, il vous se rendre directement sur le site du prestataire afin de créer un compte avec identifiant et mot de passe. Pour pouvoir payer sur les sites e-commerce, il faut également entrer ses informations de paiements comme le numéro de carte bancaire, la date de validité et le cryptogramme. Une fois le compte créée, le consommateur pourra régler sur les sites acceptant ce mode de paiement, sans divulguer une nouvelle fois ses coordonnées bancaires, mais simplement en utilisant son identifiant et mot de passe.

Mis à jour le