Sans Huawei, la 5G coûterait (beaucoup) plus cher à l'Union européenne !

L'Union européenne (UE) se retrouve en porte-à-faux dans la guerre froide opposant les Etats-Unis et Huawei. L'association de téléphonie mobile GSMA envisage dans une étude le scénario selon lequel le Vieux Continent serait obligé d'exclure Huawei de ses infrastructures 5G pour s'aligner sur la décision des Etats-Unis. Le surcoût d'un tel changement pourrait atteindre les 55 millions d'euros...

Union européenne et 5G : pourquoi l'exclusion de Huawei provoquerait-elle un surcoût pour les opérateurs télécoms ?

La GSMA (organisatrice du Mobile World Congress, entre autres et actuellement présidée par le PDG d'Orange Stéphane Richard) a tiré un signal d'alarme sur la 5G dans l'Union européenne. L'absence de Huawei dans la construction des infrastructures 5G européennes coûterait non seulement 55 milliards d'euros supplémentaires aux opérateurs et acteurs des télécommunications investis dans sa mise en place mais entraînerait aussi un retard de 18 mois pour son installation. Mais pourquoi ? Le Vieux Continent ne peut-il pas se débrouiller avec d'autres constructeurs ?

Concrètement, les acteurs des télécommunication européens peuvent agir sans Huawei à leurs côtés. En effet, il existe deux autres grands constructeurs de réseaux : Nokia et Ericsson. D'ailleurs, c'est la décision qu'a prise l'opérateur français Orange, travailler sans Huawei pour le développement de ses réseaux 5G et cela ne semble pas lui poser de problème, en tout cas pour l'instant. D'autres opérateurs comme SFR, Bouygues Telecom, Vodafone (Royaume-Uni et d'autres Etats membres), Telefonica (Espagne) pourraient être les victimes de l'éventuelle exclusion de Huawei.

Antennes 5G
Une antenne-relais mobile

  • La GSMA a tenu à rappeler que Huawei est le plus grand constructeur de réseau mondial et que le géant a déjà investi 8 milliards de dollars en recherche et développement 5G (selon les informations rapportées par le Figaro). Or, Nokia et Ericsson n'en sont qu'à 4 milliards à deux.
  • D'autre part, Huawei est déjà fortement investi depuis des années au sein des réseaux des Etats membres de l'Union européenne, notamment sur les réseaux 3G et 4G, la marque connait donc parfaitement le terrain et ses antennes pour avancer rapidement. Il faudra que les opérateurs se réadaptent à une nouvelle organisation, sans Huawei, le chemin sera plus long. Les pays de l'Union européenne se retrouveraient alors parmi les derniers à profiter de la 5G. A noter que la Russie vient de signer un contrat avec Huawei.
  • Enfin, l'absence de Huawei réduirait fortement la concurrence sur le marché des infrastructures 5G, ce qui pourrait provoquer une hausse des tarifs de la part des acteurs restants. Et qui seraient les victimes collatérales de cette hausse ? Les consommateurs !

Huawei exclu de la 5G dans l'UE : des répercutions sur les prix pour les consommateursL'accès à la 5G pour le consommateur lambda pourrait être plus cher que prévu, alors que le Gouvernement promet des tarifs accessibles à tous à partir de 2020. D'autre part, alors que la 5G promet de réelles avancées en matière de technologie et de création d'emplois, son retard envisagé dans l'UE pourrait signifier une perte de 15 milliards d'euros de bénéfices en 2025 pour les entreprises.

Exclusion Huawei de 5G dans l'UE : qu'en pense la France ?

Les prédictions de la GSMA ne sont pour l'instant qu'un scénario et il n'est pas encore question que Huawei quitte les projets de réseaux 5G dans l'Union européenne. A ce jour, les alertes lancées par Donald Trump sont restées sans échos. Mais il est vrai qu'avec le bannissement de Huawei par Google et maintenant Facebook, le vent pourrait encore tourner.

Fille sceptique

En France, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie et des finances, Agnès Pannier-Runacher a tenu à rassurer les consommateurs et les acteurs de la téléphonie mobile : "Nous ne sommes pas dans une configuration où les opérateurs français devront se passer de Huawei" (propos rapportés dans le Figaro). Toutefois, elle a aussi précisé que "Nokia, Ericsson, Samsung et d'autres acteurs..." pourraient avoir suffisamment d'impact. Pour remplacer Huawei ? Le mystère reste entier.

Reste à savoir ce que donnera l'attribution des fréquences par l'Arcep aux opérateurs et le coût des licences (estimé entre 2,5 et 3 milliards d'après le Figaro). Dans les autres Etats membres de l'Union européenne, le chemin vers la 5G continue progressivement. Certains pays comme l'Italie et le Royaume-Uni comptent appliquer la solution de la mutualisation des réseaux - autrement dit le partage de la construction et de la gestion des infrastructures de télécommunications entre plusieurs opérateurs et plusieurs Etats membres - espérant ainsi réduire les coûts liés à la 5G. La France et l'Allemagne ne semblent pas très séduites par cette idée, par crainte de freiner les investissements des opérateurs.

 

 

Vous souhaitez être guidé dans votre démarche ou obtenir des conseils pour réduire votre facture télécom ?

Contactez Selectra pour qu'un conseiller vous oriente parmi les offres partenaires les plus compétitives, en fonction de votre éligibilité

Mise à jour le