N26 : un bilan post-confinement plutôt positif

Quel bilan dresse la néobanque N26 après le confinement ?
Quel bilan dresse la néobanque N26 après le confinement ?

Si le confinement et la baisse de la consommation a laissé des traces chez N26, la néobanque a pu profiter de l’engouement des français pour les services dématérialisés pour redresser la barre et continuer sa croissance dans l’hexagone en proposant des nouvelles fonctionnalités à ses clients. Quel est le bilan post-confinement pour la banque mobile allemande ? Tour d’horizon de l’actualité de la néobanque N26.


Post-confinement : un bilan plutôt positif pour N26

paiement sans contact
Le paiement sans contact est aujourd'hui largement démocratisé.

Plus de 3 mois après le déconfinement, N26 dresse un bilan globalement positif de cette période inédite. En effet, si le confinement fut une expérience douloureuse pour la plupart des secteurs, notamment à cause de la baisse drastique de la consommation, les néobanques et autres banques en ligne ont su rapidement rebondir. Une activité 100% digital, des paiements dématérialisés, les banques mobiles ont été très plébiscitées, notamment lors du déconfinement, là où les banques traditionnelles ont été freinées, ne pouvant pas ouvrir leurs locaux au public.

“L’avantage du digital est aussi d’offrir des services plus agiles et moins chers. Plus compétitifs, plus simples et plus sûr, voilà les ingrédients de la recette gagnante de N26 pour simplifier grandement la vie de nos utilisateurs. “ explique Jérémie Rosselli, directeur général France, Belgique et Luxembourg de N26.

Cette période a amené les consommateurs à se tourner vers des acteurs plus agiles, proposant des services bancaires à distance, aujourd’hui pratiquement identiques à ceux proposés par les banques traditionnelles. La crise sanitaire a largement démocratisé le paiement sans contact, qui est aujourd’hui majoritairement utilisé par les consommateurs. Un service que propose N26 sur toutes ses cartes bancaires depuis son lancement, en plus d’un service de paiement mobile.

“Chez N26, toutes nos cartes possèdent une fonctionnalité de paiement de ce type. Mieux, nous sommes les premiers et encore l’un des rares acteurs du marché à proposer à la fois Apple Pay et Google Pay pour permettre à tous nos clients d’effectuer leurs paiements mobiles.” précise Jérémie Rosselli.

Des conséquences non négligeables pour la banque mobile

La crise sanitaire n’est pas sans conséquence pour la banque mobile allemande. En effet, pour se relever de la baisse d’activité durant le confinement, la banque mobile a été contrainte d’effectuer des coupes de salaire de l’ordre de 25%.

De plus, la banque mobile a dû ralentir la cadence en repoussant d’au moins un an son lancement au Brésil. Aux Etats-Unis, ce sont les effectifs qui ont été revus à la baisse, par manque d’activité mais surtout de budget. 9 personnes ont donc été licenciés afin de pérenniser au mieux l’entreprise outre-atlantique.

Une néobanque innovante et ambitieuse

Même si la crise sanitaire a fragilisé la rentabilité de la néobanque, N26 reste sereine et poursuit tranquillement sa croissance dans l’hexagone. La banque mobile a d’ailleurs annoncé avoir dépassé les 1,5 millions de clients en France, après avoir franchi le seuil des 1 million à l’automne dernier. Si les objectifs de N26 étaient plus ambitieux, pensant alors atteindre les 2 millions de clients en France en 2019, la banque mobile se réjouit tout de même de l’intérêt grandissant des français pour les banques 100% mobiles.

“Et nos ambitions sont à la hauteur du défi face à nous c’est pour cela que nous vison à long terme de rassembler 100 millions de clients dans le monde entier.” proclame le directeur de N26 France, Jérémie Rosselli.

Pour séduire toujours plus de clients, N26 ne cesse d’innover et de proposer de nouvelles fonctionnalités aux consommateurs. Parmi les dernières nouveautés, on retrouve la recharge du compte directement par carte bancaire. A la place du virement, le client peut donc entrer ses coordonnées de carte bancaire. Cependant, cette fonctionnalité n’est pas gratuite chez N26 alors que Revolut propose ce service sans frais supplémentaire. Chez la néobanque berlinoise, si la première recharge est gratuite, il faudra ensuite prévoir une commission de 3% à chaque recharge. Une recharge peut être comprise entre 20€ et 150€ maximum.

Mis à jour le