Pyjama connecté : enfin un remède aux troubles du sommeil ?

Le secteur de la recherche domotique est plein de vitalité. Dernièrement, une équipe de chercheurs américaine a fait parler d’elle grâce à son projet en cours : un pyjama connecté capable d’accompagner les personnes souffrant de troubles du sommeil, et de les aider. Comment celui-ci fonctionne-t-il ? Peut-on espérer le retrouver dans les rayons des magasins grand public rapidement ?

Sommeil connecté : un marché qui n’en finit plus de grandir

À la vitesse où notre quotidien se connecte, la question ne semble plus être de savoir ce qui pourrait être connecté à l’avenir, mais plutôt ce qui ne le sera pas. Au cœur des actualités domotiques, il n’est donc pas inhabituel de voir se croiser les nouvelles sorties désormais « classiques » – thermostats intelligents et autres wearables – et l’Internet des objets en devenir, celui encore entre les mains de la recherche scientifique.


La domotique pourrait-elle change notre manière de dormir ?

Aujourd’hui, les recherches vont dans le sens d’une domotique dédiée à la santé et à son suivi, l’un des pans désormais incontournables du marché. Il est donc indispensable, alors que ces solutions se multiplient, de se demander quelles conséquences pourrait avoir la démocratisation des objets connectés dans la santé, alors que le futur de la médecine semble de plus en plus rimer avec domotique. L’innovation se met au service de notre santé, et cela est louable. Nous avions par exemple évoqué la recherche consacrée aux personnes malvoyantes et aveugles ou encore l’élaboration de prothèses intelligentes pour les personnes en situation de handicap. Toutes ces technologies pourraient bouleverser notre futur et notre manière même d’aborder la maladie et les soins.

Dernièrement, c’est une équipe de chercheurs américaine qui a fait parler d’elle, et plus exactement celle d’Amherst de l’université du Massachusetts. Leur projet ? Un pyjama connecté et intelligent pour aider les personnes à mieux dormir en analysant leur sommeil avec une grande précision.

Selon un rapport de thèse de l’université du Nevada datant de 2017 au sein du Department of Environmental and Occupational Health, dormir moins de 5 heures par nuit pourrait augmenter de 48 % le risque d’infarctus et de 15 % le risque d’AVC.

Pyjama intelligent : comment ça marche ?

Après l’oreiller intelligent Moona pour les troubles du sommeil, pourquoi ne pas essayer un pyjama connecté ? Le sommeil est incroyablement important pour la santé des êtres humains. Un sommeil de qualité peut aider à éviter des maladies variées, parfois dangereuses comme pour les problèmes cardiaques. Un bon sommeil, c’est la garantie d’une bonne santé et de sa préservation, tant physique que mentale. Dans notre vie, en moyenne un tiers de notre temps est passé à dormir et idéalement, il nous faut faire des nuits de 7 à 8 heures pour que le sommeil soit vraiment bénéfique.

Pourtant, en 2019, les gens dorment mal. Et peu à peu, l’industrie du sommeil a pris de l’importance. En 2017, ce marché était estimé à 29 milliards de dollars – environ 25 milliards d’euros – par une organisation américaine, la National Sleep Foundation. En 2018, GEO Sciences réunissait les résultats de différentes études pour faire le bilan. Le magazine insistait entre autres sur le fait que la qualité du sommeil se dégradait à cause de l’usage des écrans – appuyé par le fait que 36 % des Français se serviraient de leurs ordinateur, tablette ou smartphone le soir au lit, et que ces objets ont tendance à réveiller les gens dans la nuit. Aussi, autre chiffre important : 36 % des sondés disaient souffrir d’au moins un trouble du sommeil et seulement 18 % déclaraient suivre un traitement en ce sens.

Ainsi, la domotique s’impose comme l’une des solutions possibles à ces problématiques. C’est lors de la réunion et exposition annuelle de l’American Chemical Society du printemps 2019 que les chercheurs ont révélé leur prototype de pyjama connecté, « Phyjama », un projet porté par la professeure Trisha L. Andrew. Celui fonctionne grâce à de nombreux capteurs, lesquels peuvent suivre différentes choses comme la posture de la personne, son rythme cardiaque et sa respiration. Les données recoupées permettent ainsi d’analyser les cycles de sommeil, d’identifier les problèmes et de trouver des solutions adaptées.

Là où ce pyjama se distingue, c’est plus spécifiquement dans la nature de ses deux types de capteurs autoalimentés placés sur des patchs polymères, connectés à des fils en nylon établissant le transfert de données à une carte de circuit imprimé situé au niveau des boutons du vêtement. Ensuite, la carte va elle-même envoyer les informations du pyjama grâce à une connexion Bluetooth. Il s’agissait en effet de l’un des plus grands défis pour les scientifiques, afin que le pyjama puisse être confortablement porté par le dormeur. Pour parvenir à cela, l’équipe a eu recours à la méthode du dépôt chimique en phase vapeur qui, pour faire simple, leur a permis d’intégrer composants électroniques et capteurs au tissu du pyjama.

S’il ne s’agit encore que d’un prototype, on peut facilement imaginer le Phyjama utilisé par monsieur et madame tout le monde à l’avenir, ou même un usage clinique afin d’aider les patients souffrant de troubles importants du sommeil afin de mieux identifier leurs besoins. Maintenant, pour le projet, l’enjeu est de trouver une structure permettant la production d’un tel produit à grande échelle.

L’équipe de chercheurs de l’université du Massachusetts pense qu’une commercialisation généralisée pourrait être envisageable d’ici deux ans. Le prix ? Entre 100 et 200 dollars le pyjama, soit entre 88 et 177 euros.

Créé le