L’esthéticienne du futur sera-t-elle un robot ?

Quand il s’agit de cosmétiques, les Françaises et les Français arrivent tout en haut de la liste des consommateurs à travers le monde. Avec l’arrivée de la domotique dans nos quotidiens, ce marché a explosé, et chaque année, de plus en plus d’objets connectés s’invitent dans nos salles de bain.


Domotique et cosmétique : où va la recherche ?

Pourrait-on imaginer un futur où la routine beauté s’automatise ? Si l’on en croit les derniers projets dévoilés au grand public, dans un avenir proche, nous n’aurons plus besoin de nous déplacer ou même de chercher la meilleure crème pour notre peau, la domotique se chargera de tout.

Les grandes marques au cœur de la recherche : l’exemple de L’Oréal

À quoi ressemblera le maquillage du matin dans quelques années ? C’est une question que l’on peut légitimement se poser lorsque l’on voit à quelle vitesse la technologie change nos habitudes quotidiennes. La domotique est aujourd’hui omniprésente dans nos vies, des enceintes intelligentes – Google Home, HomePod, Amazon Echoaux objets connectés qui réduisent nos factures énergétiques – comme le thermostat autonome tado° ou le thermostat intelligent Nest.

Nous poursuivons nos travaux sur la personnalisation grâce à notre expertise très pointue en matière de peaux et de cheveux. Nous développons simultanément des outils de mesure connectés, explique Guive Balooch, vice-président du Tech Incubator de L’Oréal.

Les grandes réunions annuelles autour de l’innovation sont un bon moyen de prendre le pouls des futures révolutions domotiques. Nous en avions fait le constat lors de notre bilan du CES 2018 où l’intelligence artificielle était omniprésente, et la cosmétique aussi.

Niché à San Francisco, le centre de recherche de L’Oréal désire notamment guider la marche pour les années à venir, et ce dans un domaine singulier : la cosmétique et donc la e-beauty. Cette beauté connectée devrait changer chacun de nos gestes et dans le même temps réinventer le soin que l’on fait de notre peau ou de nos cheveux.

Santé connectée et cosmétique intelligente : sont-elles liées ?

La recherche de la e-santé est souvent étroitement liée à celle de la e-beauty.

Comme toute recherche centrée sur l’innovation, celle de la e-beauty désire améliorer notre bien-être, rendre plus accessible et plus simple la routine de soin. Et avec des produits plus performants, soutenus par des objets connectés inédits et des algorithmes révolutionnaires, Guive Balooch, le vice-président du Tech Incubator de L’Oréal, pourrait bien y arriver. Si de nombreuses applications sont déjà disponibles, les projets du centre de recherches vont plus loin. En mêlant technologie et cosmétique, certaines découvertes basées sur la colorimétrie peuvent par exemple déterminer la teinte idéale pour un fond de teint. Nous vous en parlions lors du CES 2018, le Tech Incubator travaille aussi sur le patch connecté UV Sense de L’Oréal, un capteur électronique d’UV pour aider à prévenir les cancers de la peau. Et la frontière entre santé et cosmétique se fait ainsi plus difficile à déterminer.

Alors, le futur de la médecine sera-t-il connecté ? L’on peut raisonnablement se demander si l’innovation actuellement présente au sein de la cosmétique présente une extension des avancés technologiques de la santé connectée. Après tout, le tapis de sport connecté Hiitmat, l’objet intelligent Foobot pour analyser la qualité de l’air ou les semelles connectées Arion sont autant de créations technologiques servant tant au soin de notre corps qu’à la préservation de notre santé. Une analyse de la peau par un capteur peut vous aider à trouver votre fond de teint… et prévenir une éventuelle maladie de peau. Malgré les apparences, santé et cosmétique ne sont donc pas si antithétiques que cela.

E-beauty, ou quand la domotique inonde nos salles de bain

L’Oréal est loin d’être la seule marque à miser gros sur la recherche et la technologie pour ses prochaines sorties. Quelques exemples manifestent la vitalité de ce secteur, en plein boom. C’est tout particulièrement le cas en France, où la dermatologie est devenue le domaine favori de la recherche en matière de e-santé. De même, la société française Withings est devenue leader de la e-santé avec sa lampe Aura ou encore ses montres Steel HR.

Le masque beauté autonome

Il existe par exemple un masque intelligent imaginé par l’entreprise suédoise FOREO. Connecté à une application, celui-ci agit plus vite avec moins de temps de pose qu’un masque traditionnel. En effet, l’application contrôle le masque, qu’elle peut chauffer ou refroidir selon le soin, afin d’ouvrir ou fermer les pores de la peau. Financé grâce à Kickstarter, le masque intelligent UFO FOREO a été commercialisé cette année, et est déjà disponible dans de grandes enseignes au prix de 279 €.

Le miroir... qui devient intelligent

Les miroirs connectés existent déjà, comme ceux de HiMirror, mais restent assez onéreux. Avec CareOS, il vous est proposé de rendre votre miroir intelligent grâce à un système d’exploitation. Celui-ci se charge de tout et devient votre coach beauté au quotidien. Fonctionnant à la manière d’un hub, il peut prendre en charge l’ensemble des objets autonomes de votre salle de bain et bouleverser vos habitudes. Avec sa caméra, CareOS vous proposera une analyse de votre qualité de peau ou de celle de vos cheveux grâce à la reconnaissance faciale, et enregistrera vos habitudes afin de vous accompagner. CareOS, c’est un peu le futur imaginé dans Minority Report, où les manipulations digitales peuvent se faire directement sur la surface devant vous. Sa sortie devrait avoir lieu à la fin de l’année 2018.

Le petit labo de cosmétique connecté maison

ROMY Paris a lancé la nouvelle version de son produit Figure, qui ressemble étrangement à une machine à café. L’objet en a d’ailleurs le fonctionnement, puisque c’est en introduisant des capsules que vous pouvez effectuer vos soins de peau jour après jour. Figure est une machine intelligente. Elle prend donc en compte tout un tas de données – comme la pollution, la météo ou les cycles de sommeil – afin de vous proposer les solutions les plus adaptées à vos besoins. Grâce à l’application gratuite sur votre smartphone, vous êtes conseillé en temps réel. Déjà commercialisée, la machine à café de l’esthétique coûte tout de même 890 €.

Le scanner de peau sur smartphone

Non loin de là, Neutrogena a lancé le premier scanner de peau gérable via smartphone : Skin360. Grâce à l’installation d’une petite lentille à mettre sur votre mobile, vous pouvez analyser votre peau et en connaître toutes les caractéristiques. En fonction des résultats générés, l’application vous propose ensuite des soins divers adaptés à vous et à votre type de peau – et des produits de la marque Neutrogena, évidemment. Déjà sortie outre-Manche, aucune date de sortie pour Skin360 n’a été annoncée en France.

Cosmétique et domotique : quel est l’attrait ?À l’ère de l’innovation, il n’est pas étonnant de voir la plupart des objets de notre quotidien se transformer en objets connectés. Mais l’Internet des Objets – aussi appelé IoT – est particulièrement attrayant pour le milieu de la cosmétique, puisqu’il permet une personnalisation à l’extrême de leur utilisation. Qu’il s’agisse de masques connectés ou de maquillage en réalité augmentée, cette volonté d’individualisation est au cœur des nouveautés technologiques de la e-beauty. Il semblerait donc qu’en 2018, nous soyons aux prémices d’une petite révolution. À ce rythme, il ne serait pas étonnant de voir débarquer des esthéticiennes douées d’intelligence artificielle dans les années à venir.
Mis à jour le