Huawei face à une rupture de stock de puces Kirin à la rentrée

Kirin Huawei

Enième chapitre de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, Huawei sera bientôt privé de ses puces Kirin. Une licence est désormais nécessaire à tous les fabricants étrangers qui utilisent des logiciels ou produits américains pour travailler avec Huawei. Quel sera l'impact pour le constructeur chinois ?


Huawei P40 : le dernier modèle du constructeur équipé d'une puce Kirin ?

Processeur téléphone

Huawei ne pourra bientôt plus produire de puces Kirin pour équiper ses smartphones, le Huawei P40 sera ainsi vraisemblablement le dernier modèle de la marque équipé d'un processeur Kirin. Cette perte massive pour le géant chinois est due à l'implacable guerre commerciale que livre les États-Unis à la Chine.

Après avoir interdit aux entreprises américaines de travailler avec Huawei et, par conséquent, empêcher le constructeur d'utiliser tout l'environnement Google, cette nouvelle attaque menée par le ministère américain du commerce risque de porter un préjudice encore plus grand à Huawei.

La production de puces Kirin stoppera donc officiellement le 15 septembre prochain car la filiale HiSilicon de Huawei s'appuie notamment sur des logiciels américains comme Cadence Design Systems Inc ou Synopsys Inc pour la conception des puces et délègue une partie de sa production à Taiwan Semiconductor Manufacturing Co (TSMC), une société qui utilise aussi des équipements américains.

Comme le rapporte l'agence de presse AP News, Richard Yu, le PDG de Huawei, a déclaré lors de la conférence industrielle China Info 100 que "c'est une très grande perte pour nous", tout en expliquant :

Malheureusement, lors de la deuxième série de sanctions américaines, nos producteurs de puces n'ont accepté des commandes que jusqu'au 15 mai. La production se terminera le 15 septembre [...] Cette année pourrait être la dernière génération de puces haut de gamme Huawei Kirin.

L'avenir de Huawei semble pour le moment plutôt incertain alors que l'accès aux processeurs Qualcomm ou ceux d'Apple lui sont désormais impossibles, pour l'instant les uniques fabricants produisant des puces de qualité équivalentes aux Kirin.

L'embargo américain sur les puces Kirin : la sanction de trop pour Huawei ?

Alors que Huawei est devenu le premier vendeur de smartphones au monde pour la première fois de son histoire, la firme de Shenzhen n'a que peu de répit pour se réjouir suite au dernier coup de butoir du gouvernement américain.

La firme chinoise a ainsi tenu bon malgré la perte des applications Google et le confinement dû à l'épidémie de coronavirus en affichant une santé insolente avec 55,8 millions de smartphones vendus au deuxième trimestre 2020, soit une hausse de 5% comparée aux chiffres de l'année précédente.

Ces bons résultats sont aussi l'arbre qui cache la forêt du premier constructeur mondial qui s'appuie désormais énormément sur le marché intérieur chinois. Au deuxième trimestre 2020, le constructeur a ainsi connu une augmentation de ses ventes de 8% en Chine amenant à 70% la part totale de ses ventes s'effectuant sur le marché intérieur du pays.

Or, c'est là que le bât blesse pour Huawei qui dépend de plus en plus de ses chiffres domestiques. Alors que la perte de Google n'a pas eu de conséquence vraiment néfaste vis-à-vis des consommateurs chinois, la perte des puces Kirin pourrait être beaucoup plus délétère pour le constructeur. La qualité des appareils Huawei, qui sont devenus une référence au même titre qu'Apple ou Samsung, dépend en effet fortement de la performance de ses processeurs développés sur mesure pour ses smartphones.

Huawei pourrait avoir recours aux puces du constructeur Taïwanais MediaTek ou du chinois UNISOC avec lesquels il a déjà collaboré par le passé, mais il lui faudra assurément un certain temps pour revenir au niveau de performance des puces Kirin.

Mis à jour le