Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Chaudiere gaz murale ou au sol ? Prix, installation

Contrat d'entretien de chaudière avec Engie
Nos conseillers vous aident à souscrire un contrat d'entretien et une offre de gaz naturel adaptée.

Chaudière au sol ou murale

Lors de l’installation d’une nouvelle chaudière, le particulier doit faire différents choix entre le combustible (gaz, bois, GPL, fioul ?), la technologie (à condensation, à basse température, classique) et également le type de pose : murale ou au sol. Faire son choix entre une chaudière murale ou au sol est fonction de différents facteurs liés à la configuration du logement. Revue de détails des avantages et des inconvénients entre ces deux types d’installation de chaudière qui pourraient orienter le particulier vers un modèle adapté.

L’installation et la production d’eau chaude, les critères déterminants

L’ancienne chaudière à gaz ou au fioul vient de lâcher ? On souhaite installer une chaudière sur le chauffage central de son logement en construction ? Bref, on se pose des questions sur le remplacement de sa chaudière vieillissante pour un modèle de dernière génération ? Plusieurs critères doivent guider le choix du particulier vers une chaudière en particulier :

Installation chaudière murale ou au sol, une question de place

Entre la chaudière murale ou au sol, on peut hésiter certes mais on doit garder surtout en tête la praticité de l’installation :

Où installer une chaudière murale ?

Chaudiere murale

  • la chaudière murale offre de multiples atouts dont son encombrement limité. Le fait que l’on va la fixer directement sur un mur détermine déjà sa taille – peu volumineuse au regard de son alter égo la chaudière au sol. La chaudière murale à gaz prendra sa place facilement dans des espaces restreints tels que les appartements ou les petites maisons. Un coin dans une pièce ou même un placard conviendra très bien à son installation. Toutefois, le fait qu’en théorie la chaudière murale puisse s’installer dans n’importe quelle pièce, le bon sens doit être de mise : on privilégiera les pièces à proximité des points d’eau comme la cuisine ou la salle de bains, sous peine d’attendre un petit moment avant d’avoir de l’eau chaude ;
  • Un autre point à souligner est le rendement énergétique de la chaudière murale : taille réduite n’induit pas une performance énergétique inférieure. Bien au contraire, à modèle équivalent une chaudière murale atteindra les mêmes températures de chauffe qu’une chaudière au sol. Bien évidemment, si son logement est de taille importante, on ne portera pas son choix sur une chaudière murale. Celle-ci ne pourra couvrir l’ensemble des besoins énergétiques du logement ;
  • Autres faiblesses, sa robustesse et sa longévité : la chaudière murale a une durée de vie de 15 ans dû à son mode de production industrielle à la chaîne qui en fait un modèle plus fragile pour lutter contre l'usure du temps.

Où installer une chaudière au sol ?

  • La chaudière au sol de taille plus volumineuse que la chaudière murale est généralement installée dans une pièce dédiée. Ce type de pose convient généralement à des logements de grandes tailles, des maisons en majorité, qui plus est, avec un type de combustible nécessitant l’installation d’une cuve – fioul ou GPL – ou silo de stockage – bois ou granulés de bois ;
  • la chaudière au sol, par sa taille plus imposante que la chaudière murale, autorise des puissances plus élevées pour couvrir des besoins énergétiques importants. Il n’est pas rare que la puissance d’une chaudière au sol dépasse les 30kW tandis que la puissance d'une chaudière murale tourne en général autour de 25kW maximum ;
  • Elle est souvent équipée d'un ballon d'eau chaude ;
  • Couplée avec des panneaux solaires ou une pompe à chaleur, la chaudière au sol permet d'avoir un mix énergétique idéal ;
  • Sa durée de vie est plus longue que la chaudière murale. Elle peut facilement atteindre 25 ans, à condition bien sûr de veiller à un bon entretien de la chaudière et une maintenance annuelle ;
  • Bien entendu, la chaudière au sol comme la chaudière murale accepte tous types de combustibles, elle peut donc également être raccordée au réseau de gaz naturel ou à celui de l’électricité.

De manière générale, le prix d’une chaudière au sol est bien souvent supérieur au prix d’une chaudière murale. Attention toutefois de croiser ce critère avec les points suivants : production d’eau chaude et combustible.

Production d’eau chaude ou pas ?

technicien entretien chaudiere

Le deuxième critère qui peut orienter son choix est la production d’eau chaude sanitaire (ECS). La chaudière au sol ou murale devra-t-elle pourvoir à ce type de besoin ? Si oui, sachez que l’ECS se décline sous trois types de production :

  • une chaudière instantanée permet d’avoir de l’eau chaude à la demande, l’eau froide est chauffée directement lors de son passage dans le corps de chauffe de la chaudière. Elle n’est pas dotée d’un ballon d’eau chaude, ce qui lui confère des capacités limitées. Elle conviendra mieux à des petits logements et des ménages de 2 personnes en moyenne ;
  • une chaudière à micro-accumulation est dotée d’un ballon d’eau chaude de 5 litres en général ce qui lui permet de répondre à des besoins en ECS plus importants, même si cela reste limité. L’eau chaude est maintenue à une température stable dans le ballon, ce qui permet de ne pas solliciter le brûleur de la chaudière de manière intempestive ;
  • une chaudière à accumulation permet de répondre à des besoins en ECS très importants. Dotée d’un ballon pouvant atteindre des centaines de litres, ce type de chaudière va présenter fatalement un encombrement plus important. On la retrouve donc souvent en installation type chaudière au sol.

Gaz, fioul, GPL, quelle énergie choisir ?

Troisième critère déterminant qui oriente généralement sur le modèle d’installation de sa future chaudière : le type de combustible.

Technicien devant citerne de gaz

Plusieurs choix s’offrent au particulier, du gaz naturel au fioul domestique en passant par les granulés de bois ou le GPL. Chacune de ces solutions offre des avantages et des inconvénients :

  • le gaz naturel est facilement raccordable puisqu’il est disponible sur réseau comme l’électricité. Accessible à un coût relativement abordable, le gaz naturel reste une énergie fossile à haut potentiel polluant (234g eqCO2/kWh), cependant amoindri par les nouvelles générations de chaudières à gaz à condensation ou basse température Nox. Toutefois, toutes les régions de France n'étant pas raccordées au gaz naturel, il existe plusieurs autres solutions de chauffe : la chaudière à gaz propane GPL ou la chaudière à fioul domestique ;
  • L’électricité est l’énergie la plus disponible en France mais aussi une des plus chères. Pratique à raccorder, peu émettrice de CO2, elle jouit d’une grande popularité. Toutefois, avant de porter son choix sur une chaudière électrique murale, il faudra veiller à avoir une bonne isolation thermique, un appartement plutôt qu’une maison ainsi qu’une offre d’électricité à un prix attractif ; sous peine d’avoir des factures de chauffage vertigineuse !
  • Le gaz propane (GPL) est un gaz liquéfié dérivé du pétrole, à haut pouvoir calorifique. Stocké exclusivement en citerne, le GPL nécessite un espace de stockage assez conséquent. La citerne est enfouie en général dans le jardin lors de son installation. Issu d’une énergie fossile, le gaz propane est aussi polluant (274g eqCO2/kWh) que le gaz naturel mais moins que le fioul (300g eqCO2/kWh). Autre frein, le prix du propane est élevé et n’est pas réglementé par les pouvoirs publics comme le gaz naturel ou l’électricité. Il faudra donc faire jouer la concurrence pour trouver un fournisseur de gaz propane avec un abonnement propane adapté à ses besoins énergétiques ;
  • Le fioul domestique est issu du pétrole comme le propane. Ses ressemblances avec le propane ne s’arrêtent pas là puisqu’il partage avec lui son haut pouvoir calorifique et son type de stockage : en cuve de fioul. Néanmoins, le prix du fioul est inférieur à celui du propane. On le retrouve d’ailleurs dans de nombreux foyers – près de 4 millions à ce jour. Le gros bémol à souligner est l’interdiction de la chaudière au fioul d’ici 2030 annoncée par le gouvernement en 2018. A part quelques exceptions – zone géographique non raccordée au gaz, maison de taille volumineuse – on portera son choix vers une énergie plus accessible et encore autorisée dans les prochaines décennies ;
  • Le bois et ses dérivés (granulés et bûches) font partis des énergies les plus écologiques qui soient. Le bois est un combustible 100% d’origine naturelle, de source renouvelable et à très faible impact sur l’environnement (émissions de CO2 moyennes : 13g eqCO2/kWh). Le bois cumule d’autres atouts comme son prix d’achat attractif, le moins élevé, toutes énergies confondues. Il présente un haut pouvoir calorifique, notamment pour les granulés de bois.

L’évacuation des fumées, le point commun de toutes les chaudières L’évacuation des fumées ou vapeurs de combustion est un point à prendre en considération lors de l’installation d’une chaudière au sol ou murale. Conduit de cheminée, ventouse, VMC gaz, plusieurs solutions existent mais sont soumises à des réglementations et des configurations de logement spécifiques. Tubage des conduits, respect des distances de sécurité entre l’évacuation et les ouvrants… de nombreux paramètres influent sur le choix d’une chaudière, souvent conjoints d’ailleurs avec la configuration de pose : murale ou au sol.

Les prix d’une chaudière gaz murale ou au sol

A quel prix peut-on obtenir une chaudiere murale ou au sol, sachant qu’elles sont toutes deux éligibles à différentes aides financières en faveur de la transition énergétique ? Souvent cumulables entre elles, ces aides permettent d’alléger la facture de remplacement de sa chaudière pour un modèle plus performant et écologique.

Chaudière gaz condensation, basse température, classique ?

3 grands modèles de chaudières se partagent le marché du chauffage pour les particuliers :

  • la chaudière à condensation, qui est le modèle le plus populaire et conseillé à l’installation. Classée comme une chaudière à Haute Performance Energétique, la chaudière à condensation permet grâce à un ingénieux système de combustion de réduire sa facture de chauffage de l’ordre de 30% par rapport à une chaudière classique. Le modèle que l’on retrouve le plus souvent est la chaudière à gaz à condensation, pour de multiples raisons : praticité, coût abordable de l’énergie, émissions de CO2 réduites. L’installation peut se faire en chaudière murale à gaz à condensation ou chaudière au sol à gaz à condensation ;
  • la chaudière à basse température jouit également d’une bonne côte de popularité, du fait de ses économies d’énergie. Elle fonctionne sur le même principe qu'une chaudière classique, à ceci près que sa température de chauffe est bien inférieure à rendement équivalent. Qui dit baisse de la consommation, dit réduction de la facture d’énergie (15-20%). De plus, la chaudière basse consommation est à un prix inférieur à la chaudière à gaz condensation. Le seul gros bémol est l’arrêt de sa commercialisation pour certains modèles jugés trop énergivores et polluants par le gouvernement. Le particulier a encore la possibilité de se tourner vers des chaudières à basse température Nox nouvelle génération qui respectent les seuils d’émissions de CO2 autorisés ;
  • la chaudière classique murale ou au sol, affiche un rendement énergétique de l’ordre de 70-80%. Fonctionnant au gaz, fioul ou bois, son utilisation sera limité à des logements ayant une bonne isolation thermique pour éviter les déperditions d’énergies inutiles.

Rendement énergétique et puissance

Le rendement énergétique - i.e le rapport entre la quantité d’énergie consommée par rapport à la quantité de chaleur produite – permet d’apprécier les performances d’un modèle de chaudière. Mais si l'on constate des différences significatives entre la chaudière à gaz condensation (110%) et la chaudière à gaz classique (60-70%), sachez qu’il n’y en a pas entre un modèle de chaudière au sol ou mural ; à énergie et puissance équivalentes bien entendu.

flamme chaudiere

Le choix d’une chaudière et de sa puissance doivent se faire en fonction des besoins énergétiques de son logement :

  • état de l’isolation thermique ;
  • nombre de pièces ;
  • nombre de personnes composant le foyer ;
  • type de besoins : eau chaude + chauffage ou chauffage seul ;
  • température du logement souhaité.

Bref, plus qu’un choix entre le prix d’une chaudière murale ou le prix d’une chaudière au sol, il est nécessaire de prendre en considération l’ensemble des questions qui entourent le choix d’une chaudière. Et faire son choix de manière éclairée. Le critère d’installation n’est qu’un critère parmi d’autres tout aussi voire plus important.

D’autant plus, que souvent le prix de remplacement d’une chaudière s’accompagne souvent d’un forfait annuel d’entretien ou de maintenance obligatoire.

Prévoir un budget entretien et maintenance

Autre point à garder en tête est le contrat d’entretien et de maintenance de la chaudière. Là encore, qu’elle soit chaudière murale ou au sol, les obligations sont dictées par la technologie et le type de combustible.

Les chaudières à condensation nécessitent un entretien annuel obligatoire, d’autant plus si elle fonctionne au gaz. Tout comme les chaudières à granulés de bois, les chaudières au fioul. Les prix des contrats de maintenance sont compris entre 100 et 200€ en fonction du modèle de chaudière.

Si la maintenance d’une chaudière est encadrée par une législation stricte, sachez que son installation également. La pose d’une chaudière à gaz à condensation, à granulés de bois ou à basse température doit se faire par un professionnel chauffagiste agréé Reconnu Garant de l'Environnement. Plusieurs raisons à cela : pouvoir bénéficier des aides financières pour des travaux de rénovation de la performance énergétique, ensuite pour être sûr que lesdits travaux soient effectués dans les règles de l’art du métier et respect des conditions de sécurité.

Différences chaudière murale et chaudière au sol

Principaux points de différences entre la chaudière murale et la chaudière au sol
Type de chaudière Avantages Inconvénients
Murale
  • Compacte et peu encombrante, convient parfaitement aux petits espaces ;
  • Peut produire de l'eau chaude sanitaire ;
  • Prix d'achat inférieur à la chaudière au sol ;
  • Performance et rendement énergétique élevés ;
  • Assure un bon confort thermique sans nécessiter d'appoint - si les besoins énergétiques ont été bien évalués au départ.
  • Une durée de vie inférieure à une chaudière au sol : 15 ans ;
  • Sa taille réduite ne peut subvenir à des surfaces d'habitation importantes.
Au sol
  • Permet de répondre à des besoins énergétiques importants ;
  • Peut produire de l'eau chaude sanitaire sur de grands volumes ;
  • Performance et rendement énergétique élevés ;
  • Une durée de vie supérieure à une chaudière murale : jusqu'à 30 ans ;
  • Assure un excellent confort thermique.
  • Prix d'achat supérieur en moyenne à la chaudière murale ;
  • Sa taille imposante nécessite un pièce dédiée ;
  • L'entretien de la chaudière au sol doit être fait plus souvent que la chaudière murale.

Les aides financières pour une chaudière gaz murale ou au sol

Pour aider le plus grand nombre à remplacer leur chaudière en panne ou vieillissante, le gouvernement a mis en place plusieurs aides financières au titre de la transition énergétique. Soumis à des obligations et des respects de quotas d’émissions de CO2 au niveau national, la France veut faire de la conversion énergétique de ses citoyens une de ses priorités ; La Lutte contre le réchauffement climatique et la préservation du pouvoir d’achat dictent l’ensemble des actions de l’Etat. Ainsi, pour qui veut remplacer sa chaudière traditionnelle au gaz par une chaudière au sol à gaz condensation par exemple, les aides changement de chaudière et souvent cumulables entre elles :

calcul argent

Mise à jour le