Lille : une solution connectée pour aider les personnes non voyantes à se déplacer

Une solution connectée pour aider les personnes non-voyantes à se déplacer à Lille
© RightHear

Nos villes se connectent, et il est important de ne pas minimiser les avantages de la domotique pour les personnes en situation de handicap. À Lille, la société havraise RightHear a installé sa première balise Bluetooth pour aider les utilisateurs de son application à mieux se déplacer dans l’espace urbain. Une solution parmi tant d’autres qui laisse espérer une métamorphose sur le long terme.


  • En bref : La domotique au service des personnes non-voyantes et malvoyantes
  • Après Rennes en 2019, Lille vient de s’équiper de sa première balise Bluetooth RightHear, une solution permettant aux personnes en déficience visuelle de mieux s’orienter dans la ville, à l’intérieur comme à l’extérieur ;
  • Le développement rapide de la ville intelligente à travers le monde laisse espérer une métamorphose du quotidien des personnes en situation de handicap au sein des zones urbaines ;
  • La recherche et les start-ups travaillent à la création de solutions technologiques pour accompagner les personnes en situation de handicap, plus particulièrement grâce à l’intelligence artificielle.

Lille s’équipe en solutions domotiques pour accompagner les personnes non-voyantes

La domotique a de multiples avantages, et ceux concernant la santé ne sont plus à prouver. Avec le temps, la recherche s’intéresse aux utilisations des solutions technologiques connectées et intelligentes pour améliorer à la fois les soins et le bien-être des personnes en situation de handicap.

Depuis plusieurs années, le champ de la recherche dédiée aux solutions à destination des personnes non-voyantes et malvoyantes n’a eu de cesse de s’enrichir et de se perfectionner. En France, un exemple récent est celui de Lille, où un dispositif domotique a été déployé dans la ville afin d’aider les non-voyants et malvoyants à plus facilement se déplacer plus facilement, rapporte le journal 20 Minutes.

C’est la société havraise RightHear qui est derrière ce dispositif. Celle-ci a créé un équipement connecté permettant une meilleure orientation pour les personnes non-voyantes et malvoyantes à l’intérieur et à l’extérieur. À l’aide d’une balise Bluetooth, des informations pertinentes sont envoyées directement sur le smartphone de l’utilisateur dès qu’il s’en approche, via une application mobile – Android et Apple. Différentes informations sont alors données à la personne, de la localisation à une description sonore des différents équipements disponibles à sa portée, comme un ascenseur par exemple.

Le grand avantage de la technologie de RightHear est qu’elle ne nécessite aucun réseau téléphonique pour fonctionner, et peut ainsi être utilisée partout. La première balise vient d’être installée à Lille, au sein d’une brasserie de la place de la Gare. Le prochain lieu qui s’en équipera sera l’Aéronef, une salle de concert de Lille. « Grâce au GPS de mon téléphone, je n’ai aucun problème pour me rendre où que ce soit. C’est une fois arrivé que cela se complique. Si je ne suis pas accompagné d’un voyant, je vais avoir du mal à trouver la porte d’entrée sans demander de l’aide », explique Nicolas Karasiewicz, président de la start-up Tyresias et responsable d’une société d’insertion lilloise et aveugle de naissance, précise le journal.

Mais ce n’est pas une première en soi pour la société havrais, laquelle avait déjà déployé sa solution dans la ville de Rennes en juin 2019. Dans sa phase d’expérimentation, des balises de RightHear avaient été installées dans trois stations de métro.

RightHear : la responsabilisation des établissements et des villesSi l’application est gratuite pour les utilisateurs, le déploiement de la solution RightHear dépend entièrement de la volonté des structures et des établissements qui souhaitent l’intégrer. L’abonnement leur revient à 200 euros par an. Cette décision reflète une volonté de responsabiliser les villes et les établissements privés dans leurs devoirs envers les citoyens et les consommateurs.

Santé et ville intelligente : une rencontre attendue

Depuis quelques années, l’on peut constater de la multiplication de ce genre de solutions connectées et intelligentes au sein des zones urbaines. Un engouement qui s’inscrit dans la tendance et l’essor de la ville intelligente, partout dans le monde. Rennes et Lille sont deux exemples en France, mais l’on pourrait aussi citer Angers.

La esanté est l’avenir de la domotique.

L’élaboration de smart cities est une opportunité pour l’ensemble des populations, mais également pour les villes elles-mêmes. Afin qu’elles soient réellement optimales, il est nécessaire d’anticiper et préparer l’implémentation des nouvelles technologies. Un aspect appuyé par la recherche, qui il n’y a pas si longtemps proposait quatre modèles de villes intelligentes pour aider à leur développement. Sur le long terme, la création d’un écosystème connecté à l’échelle d’une municipalité peut métamorphoser le quotidien des citoyens et améliorer leur qualité de vie de manière significative. Néanmoins, cela passe évidemment par la prise en compte des personnes en situation de handicap au sein des villes et de leurs services.

Parmi les autres exemples de mise en place de dispositifs pour aider les personnes en déficience visuelle, l’on pourrait citer diverses applications à travers le monde comme Aipoly, Be My Eyes, Blind SMS Reader, Big Launcher, Connecthings, Lookout, Seeing AI, Talkback ou Taptapsee. Au-delà des applications, des produits comme le bracelet connecté ultrason Sunu, la montre connectée en braille Dot, ou les lunettes lunettes PivotHead – utilisées de manière couplée avec l’application Seeing AI – ne cessent de faire parler d’eux. Le développement de ces solutions est en plein boom, et ces prochaines années, leur démocratisation pourrait bien s’accélérer.

France : le gouvernement encourage les start-ups de e-santéEn France, le gouvernement souhaite accompagner la dynamique des entreprises de la tech se consacrant aux nouvelles technologies de la santé. En avril 2019, les dix lauréats de l’appel à projet du « Health Data Hub » gagnaient un accompagnement spécifique pour développer leurs solutions, particulièrement dans le domaine de l’intelligence artificielle – ou IA.

Mis à jour le