Objets connectés : les Français ont opté pour le reconditionné en 2019

Objets connectés : les Français optent pour la tendance du reconditionné

À l’approche du passage en 2020, l’IFOP a publié son deuxième baromètre sur les Français et les objets connectés, commandité par Boulanger. Les résultats reflètent avec justesse toutes les tendances observées en 2019 quant à l’innovation technologique. Entre curiosité, intérêt et crainte, les consommateurs sont pleins de paradoxes. Mais deux choses motivent leurs choix : l’argent et l’environnement.


  • L’essentiel : Baromètre IFOP-Boulanger 2019 sur les Français et les objets connectés
  • 70 % des personnes interrogées affirment qu’elles ne dépenseront pas plus de 250 euros à Noël pour des objets connectés ;
  • 48 % des sondés disent être prêts à acheter un objet connecté reconditionné, un choix qui serait motivé pour 88 % par la recherche de maîtrise de leur budget, et pour 69 % par la préservation des ressources naturelles ;
  • 26 % des Français envisageraient l’achat d’un objet connecté pour Noël, et 35 % pourraient opter pour un objet connecté reconditionné.

Objets connectés : des Français soucieux de l'environnement

Cette année a été fructueuse pour le marché domotique. On a d’ailleurs pu le constater par les évolutions des ventes, leur augmentation, mais aussi la sortie de produits particulièrement qualitatifs. Pour autant, le deuxième baromètre IFOP réalisé pour Boulanger sur les Français et les objets connectés, publié début décembre 2019, vient confirmer que si l’innovation technologique a la cote, les Français sont aussi soucieux de l’investissement financier de l’impact écologique qu’elle implique.

La tendance du reconditionné est à la hausse, et peut-être pour longtemps.

Le rythme effréné des sorties dans le domaine de la technologie peut avoir de multiples conséquences, dont celle de créer chez les consommateurs une sensation de trop-plein. Impossible de se procurer les dernières tendances sans vider son compte bancaire.

À cela s’ajoute la conscience chez bien des personnes de ce que l’on appelle l’obsolescence programmée soit, selon la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015, « l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement. »

Alors que les Fêtes approchent, le budget moyen de 70 % des sondés est de 250 euros pour les objets connectés. 26 % des personnes interrogées envisagent l’achat d’un équipement connecté pour Noël, contre 23 % en 2018. Parmi elles, 48 % affirment être prêtes à en acheter un, et 35 % seraient tentées par un objet reconditionné. Cela semble assez logique pour un tel budget, puisque dans la domotique, cette somme moyenne est rapidement dépassée avec du neuf.

Un produit reconditionné, qu’est-ce que c’est ? Les produits reconditionnés sont ceux vendus en seconde main, suite à une remise en état. À un prix bien moins cher que pour du neuf, les consommateurs peuvent donc profiter d’un équipement fonctionnel à un tarif avantageux. Cela permet à la fois de réaliser des économies et de ne pas tomber dans le piège de la surconsommation.

Économies et écologie : les Français seraient-ils des consommateurs éthiques ?

Cette année, les wearables ont semble-t-il la préférence des consommateurs, puisque les montres et bracelets connectés arrivent en tête de l’étude avec 36 % des intentions d’achats – soit 10 points de plus qu’en 2018. Non loin derrière, on retrouve sans surprise les assistants vocaux pour la maison connectée, type Amazon Echo, Google Home ou HomePod d’Apple, qui intéressent près de deux consommateurs sur cinq. Autre point fascinant : les objets intelligents ne suscitent plus la même attraction que précédemment. Ceux dédiés à la sécurité passent de 13 % d’intérêt en 2018 à 8 % en 2019, alors que ceux visant à l’économie d’énergie passent de 15 % l’an dernier à 10 % cette année.

En domotique, il est possible de se faire plaisir sans forcément acheter du neuf. Et les consommateurs français semblent l’avoir compris.

Les motivations des consommateurs se disant intéressés par les objets connectés sont diverses :

  • 12 % des sondés affirment vouloir garder plus facilement contact avec leurs proches ;
  • 10 % des personnes interrogées désirent se divertir ;
  • 9 % des Français auraient pour but de se cultiver.

Mais c’est en ce qui concerne les raisons qui pousseraient les Français à opter pour du reconditionné plutôt que pour du neuf que le baromètre soulève des tendances intéressantes : 88 % citent la recherche de maîtrise de leur budget et 69 % la préservation des ressources naturelles.

Ce souci écologique rejoint les résultats de multiples études, comme celle publiée récemment par l’Académie des technologies et OpinionWay, dans laquelle quatre Français sur dix se disaient inquiets des répercussions des nouvelles technologies, et tout particulièrement pour l’environnement. Entre crainte et espoir, les Français sont partagés quant à l’innovation technologique.

Objets connectés : trop compliqués à installer ? Si les objets connectés se démocratisent rapidement, il reste une grande méconnaissance de la part du public à leur sujet. Le baromètre IFOP-Boulanger confirme cela. 30 % des sondés affirment que l’installation est complexe, voire énervante pour 20 % d’entre eux. Encore en 2019, ces nouvelles technologies demandent de la part des marques un grand travail de pédagogie et d’accompagnement pour créer un véritable rapport de confiance avec les consommateurs.

Mis à jour le