Technologie : pourquoi les Français sont-ils toujours partagés entre crainte et espoir ?

La technologie, crainte ou espoir pour l'environnement ?

S’il existe un consensus à l’échelle de la société française concernant les apports du progrès technologique, les appréhensions liées au futur de la planète ternissent indéniablement l’image idéaliste qui est souvent peinte lorsque l’on parle d’innovation. Selon une récente étude de l’Académie des technologies et OpinionWay, quatre Français sur dix se disent en effet inquiets des répercussions des nouvelles technologies, surtout pour l’environnement.


  •     
  • Sondage « Les Français et le progrès technologique », quelques résultats clés :
  •     
  • 76 % des Français déclarent être intéressés par les nouvelles technologies ;
  •     
  • 71 % des sondés se disent inquiets face au progrès technologique ;
  •     
  • 49 % des personnes interrogées ont le sentiment que le progrès technologique est l’une des causes du changement climatique ;
  •     
  • 45 % des sondés perçoivent la France comme l’un des leaders de l’innovation technologique en matière de santé et de recherche médicale ;
  •     
  • 38 % des personnes interrogées pensent que les plus gros progrès faits depuis la fin du siècle dernier concernent la robotisation en santé.

Progrès technologique : les Français font marcher leur esprit critique

La relation qu’ont les Français aux nouvelles technologies est loin d’être simple. À bien des égards, celle-ci se révèle parfois paradoxale. Pour tenter de mieux comprendre cette situation, l’Académie des technologies et OpinionWay ont réalisé un sondage fin 2019, et ses résultats confirment ce que l’on soupçonne depuis longtemps, mais apportent aussi de nouveaux éclairages. L’étude intitulée « Les Français et le progrès technologique » a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 081 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus.

Dans le milieu professionnel, les Français semblent conscients des avantages de la technologie.

Ce que l’on constate d’abord, c’est que les Français semblent conscients des bénéfices de la technologie. Par exemple, 70 % des sondés pensent qu’elle permet de meilleures conditions de travail, les jeunes étant visiblement plus optimistes que leurs aînés à ce sujet : 79 % pour les 18-24 ans, contre 67 % pour les 50-64 ans. Et cela ne fait pas de doute, l’innovation accompagne et aide de plus en plus de personnes dans le domaine professionnel. Néanmoins, en ce qui concerne le progrès technologique dans le travail, les Français apparaissent finalement partagés. 60 % des sondés pensent en effet que celui-ci est autant porteur de dangers que d’opportunités. Et pour les ouvriers, le taux de réponse allant dans ce sens grimpe à 75 %.

Pour autant, bien que conscients des avantages de la technologie, les Français semblent encore sceptiques, voire méfiants. 71 % des personnes interrogées dans le cadre de l’étude déclarent ainsi que le progrès technologique entraîne des contraintes, et que sur le long terme, celui-ci créera plus de problèmes qu’il n’en résoudra. Et là encore, une différence de vision générationnelle est perceptible, avec un taux atteignant les 74 % pour les plus de 65 ans, contre 60 % pour les moins de 25 ans.

Mais l’un dans l’autre, même si les Français paraissent avoir une vision assez pessimiste de la technologie, laquelle semble partagée par une large majorité, 76 % des personnes sondées déclarent être assez, voire très intéressées par la technologie, et pour 64 % d’entre elles, le progrès technologique reste synonyme de progrès pour l’humanité. Alors, comment expliquer leur méfiance ?

Technologie : une opportunité pour les plus jeunes ?Malgré leurs craintes et doutes, les Français interrogés pour le sondage estiment à 61 % que le développement technologique offre une meilleure qualité de vie pour les futures générations.

Technologie : des angoisses souvent liées au manque d’informations et à la crise climatique

L’étude met en avant un problème que l’on évoque régulièrement sur Selectra : le manque d’informations. 32% des sondés indiquent ainsi ne pas être suffisamment informés par le Gouvernement sur les conséquences des technologies et à 81 % qu’ils ne sont pas assez impliqués dans les décisions portant sur les technologies controversées. Cela retranscrit à la fois un sentiment de dépassement de la part des gens, mais aussi leur volonté d’être impliqués. Cet état de fait peut s’expliquer par le fait que le monde de la tech est aux mains de quelques grandes corporations, bien souvent américaines, et sur lesquelles le pouvoir décisionnel est extrêmement limité.

Selon l’édition 2019 du « Baromètre du numérique », 44 % des Français considèrent le numérique comme une menace pour l’environnement. En tant qu’observateur attentif, il n’est pas difficile de constater que la problématique écologique prend de plus en plus de place dans les consciences, et que celle-ci est souvent mise en relation avec la technologie.

Comment mieux informer le public sur la technologie ?

Le sondage de l’Académie des technologies et OpinionWay apporte des résultats allant aussi en ce sens, puisque la moitié des répondants estime que le progrès technologique est l’une des causes à l’origine du réchauffement climatique. Démographiquement, les personnes qui semblent les plus sujettes à partager ce constat sont les jeunes : le taux est de 55 % pour les 18-24 ans, contre 43 % chez les 65 ans et plus. Pour autant, les Français semblent vouloir voir des progrès technologiques dans certains domaines, comme l’agriculture par exemple – à 25 % – ou encore la green tech et l’énergie – à 20 %. Mais c’est évidemment la santé qui arrive loin en tête, avec 60 % des voix exprimées.

Le visage du progrès technologique : qui est-ce ?Aspect plus léger du sondage, l’Académie des technologies et OpinionWay ont demandé aux personnes interrogées quelles personnalités incarnaient selon elle le progrès technologique. On retrouve ainsi le chirurgien Alain Carpentier, le spationaute Thomas Pesquet ou encore le créateur de Microsoft, Bill Gates.

Mis à jour le