PEL : un produit d’épargne toujours attractif

Le PEL de nouveau attractif en 2020
Le PEL de nouveau attractif en 2020

Désormais ramené à 1%, le PEL ne cesse de voir son intérêt décroitre tant par son faible taux d’intérêt que par ses atouts de moins en moins nombreux. Si il reste un plan d’épargne fiable et tout de même plus intéressant que le livret A, il n’est plus aussi vendeur qu’à ses débuts. De plus, les vieux PEL coûtent chers aux établissements bancaires. Retour en détails sur l’actualité du Plan Epargne Logement.


PEL : un taux à 1% désormais attractif

PEL immobilier
Le PEL permet d'épargner pour investir dans l'immobilier

Après l’annonce de la baisse du taux du livret A à 0,5% au 1er février 2020, c’est le PEL qui devrait voir son attractivité à la hausse cette année, malgré son taux peu rémunérateur à 1% depuis 2016. Des produits d’épargne qui ne rapportent plus tellement, incitant ainsi les épargnants à prendre des risques lors de leurs placements. Aujourd’hui, le PEL reste tout de même plus intéressant que le livret A et son taux à 0,5%.

Mis en place en 1969, le PEL permet aux consommateurs d’épargner en vue d’investir dans un bien immobilier. Si le PEL était très attractif à ses débuts, il a perdu peu à peu ses nombreux avantages. En effet, cela a commencé en 2002 avec la suppression du droit à prime automatique puis s’en est suivi la fiscalisation des PEL de plus de 12 ans ou encore la limitation de la durée de vie du PEL, entre autre.

Un PEL revu à la baisse donc, tant au niveau de son taux que de ses atouts pour les épargnants. Cependant, si certains restent gagnants dans l’affaire ce sont bien les anciens PEL, ouverts dès la sortie du Plan Epargne Logement.

PEL et prêt immobilier attractif A sa création, le PEL permettait de bénéficier d’un prêt immobilier avantageux, dans un contexte où les taux d’intérêts de ce type de prêt frôlaient régulièrement les 11%. Le détenteur qui épargnait pendant 10 ans sur son PEL pouvait ainsi bénéficier ensuite d’un prêt immobilier à des taux aux alentours de 6%. Des taux très intéressants pour l’époque donc. Aujourd’hui, les taux des prêts immobiliers ont drastiquement baissés, atteignant 1,20% fin 2019 selon la Banque de France. De plus, d’autres moyens de financement ont fait leur apparition dans le secteur immobilier.

Des anciens PEL qui coûtent cher aux banques

PEL coût banque
Les banques doivent supporter les coûts élevés des anciens PEL

Ces anciens PEL sont effectivement des produits d’épargne précieux pour leurs détenteurs. Ouverts dans les années 80, ce sont les plans d’épargne sécurisés qui rapportent le plus aujourd’hui. Si ces PEL rapportent beaucoup à leurs épargnants, on peut aisément s’imaginer que ce n’est pas le cas pour les banques. En effet, ces vieux PEL coûtent aujourd’hui cher aux établissements bancaires.

Et on comprend mieux le poids qui pèse sur les banques lorsqu’on regarde les chiffres de plus près. En novembre 2019, le taux moyen des PEL ouverts s’élevait à 2,65%, selon la Banque de France. Mais plus révélateur encore, plus de 20% des sommes placées sur des PEL le sont sur des PEL rémunérés au minimum à 3,27% (PEL ouverts avant 2003). Un gouffre pour les banques donc, qui doivent financer ces plans d’épargne ouverts sur une très longue durée.

La baisse du taux du PEL à 1% cette année est donc une bonne nouvelle pour les banques, puisque cela assure une certaine cohérence avec les taux actuels du marché, même si ces dernières doivent tout de même toujours assurer le financement des vieux PEL, qui leur coûtent très chers.

PEL : un placement toujours intéressant pour les épargnants

épargne PEL
Le PEL, un placement sûr

Si le taux du PEL est revu à la baisse au fil des années, ce plan épargne reste tout de même attractif pour les consommateurs. En effet, le PEL est un plan d’épargne sans risque pour son détenteur.

Si le PEL a été ouvert dans les premières années de son lancement, le client a tout intérêt à le conserver puisque ces PEL sont parmi les plans d’épargne sans risque les plus rémunérateurs. De plus, sa durée de détention est illimité pour les PEL ouverts avant le 1er mars 2011, tandis que les PEL ouverts après cette date sont limités à 15 ans de détention.

De plus, le PEL devrait retrouver un regain d'intérêt face au taux plancher de 0,5% atteint par le livret A. Cependant, les banques souhaiteraient plutôt voir ses épargnants se diriger vers d’autres placements comme l’assurance-vie Eurocroissance ou encore les nouveaux PER (Plan d’Epargne Retraite).

Mais si la baisse des taux du PEL a 1% en 2016 avait pour but de limiter son attractivité, le contexte actuel des taux bas et la baisse du livret A devrait au contraire relancer l’intérêt des consommateurs pour le PEL.

Mis à jour le