Les wearables du futur pourront-ils prévenir les chutes chez les seniors ?

L’innovation domotique et la recherche semblent avancer main dans la main. Dernièrement, une étude américaine est venue bouleverser les choses et possiblement nous proposer un avant-goût du monde de demain. Selon les résultats, nos objets connectés portatifs – et même nos smartphones – pourraient prédire les chutes chez les seniors, changeant significativement leur qualité de vie.

La e-santé : un domaine en perpétuel changement


La médecine de demain pourrait-elle ressembler à une montre connectée ? Les wearables seraient-ils donc l’avenir de la e-santé ?

La domotique est essentiellement consacrée à l’amélioration de notre bien-être. Mais avec le temps, son utilisation pourrait devenir incontournable, plus particulièrement dans le domaine de la e-santé. D’où une question lancinante : le futur de la médecine sera-t-il connecté ? S’il est impossible de répondre de façon sûre à cela, les récents développements dans la recherche et dans la proposition connectée laissent présager un avenir 100 % domotique.

En 2018, les propositions autour de l’aide aux seniors de manière connectée sont en plein boom. Des offres comme celles de la société française SeniorAdom le confirment, tout comme celle de maintien à domicile domotique destinée aux personnes âgées proposée par Kiwatch.

De plus, une récente étude vient appuyer l’importance de la domotique dans l’accompagnement des seniors et ses vertus. Des résultats qui laissent entendre que le monde de demain est peut-être déjà à notre porte. Si la durée de vie est prolongée, sa qualité devrait aussi s’améliorer.

Santé connectée : des wearables au service des seniors

Dans notre sélection d’objets insolites du CES 2018, nous évoquions Hip'Air, un airbag mobile pour prévenir les fractures du col du fémur chez les séniors. Ce qui pouvait a priori passer pour un gadget est en réalité un véritable accessoire d’équipement médical. Il n’est pas rare en vieillissant que le volume musculaire diminue, créant une fragilité contre laquelle il existe peu de recours. La conséquence principale ? Les chutes. Des objets connectés comme Hip’Air sont destinés à éviter des blessures pouvant avoir des conséquences sévères après 65 ans. Selon les chiffres de SeniorAdom, on compte 450 000 chutes annuelles en France requérant l’intervention des secours.

Ainsi, des chercheuses et chercheurs de l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign ont dernièrement publié une étude dans la revue Nature Digital Medecine confirmant les bienfaits des wearables pour les seniors, et plus particulièrement pour les femmes.

Notre prédiction a montré que nous pouvions très précisément faire la différence entre des personnes vraiment stables et des personnes instables, a expliqué le Docteur Bruce Schatz, dans le communiqué de presse officiel.

Le panel de l’étude était composé de 67 femmes âgées de 60 ans et plus. Et les données recueillies par l’Université de l’Illinois ont abouti à un résultat étonnant : il est possible de prédire le risque de chutes grâce à un certain nombre d’informations recueillies à l'aide d'un wearable.

Lors de l’étude, plusieurs choses ont été prises en compte :

  • On a testé leur capacité de marche,
  • On leur a demandé le nombre de fois où elles étaient tombées l’année précédente.

En plus de cela, les chercheurs et chercheuses ont demandé à ce qu’elles portent un petit appareil équipé de détecteurs de mouvement afin d’évaluer leur façon de marcher durant une semaine.

À terme, ces données peuvent aboutir à des conseils pour les seniors afin d’améliorer efficacement leur condition physique avec de la rééducation. Mais surtout, ces mesures en temps réel peuvent prédire les risques de chutes de manière fiable sans avoir recours à des équipements onéreux. Selon l’étude, cette « médecine prédictive » serait donc hautement efficace et permettrait de changer la qualité de vie des personnes significativement.

Seniors et domotique : une simple application pour prévenir les risques de chuteLa perte d’équilibre est l’une des raisons principales à l’origine des accidents chez les personnes âgées. Selon le Docteur Schatz, afin de prévenir les risques de chute, une application sur smartphone pourrait suffire grâce à la collecte de données pertinentes. Pour lui, l’avenir nous réserve davantage d’objets connectés portatifs en mesure d’analyser la démarche des gens, pouvant ainsi les avertir des risques de chute.
Mise à jour le