MWC 2019 : comment l'eSIM va t-elle remplacer les cartes SIM actuelles ?

Au MWC qui s'est tenu du 25 au 28 février à Barcelone, l'eSIM fut l'un des sujets "innovations", parmi les grands thèmes technologiques du salon comme les nouveaux smartphones pliables, les objets connectés IoT, l'intelligence artificielle ou encore la 5G. Ces domaines sont liés, chacun doit permettre un meilleur fonctionnement de l'autre. C'est aussi le rôle de l'eSIM qui tarde cependant à arriver en France au sein des smartphones...

MWC 2019 : l'eSIM va trouver sa place dans le monde des objets connectés (IoT)

Dessin cartes SIM

Le maître mot du MWC était la connectivité : connectivité entre les individus via les appareils électroniques. Lors d'une conférence hier, Gemalto, le plus important vendeur de cartes SIM au monde, a expliqué que l'eSIM ou carte SIM embarquée serait un acteur majeur pour la relation entre les objets connectés. Aujourd'hui, ces IoT ou internet of things : smartphones en tête, tablettes, montres connectées etc. atteignent les 26 milliards dans le monde selon le site Statista, soit près de quatre fois le nombre d'habitants sur terre. D'après Gemalto, ce nombre devrait s'élever à 100 milliards en 2025. C'est là que l'eSIM intervient, entre autres afin de connecter et centraliser l'utilisation de tous ces appareils.

Les différentes tailles de cartes SIMEn terme de taille, l'eSIM est beaucoup plus petite que ses soeurs : en effet, la surface de l'eSIM mesure moins de 2 mm2. La mini SIM mise sur le marché pour la première fois en 1996 mesurait 2,5 X 1,5cm (elle est toujours utilisée dans certains téléphones portables non smartphones), la micro SIM qui arriva en 2003 adopte une taille plus petite mais toujours au-dessus d'un cm (15 X 12 mm). La nano SIM, utilisée quant à elle dans la plupart des smartphones depuis 2012, mesure 12, mm X 8,8 mm.

L'idée des fabricants de cartes SIM en collaboration avec les marques de smartphones et autres objets connectés était jusqu'ici de réduire la taille de la carte SIM afin que le smartphone lui-même puisse devenir plus fin. La eSIM constitue quant à elle une utilisation optimisée des fonctions d'un appareil électronique :

  • Avec l'eSIM plus de problème de taille donc et de nombreuses propriétés en plus. Vous l'avez compris les informations présentes sur l'eSIM de votre smartphone par exemple pourront se connecter à celles de votre tablette ou iPad, d'un autre smartphone, d'un robot ou de votre maison - système de lumières connectées, alarmes, électroménager -. Seule une petite configuration préalable permettra de connecter tous vos objets entre eux et de centraliser leur utilisation, sans besoin d'une application mobile spécifique.
  • Au sein des smartphones, les objets connectés les plus utilisés par le grand public, l'eSIM permet comme sur les iPhone Xs, Xs Max et Xr de disposer de deux cartes SIM en même temps. Cela donne la possibilité à l'utilisateur de disposer de deux forfaits différents sur le même terminal.

eSIM : est-il encore trop tôt en France ?

Dessin garçon sceptique

Au MWC de Barcelone, les fabricants de smartphones et d'IoT commencent même à parler de l'iSIM (une puce immatérielle directement intégrée dans les processeurs SoC) alors que l'usage de l'eSIM ne s'est pas tout à fait généralisé.

D'après le site internet d'Apple, seuls vingt-quatre pays proposent le service eSIM au sein des smartphones et notamment : les Etats-Unis, l'Inde, les Emirats Arabes Unis... Et en Europe : le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Finlande, le Danemark, l'Espagne, la Hongrie, la Suède etc. La France n'entre pas dans cette liste, fait assez étonnant puisque la Pologne fait également partie des pays lancés dans l'eSIM avec l'opérateur Orange, tout comme l'Espagne.

A noter qu'en France l'eSIM est présente uniquement dans les Apple Watch à partir de la série 3. La compatibilité de ce service avec les nouveaux modèles d'iPhone présentée lors de la Keynote Apple a été évoquée dès novembre par les principaux opérateurs Orange puis SFR et Bouygues Telecom. Mais en ce début mars, l'eSIM française pour smartphone est toujours hors du paysage, il semble que les négociations entre les opérateurs français, les fabricants de smartphones et l'association des opérateurs GSMA (également organisatrice du MWC) aient du mal à aboutir pour des raisons qui nous échappent. Il faut savoir qu'avec l'eSIM, l'aval du fabricant entre en jeu pour l'installation préalable et l'activation de cette dernière, ce qui n'est pas le cas avec les cartes SIM dites ordinaires qui nécessitent seulement une intervention au niveau de l'opérateur.

Que faire avant l'arrivée de l'eSIM en France ?Pour profiter des principales fonctionnalités que proposent l'eSIM : il existe la double SIM/Dual SIM. Elles permettent de disposer de deux forfaits en même temps et/ou deux opérateurs différents sur le même smartphone, d'installer un offre spécialement pour l'étranger en parallèle de votre offre de base etc. Plusieurs smartphones récents la proposent comme le Samsung Galaxy Note 9, le Huawei P20 Pro ou les tout nouveaux Samsung Galaxy S10. Pour plus de renseignements sur les forfaits mobile actuels avec ou sans smartphone, contactez le 09 75 18 33 47 ou demandez à être rappelé gratuitement par un conseiller.

Pour continuer votre lecture, découvrez également notre article sur les smartphones qui furent les plus attendus au MWC de Barcelone, y compris la sortie du pliable Huwaei Mate X.

Mise à jour le