Menu

Elowan, la plante-robot intelligente révolutionnera-t-elle l'agriculture ?

Mais qu’est-ce que donc que la botanique cyborg ? Certains pensent immédiatement à un film de science-fiction, et pourtant, cela est bien réel. Ce pan de l’innovation technologique pourrait-il redéfinir l’avenir de l’agriculture ? Selectra fait les présentations avec la dernière création cybernétique du MIT, dévoilée fin novembre 2018.

La plante-robot Elowan : la dernière invention du MIT

La domotique, c’est évidemment pratique, mais celle-ci peut par ailleurs être aussi divertissante qu’utile. Certaines créations destinées à la maison embellissent même notre façon d’envisager le quotidien, à l’instar d’Elowan, une nouvelle technologie développée par le Massachusetts Institute of Technology, plus connu sous le nom de MIT. À l’origine de ce projet singulier : les chercheurs Harpreet Sareen et Pattie Maes.


Si l’invasion des plantes cyborgs tueuses n’est pas pour tout de suite, la technologie pourrait permettre la création de plantes augmentée. Une faune robotique destinée à l’agriculture capable de subvenir seule à ses besoins.

Parmi les objets connectés écoresponsables, les pots intelligents pour prendre soin des plantes sont déjà assez connus. Mais avec Elowan, le MIT va plus loin, puisqu’il propose carrément une plante-robot, qui a la capacité de se déplacer toute seule afin de chercher la lumière. Comment fait-elle ? Elle est tout simplement équipée de capteurs électrochimiques qui garantissent son indépendance et son automation. De plus, les scientifiques ont aussi équipé la plante d’électrodes, présentes dans la terre, les feuilles et les tiges.

Au final, comme bien souvent, les sciences s’inspirent du fonctionnement de la nature. Les plantes elles-mêmes sont des systèmes électriquement actifs, expliquent les auteurs de la recherche. L’idée explorée ici par les chercheurs a donc été d’exploiter ces fonctionnalités pour améliorer la capacité de survie des plantes. Avec Elowan, technologie et nature ne font plus qu’un.

Elowan, comment ça marche ?Les signaux photosynthétiques sont envoyés par la plante, et grâce aux électrodes qui lisent et amplifient les informations, la partie motrice d’Elowan peut s’activer. Simple, non ? Peut-être pas tant que ça. En tout cas, il fallait y penser !

Agriculture du futur et botanique cyborg : quelle convergence ?


Comment la recherche peut-elle participer à la transition énergétique face à l’urgence de la situation ? Les scientifiques du MIT semblent croire aux bienfaits de la robotique.

L’automation écologique aurait-elle fait un nouveau pas dans le futur ? Pour toutes les personnes qui n’ont désespérément pas la main verte, de telles inventions promettent d’éviter la perte récurrente des plantes de la maison. Pour d’autres, Elowan est la manifestation d’un futur science-fictionnel à portée de main. Si l’on connaît la notion de transhumanisme, l’altération de la flore par la robotique n’en est pour sa part qu’à ses débuts.

La création, qualifiée d’« association symbiotique » par le MIT Media Labs sur son site officiel, a de quoi faire rêver, et pour les plus curieux, il y a même une vidéo. On peut y voir la plante-robot se déplacer toute seule, allant vers la lumière là où elle se trouve. Bien sûr, le développement d’Elowan devrait apporter son lot de fonctionnalités supplémentaires à l’avenir. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Qui sait, dans le futur, peut-être serons-nous capables de communiquer directement avec les plantes par la pensée, lesquelles pourront nous faire part de leurs besoins. En espérant que leur motricité n’enclenche par une rébellion de ces cyberplantes désireuses d’émancipation…

Agriculture : que peut la domotique face à la crise environnementale ?La crise écologique oblige les êtres humains à repenser leur façon d’exploiter faune et flore afin de subvenir à leurs besoins tout en respectant l’environnement. Alors que la COP24 se terminait il y a peu, de nombreux experts mettaient en avant l’agroécologie, laquelle permet une gestion plus écoresponsable et intelligente de notre agriculture. L’on pourrait donc imaginer qu’à l’avenir, des solutions connectées telles que celle du MIT puissent servir à améliorer la gestion des ressources, et ce à grande échelle.

Mise à jour le