Recyclage des portables : c’est l’heure de la mobilisation !

100 millions de portables inutilisés ? C’est bien le chiffre annoncé par Bouygues Telecom au cours d'une conférence qui réunissait WWF, Samsung, Suez et Recommerce. Ces 4 acteurs du marché des télécoms et le WWF s’unissent pour mobiliser l’opinion et inciter les consommateurs au recyclage des mobiles.

Ce chiffre apparemment démesuré est pourtant issu d’un très sérieux rapport parlementaire datant de 2016. Et il indique bien l’ampleur du problème : pas moins de 100 millions de portables inutilisés dorment au fond de nos tiroirs. Et c’est sans compter les millions de portables et de smartphones qui sont aujourd’hui en circulation et seront bientôt remplacés. Que vont devenir tous ces d’appareils ? Pour l’instant, trop peu rentrent dans le cercle vertueux de « l’économie circulaire » et du développement durable.

recyclage mobile
De gauche à droite, le présentateur, Philippe Maillard (Suez), Isabelle Autissier (WWF), Olivier Roussat (Bouygues Telecom), Jean-Philippe Illarine (Samsung Fr) et Benoît Varin (Recommerce)

Selon Olivier Roussat, président directeur général de Bouygues Telecom, seulement 200 000 sont récupérés chaque année dans son réseau de boutiques, alors qu’il s’en vend plus de 20 millions par an - c’est-à-dire 100 fois plus ! C’est pourquoi Bouygues Telecom a pris l’initiative de lancer, en partenariat avec le WWF, Samsung, Suez et Recommerce, une action de mobilisation du 9 au 21 octobre prochains. Pendant cette période, vous bénéficierez d’un avantage à recycler vos mobiles inutilisés. Comment en profiter ? Tout simplement en les rapportant dans une boutique Bouygues Telecom.

Nous étions à la conférence de presse du lancement de cette opération. Celle-ci réunissait, autour d’Olivier Roussat, les représentants de ses quatre partenaires : Isabelle Autissier, présidente du WWF France ; Philippe Maillard, directeur général du recyclage et de la valorisation chez Suez France ; Jean-Philippe Illarine, vice-président mobilité de Samsung France et Benoît Varin, cofondateur et directeur général du développement et du recyclage de Recommerce Group.

5 partenaires pour promouvoir le recyclage

Au-delà de l’opération de communication, étape nécessaire pour marquer les esprits et sensibiliser l’opinion à l’intérêt du recyclage mobile pour le développement durable, les 5 partenaires affichent un objectif ambitieux : initier un large mouvement, permettant de mettre en place une filière de recyclage efficace et à terme, rentable. Tout le monde l’admet, la France a un gros retard en la matière, avec un taux de recyclage bien trop bas, notamment sur les smartphones. Jean-Philippe Illarine (Samsung) estime à seulement 15% la part de smartphones effectivement recyclés à l’heure actuelle. Et les 85% qui ne le sont pas ? Ils ne constituent pas simplement une perte sèche pour leurs propriétaires. C’est aussi un gaspillage des ressources qui ont été nécessaires à leur fabrication. Et c’est un point qui est loin d’être négligeable : Isabelle Autissier précise en effet que chaque téléphone portable nécessite en moyenne, pour sa fabrication, 70 kg de matière : on parle ici des ressources globales utilisées tout au long de la filière, depuis l’extraction des métaux jusqu’à l’énergie utilisée pour la fabrication, en passant par le traitement des plastiques, le transport, l’emballage etc. Idéalement, pour ne pas nuire à la planète, il faudrait que chacun garde son portable 5 ans...

recyclage mobile
Un téléphone portable = 70kg de matière

En revanche, si ce portable connaît une seconde vie, ce taux peut être divisé par deux. Le reconditionnement, c’est justement la spécialité de Recommerce, pionnier et spécialiste de la seconde vie des mobiles en Europe. Selon Benoît Varin, cofondateur de Recommerce, réutiliser un portable permet d’économiser environ 35 kg de matière.

Enfin, si l’état de ce dernier ne permet pas sa réutilisation, ce sera au tour du groupe Suez, spécialiste de l’eau mais aussi du recyclage, d’intervenir pour « déconstruire » l’appareil puis récupérer et recycler ce qui peut l’être. Philippe Maillard, directeur général du recyclage et de la valorisation chez Suez France, indique que son groupe participe à cette opération grâce à son usine de Feyzin, aux portes de Lyon. Cette unité, ouverte en 2009, est en effet spécifiquement destinée au traitement et à la valorisation optimale des déchets d'équipements électriques et électroniques.

Concrètement, ça se passe comment ?

Chacun des 5 partenaires possède un rôle spécifique dans ce dispositif global.

Le WWF va utiliser sa crédibilité et son influence sur les thèmes environnementaux pour donner l’alerte sur l’importance du recyclage des portables dans le développement durable, un sujet particulièrement sensible aujourd’hui. Côté Bouygues Telecom, les équipes des magasins vont se mobiliser pour accueillir plus de clients et récupérer les portables usagés, constituant ainsi un réseau de plus de 500 points de collecte partout en France.

On est plus intelligents à plusieurs que tout seul, cette intelligence collective est essentielle dans le projet. Isabelle Autissier (WWF)

Pendant la durée de l’opération, Recommerce va mettre en service une liaison permanente avec les boutiques Bouygues Telecom, pour pouvoir estimer très rapidement la valeur de votre portable. Si celui-ci peut être réutilisé, il vous sera racheté par Recommerce, qui vous proposera un prix de reprise de téléphone. Dans le cas contraire, vous n’aurez pas tout perdu : Bouygues Telecom vous offrira tout de même un bon d’achat de 10€ pour vous consoler ! Par ailleurs, pour tout mobile recyclé, 1€ sera reversé au WWF.

Recommerce va ensuite « reconditionner » votre portable avant de le remettre en circulation. Il ne s’agit pas seulement d’effectuer d’éventuelles réparations, mais aussi d’en effacer toutes les données personnelles. Si les conseillers en boutiques Bouygues Telecom peuvent vous aider à vider et récupérer les données stockées sur votre portable, Recommerce vous assure de l’effacement et de la réinitialisation complète de votre appareil. L’entreprise utilise en effet des logiciels de réinitialisation et des procédures de contrôle, validés par des certifications. Celles-ci vous garantissent, à la différence du marché de l’occasion, un effacement complet des données.

Et si mon portable est HS ?

Si votre portable ne peut être réutilisé, il sera récupéré par le groupe Suez, dont les techniciens vont le « désosser » afin d’en recycler le plus de composants possible. Philippe Maillard a détaillé quelques aspects de ce processus : « Dans un premier temps, on sépare batteries et câbles, qui font l’objet d’une filière de recyclage spécifique. Ensuite, les éléments restants sont broyés : une autre façon de vous assurer de l’écrasement de vos données personnelles », plaisante-t-il. « Puis, on procède à la séparation des éléments entre métaux, plastiques, résines etc. Ce qui peut être réutilisé est trié et remis en circulation : la résine ABS, très répandue dans les portables, peut par exemple être transformée en matériau pour la construction de télécommandes. »

Et Samsung ? Impossible d’ignorer le N°1 des ventes en France et dans le monde : les mobiles Samsung représentent sur notre territoire pas moins de 40% du total des téléphones portables en circulation. Cela donne un certain poids aux efforts du groupe... Or, la contribution du géant coréen à cette opération est loin d’être anecdotique : la volonté du constructeur d’intégrer les matériaux issus du recyclage dès la conception de ses portables et smartphones constitue une étape importante du processus. Il faut savoir qu’un Samsung Galaxy S8, aujourd’hui, contient déjà 80% de plastiques issus du recyclage. Et selon Jean-Philippe Illarine, Samsung vise 90% à l’horizon 2020.

Quel enjeu pour l’avenir ?

conference bouygues
La conférence sur l'avenir du recyclage mobile avait lieu à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt

Tous les intervenants de cette conférence de presse convergent vers un constat d’urgence : la France a pris un gros retard dans le recyclage des portables. C’est évidemment très préjudiciable car, face à la demande constante des consommateurs pour toujours plus d’applications et toujours plus de rapidité, les ventes ne vont certainement pas ralentir !

Il s’agit donc d’intensifier les efforts de recyclage. C’est d’autant plus important que la filière a besoin d’atteindre des volumes conséquents pour devenir rentable.

Philippe Maillard indique que si on recyclait l’ensemble des portables vendus en une année, on atteindrait un volume de 2500 tonnes. Un chiffre qui pour lui, le spécialiste du recyclage, reste relativement restreint, et qu’il complète avec un autre chiffre étonnant : en France, on ne recycle que 25% des plastiques usagés. On voit donc que nous disposons d’une bonne marge de progression... Alors, c’est peut-être le moment de vider nos tiroirs !

Mise à jour le