Les ordres de bourse : types, fonctionnement et différences

ordres-de-bourse
Quels sont les différents ordres de bourse et comment les utiliser ?

Les marchés financiers sont aussi complexes à déchiffrer qu’intriguants. Ces derniers fonctionnent au quotidien via des ordres de Bourse qui permettent simplement d’acheter ou de vendre des actifs boursiers. Selectra décrypte pour vous ces ordres de Bourse et leurs subtilités dans le cas d’Euronext, la bourse paneuropéenne créée en 2000 par la fusion des Bourses d’Amsterdam, Bruxelles et Paris.


Les ordres de bourse : principes de base

Qu’est-ce qu’un ordre de bourse ? Définition

Un ordre de Bourse est une requête permettant d'acheter ou vendre des actifs en Bourse. Il peut être envoyé directement au marché financier, ou à un intermédiaire (courtier).

Trouvez ici le guide des ordres de bourse édité par Euronext.

Comment passer un ordre de bourse et quel est le délai d'exécution ?

Pour effectuer des opérations de bourse, il suffit d’être titulaire d’un compte chez un intermédiaire habilité à cet effet : entreprises d’investissement (sociétés de bourse ou sociétés de gestion de portefeuille), banques, caisses d’épargne, la Poste …

Passer de ordres de bourse avec une banque en ligneLes différentes banques en ligne, nouveaux acteurs sur le marché de la banque, sont des intermédiaires habilités et proposent des offres de bourse à leurs clients. Les banques en lignes proposent des tarifs d’ordre de bourse très compétitif. Pour comparer les banques en ligne, consultez notre comparatif.

stock-exchange

Les horaires des séances correspondent aux horaires d'activité des salles de marché.

Sur simple demande de la part du client, l’interlocuteur précisera les modalités pratiques à observer pour lui passer les ordres. Tous les établissements tiennent à disposition les tarifs qu’ils appliquent à leurs clients.

Cet intermédiaire indiquera également les horaires à respecter pour qu’il prenne en compte les ordres de ses clients et les délais qui lui sont nécessaires pour les présenter sur le marché.

Le délai d’exécution d’un ordre de bourse est donc variable en fonction de l’intermédiaire, d’autant plus que les intermédiaires ont une obligation de moyen, et non une obligation de résultat, en ce qui concerne la « meilleure exécution ». Ils doivent mettre en place des procédures de façon à garantir le meilleur résultat possible à leurs clients dans la plupart des cas, et non ordre par ordre. Le délai d’exécution est par conséquent variable en fonction de l’intermédiaire, mais aussi, chez un même intermédiaire, de l’ordre passé.

Comment se déroule une séance de bourse ?

L’intégralité des ordres d’achat et de vente sont entrés dans l’ordinateur central d’Euronext. Pour chaque valeur, ils sont classés par limite de prix et, à chaque limite, par ordre chronologique, au fur et à mesure de leur enregistrement sur ce que l’on appelle une “feuille de marché”.

Il existe deux types de valeurs négociéesLe déroulement d’une séance est différent selon que les valeurs soient :

  • négociées en continu : il s’agit des titres financiers les plus liquides. Ils sont négociés de manière permanente ;
  • négociées en fixing : il s’agit des titres financiers les moins liquides, c’est-à-dire les moins négociés. Ils sont cotés une (le fixing simple) ou deux (le fixing double) fois par jour.

Pour les valeurs négociées en continu, une séance se déroule de la manière suivante :

  • de 7h15 à 9h00, pré-ouverture, les ordres s’accumulent sans qu’aucune transaction n’intervienne ;
  • à 9h00, l’ordinateur procède à la confrontation de tous les ordres enregistrés et détermine le prix d’équilibre (ou fixing d’ouverture) qui permet l’échange du plus grand nombre de titres ;
  • de 9h01 à 17h25, le marché fonctionne en continu. Tout au long de la séance, l’introduction d’un nouvel ordre provoque immédiatement une nouvelle cotation dès lors qu’il existe sur la feuille de marché un ou plusieurs ordres de sens contraire dont le cours d’exécution est compatible avec celui de l’ordre entré. Dans le cas contraire, l’ordre est enregistré et placé à sa limite sur la feuille de marché ;
  • de 17h25 à 17h30, pré-clôture : les ordres s’accumulent sans transaction comme pendant la pré-ouverture ;
  • à 17h30, confrontation de tous les ordres restant pour le fixing de clôture ;
  • de 17h30 à 17h40 : négociation au dernier cours (sauf exception, le fixing de clôture). Durant cette phase, les opérateurs peuvent rentrer des ordres limités au dernier cours qui seront exécutés dès lors qu’il existe une contrepartie en attente à ce même cours.

Pour les valeurs négociées en fixing, une séance se déroule de la manière suivante :

  • de 7h15 à 10h30 : pré-ouverture ;
  • 10h30 : fixing d’ouverture ;
  • de 10h30 à 11h00 : négociation au dernier cours : seuls sont acceptés les ordres limités au cours de 10h30 qui seront exécutés dès lors qu’il existe une contrepartie en attente à ce même cours. En cas de non exécution, l’ordre participera au fixing de l’après-midi ;
  • de 11h00 à 16h00 : pré-clôture ;
  • 16h00 : fixing de clôture suivi jusqu’à 16h30 d’un phase de négociation au dernier cours.

Les différents types d’ordres de bourse en détail

Les ordres de bourse sont composés de deux parties distinctes : à l’ouverture, et en séance.

L’ordre à tout prix

À l’ouverture

L’ordre “à tout prix” est prioritaire sur tous les autres types d’ordres. Il est exécuté en totalité au cours d’ouverture. Au cas où un ordre “à tout prix” ne pourrait être intégralement exécuté, la valeur est réservée et les cotations reprennent selon les règles usuelles de réservation pour les valeurs cotées en continu : les cotations sont renvoyées au prochain fixing pour les autres valeurs.

En séance

Pendant la séance, il s’exécute au prix du marché en vigueur à l’arrivée de l’ordre. Plus précisemment, l’ordre “à tout prix” vient servir autant de limites que nécessaire sur la feuille de marché jusqu’à exécution de la quantité spécifiée. Il peut donc être exécuté à des niveaux de prix différents.

Si les quantités disponibles à l’intérieur des seuils de réservation sont insuffisantes pour que l’ordre “à tout prix” soit totalement exécuté, le système procède à une réservation. L’ordre “à tout prix” n’est pas recevable lors de la phase de négociation au dernier cours.

L’ordre “à tout prix” évite l’exécution partielle ou fractionnée. Dès qu’il y a cotation de la valeur, l’exécution totale est assurée. Attention toutefois : le prix de cette exécution n’est pas maitrisée. De plus, sur les valeurs peu liquides, il existe un risque de décalage important de cours pour les ordres dont la validité n’est pas limitée à une seule journée en cas de réservations successive.

L’ordre au marché

L’ordre “au marché” ne doit pas être confondu avec l’ordre “au prix du marché” qui existait il y a plusieurs années et qui est devenu l’ordre “à la meilleure limite”.

A l’ouverture

L’ordre “au marché” est prioritaire sur les ordres “à la meilleure limite” et sur les ordres “à cours limité” enregistrés sur la feuille de marché à ce moment-là.

Deux cas sont ensuite possibles :

  • Les quantités disponibles permettent une exécution complète de l’ordre (ou des ordres) “au marché”. Il est alors exécuté au cours d’ouverture ;
  • Les quantités disponibles ne permettent pas une exécution complète de l’ordre, et dans ce cas :
    • Pour les valeurs cotées en continu, la valeur est réservée et la phase de pré-ouverture est prolongée (une seule fois seulement). Lors du fixing établi à l’issue de cette prolongation, l’ordre “au marché” est exécuté au maximum de la quantité disponible ; le solde (ou la totalité si l’ordre n’a pu recevoir de début d’exécution) est mis en attente sur la feuille de marché avec la mention MO (ordre au marché) et la phase continue commence ;
    • Pour les valeurs cotées en fixing seulement, lorsque l’exécution partielle n’est pas possible, la valeur est réservée jusqu’au fixing suivant. A l’inverse, lorsqu’une exécution partielle est possible, l’ordre est exécuté à hauteur des quantités disponibles et le solde est mis en attente jusqu’au fixing suivant.

En séance

L’ordre “au marché” est exécuté au maximum disponible à l’instant de son enregistrement en venant servir autant de limites que nécessaire sur la feuille de marché et, le cas échéant, s’affiche pour la quantité non exécutée avec la mention MO (en cas d’insuffisance à l’intérieur des seuils de réservation).

L’ordre “au marché” n’est pas recevable pendant la phase de négociation au dernier cours. Toutefois, l’ordre “au marché” non exécuté lors du passage à la phase de négociation au dernier cours, et qui devient exécutable (en tout ou partie) pendant cette phase grâce à l’arrivée d’ordres en sens inverse est exécuté au dernier cours.

L’ordre à la meilleure limite

Auparavant appelé “au prix du marché” aussi bien à Bruxelles qu’à Paris, il est désormais appelé de façon plus explicite “ordre à la meilleure limite” et ne doit pas être confondu avec l’ordre “au marché” nouvellement créé.

À l’ouverture

L’ordre “à la meilleure limite” est un ordre limité au cours d’ouverture. Il est donc exécuté en fonction des soldes disponibles, après les ordres “à tout prix” ou “au marché” selon le cas. Il est également exécuté après les ordres limités à des prix supérieurs pour les ordres d’achat ou à des prix inférieurs pour les ordres de vente.

En cas d’exécution partielle ou de non exécution, l’ordre reste inscrit sur la feuille de marché comme ordre “à cours limité” à ce cours d’ouverture, quelles que soient ensuite les évolutions du marché.

En séance

L’ordre “à la meilleure limite” devient un ordre “à cours limité” au prix de la meilleure offre en attente s’il s’agit d’un ordre d’achat et au prix de la meilleure demande en attente s’il s’agit d’un ordre de vente. L’ordre “à la meilleure limite” n’est pas recevable lors de la phase de négociation au dernier cours.

L’ordre “à la meilleure limite” évite de peser sur les cours puisqu’il ne vient servir que la meilleure limite disponible lors de son arrivée sur le marché. En revanche, il présente des risques importants d’exécution fractionnée, surtout sur les valeurs à moyenne ou faible liquidité.

L’ordre à cours limité

L’ordre comporte un prix maximum à l’achat, minimum à la vente. Ainsi, un ordre d’achat limité à 61,05 € n’est pas exécuté aussi longtemps que le cours de la valeur est supérieur à 61,05 €. Un ordre de vente limité à 61,05 € reste en attente tant que le cours reste inférieur à 61,05 €.

À l’ouverture

Tous les ordres d’achat limités à des prix supérieurs et tous les ordres de vente limités à des prix inférieurs au cours d’ouverture sont exécutés en totalité (il n’y a pas de fractionnement possible). Les ordres limités au cours d’ouverture sont dits “à cours touché”. Ils sont exécutés en fonction des soldes disponibles selon la règle “premier entré, premier servi”.

En séance

L’exécution d’un ordre “à cours limité” est subordonnée à l’existence d’une contrepartie suffisante à un ou plusieurs prix compatibles avec sa limite.

L’ordre “à cours limité” permet de se protéger contre les fluctuations du marché.

L’ordre à tout ou rien

C’est un ordre à cours limité dont l’exécution est conditionnée à l’existence d’une contrepartie suffisante sur le marché :

  • à des prix inférieurs ou égaux à la limite stipulée de l’achat ;
  • à des prix supérieurs ou égaux à la limite stipulée de la vente.

À défaut, l’ordre “tout ou rien” est mis en réserve dans l’attente d’une exécution ultérieure.Il perd alors ses rangs de priorité par le prix et par le temps, aussi longtemps que la quantité spécifiée n’est pas disponible sur le marché.

À l’ouverture

Les ordres “tout ou rien” ne sont pas pris en compte dans le calcul du cours d’ouverture. Dès que celui-ci est déterminé, les ordres d’achat et de vente “tout ou rien” dont la limite est compatible avec ce cours d’ouverture sont confrontés entre eux.

3 cas sont alors possibles :

  • Le nombre de titres offerts et demandés “tout ou rien” s’équilibre exactement. Les ordres sont exécutés au cours d’ouverture ;
  • Le nombre de titres offerts et demandés “tout ou rien” ne s’équilibre pas exactement mais le solde de titres disponibles au cours d’ouverture permet l’ajustement des ordres “tout ou rien”. Ceux-ci sont exécutés au cours d’ouverture ;
  • Il n’est pas possible d’ajuster les ordres “tout ou rien” entre eux et avec le solde disponible à cours touché. Les ordres “tout ou rien” ne sont pas exécutés, quelles que soient la limite et la quantité stipulées de chacun d’eux.

En séance

L’ordre “tout ou rien” est instantanément confronté aux contreparties disponibles à la limite fixée.

Il existe alors 2 cas de figure :

  • Les contreparties sont suffisantes et l’ordre “tout ou rien” est exécuté en totalité ;
  • Les contreparties sont insuffisantes et l’ordre est mis en réserve.

L’ordre “tout ou rien” est soumis à deux restrictions :

  • L’opération doit être inférieure à 10 000 € s’il s’agit d’actions et 10 000 titres s’il s’agit d’obligations ;
  • Il n’est pas recevable sur les valeurs des indices AEX, BEL 20 et CAC 40 qui présentent peu de risques de fractionnement d’exécution du fait de leur forte liquidité.

 

La mention “tout ou rien” permet d’éviter l’exécution fractionnée d’un ordre tout en conservant la maîtrise du prix. Une telle mention est particulièrement utile sur les valeurs à faible liquidité, mais un tel ordre peut ne pas être exécutable quelle que soit la durée de sa validité.

L’ordre à déclenchement

Egalement dénommés ordres “stop”, les ordres à déclenchement permettent à un investisseur de se porter acheteur ou vendeur à partir d’un cours déterminé :

  • A ce cours et au-dessus de ce cours s’il s’agit d’un achat ;
  • A ce cours et au-dessous de ce cours s’il s’agit d’une vente.

Ils permettent notamment de se protéger contre d’éventuels renversements de tendance.

Par exemple, pour préserver une plus-value sur un titre acheté 45 € et cotant actuellement 64,10 €, un intermédiaire peut placer un ordre de vente à déclenchement à 62,05 €. Aussi longtemps que le cours continue d’augmenter ou d’évoluer au-dessus de 62,05 €, la vente n’intervient pas.

Au contraire, dès que le cours baisse à 62,05 € ou en dessous, l’ordre devient exécutable à ce cours ou en dessous.

De tels ordres sont dits :

  • “A seuil de déclenchement” lorsqu’ils ne comportent qu’une limite à partir de laquelle ils se transforment en ordre “à tout prix” ou “au marché”. Ce type d’ordre assure par conséquent une exécution maximale de l’achat ou de la vente mais ne permet pas d’en maîtriser le prix ;
  • “A plage de déclenchement” lorsqu’une deuxième limite fixe le maximum à ne pas dépasser à l’achat ou le minimum en deçà duquel le client renonce à vendre.

Un ordre d’achat “à plage de déclenchement” 61,20 / 63,10 n’est pas exécutable aussi longtemps que le cours est inférieur à 61,20 € et cesse de l’être dès que le cours dépasse 63,10 €.
De la même façon, un ordre de vente “à plage de déclenchement” 61,00 /58,90 n’est pas exécutable tant que le cours reste au-dessus de 61,00 € et cesse de l’être si le cours baisse en dessous de 58,90 €. Ces ordres en attente de déclenchement ne font l’objet d’aucune diffusion.

À l’ouverture

Seuls les ordres d’achat dont le seuil de déclenchement est supérieur au cours de clôture de la veille (ou du précédent fixage pour les valeurs qui ne sont pas cotées en continu) et les ordres de vente dont le seuil de déclenchement est inférieur au cours de clôture de la veille ou du précédent fixage sont exécutés. Ils sont exécutés au cours d’ouverture dans la mesure où celui-ci est compatible avec le seuil ou avec la plage de déclenchement.

En séance

Les ordres ne sont pris en compte que si leur seuil est supérieur (pour les ordres d’achat) ou inférieur (pour les ordres de vente) au dernier cours coté lors de leur arrivée sur le système central de cotation.

En séance, la réception d’un ordre à déclenchement ne provoque pas de négociation immédiate. Une transaction doit nécessairement intervenir entre l’enregistrement et le déclenchement de l’ordre :

  • A un cours égal ou inférieur au seuil pour les ordres de vente ;
  • A un cours égal ou supérieur au seuil pour les ordres d’achat.
Mis à jour le