Vie connectée : la télépathie sera-t-elle l'avenir de la domotique ?

En 2018, les avancées scientifiques donnent au présent des airs de futur de science-fiction. Récemment, des universitaires américains ont publié les résultats d’une étude prometteuse, annonçant la possibilité d’un monde où la télépathie serait une réalité. Des découvertes qui questionnent, alors que la domotique se démocratise dans un monde de plus en plus connecté.


Télépathie : quand la science rattrape la science-fiction

Qui n’en rêve pas ? Pourquoi ne pas imaginer un monde dans lequel il serait possible de dire sans parler ? D’indiquer une émotion, une intention ou même une envie sans avoir à ouvrir la bouche ? Il suffit d’ouvrir n’importe quel livre de science-fiction ou de regarder un film d’anticipation pour retrouver ce même fantasme commun : celui de la télépathie. Les dernières avancées de la science ont en outre permis d’identifier les diverses capacités du cerveau, offrant la possibilité aux universitaires de cataloguer et différencier les types de pensées existantes. Celles-ci ont rendu possibles des percées scientifiques importantes.

Scientifiques comme auteurs de SF le disent souvent : il est difficile de savoir si la science influence ce genre ou si c’est l’inverse. Sans doute y a-t-il un peu des deux. Les voitures volantes sont aujourd’hui une réalité. Mais il y a 50 ans, quand Philip K. Dick les imaginait dans son livre Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?Blade Runner au cinéma – cela relevait encore de la pure imagination.

Du coup, lorsque l’on évoque la télépathie – la capacité de communiquer par la pensée –, la première chose qui vient à l’esprit est : science-fiction. Pourtant, une récente découverte de la Docteure Andrea Stocco et des neuroscientifiques de l’Université de Washington aux États-Unis semble suggérer que le futur n’est plus si lointain. Rapidement partagée dans la revue du MIT, la nouvelle a fait le tour de la presse spécialisée.

Télépathie : une partie de Tetris prometteuse

À la vitesse à laquelle avance la recherche scientifique, les humains pourraient-ils espérer communiquer grâce à la télépathie dans les 100 prochaines années ?

Le cerveau humain est fait de connexions neuronales et ainsi, il est possible d’enregistrer son activité grâce aux électroencéphalogrammes – ou EEG. Et c’est grâce à cela que la recherche a pu progresser afin d’en comprendre le fonctionnement.

Ainsi, les chercheuses et chercheurs ont défrayé la chronique lorsque les résultats de leur nouvelle expérimentation ont été communiqués : grâce à la création d’un réseau de cerveau à cerveau – appelé BrainNet –, trois individus ont pu partager leurs pensées lors d’une partie de Tetris. S’il ne s’agit pas encore de la télépathie imaginée dans les récits d’anticipation, l’on s’en approche doucement. Comme le rappelle la revue du MIT, l’équipe de la Dre Andrea Stocco travaille depuis longtemps sur le sujet, et l’interface brain-to-brain – cerveau à cerveau en français – utilisée pour cette expérience existe depuis 2015.

Grâce à une transmission obtenue via une stimulation magnétique transcrânienne – ou TMS –, la communication est établie. Les sujets de l’étude sont évidemment équipés d’électrodes placées sur leur crâne. Ils sont tous isolés. L’un d’eux peut envoyer des données à une machine et recevoir celles des deux autres participants. Ces derniers, eux, sont seulement capables d’en envoyer. Cela peut paraître irréel mais, durant le test, ces deux personnes ont pu indiquer au joueur décisionnaire des manières de placer ses blocs, et donc lui fournir des tactiques de jeu.

[Les] résultats renforcent la possibilité de création d’interfaces entre les cerveaux qui permettrait une résolution coopérative de problèmes par les humains en utilisant une sorte de réseau social de cerveaux connectés, explique la Dre Andrea Stocco.

La stimulation magnétique transcrânienne se fait grâce à des lampes LED qui clignotent et sur lesquelles les participants doivent se concentrer. Pour faire court, ces alertes lumineuses permettent de modifier le signal envoyé par le cerveau et ainsi de communiquer avec la personne réceptrice.

Il s’agit donc d’une forme de télépathie extériorisée, non directe. De plus, l’échange de données demeure encore limité et lent. Mais cela n’en reste pas pour le moins impressionnant et surtout, annonciateur de futures révolutions scientifiques et... domotique. Car après tout, un avenir dans lequel Internet et les interfaces cerveau à cerveau seraient reliés ne paraît plus si lointain.

Télépathie : le futur de la domotique ?Pour les chercheuses et chercheurs, cela ne fait pas de doute : cette technologie pourra dans le futur permettre l’échange d’informations complexes entre un grand nombre de personnes. Et ces avancées dans la recherche intéressent aussi les géants de la communication et de la domotique, à l’instar du patron de Facebook Mark Zuckerberg. En 2017, l’homme disait réfléchir sérieusement au développement d’une interface cerveau-machine – ou ICM.
Mis à jour le