Amazon Alexa pourra-t-elle prédire les demandes des utilisateurs ?

Amazon Alexa pourra-t-elle prédire les demandes des utilisateurs ?

La dernière annonce concernant Amazon Alexa a provoqué autant d’inquiétude que d’excitation. Et si l’IA d’Amazon parvenait à anticiper nos questions ou besoins avant même qu’on les exprime ? La prochaine mise à jour de la version anglaise de l’assistant vocal pourrait bien changer la donne, et rendre les interactions plus humaines.


  • En bref : Les nouvelles fonctionnalités d’Amazon Alexa
  • Depuis plusieurs mois, Amazon travaille à l’amélioration de son IA, Amazon Alexa ;
  • L’entreprise de Jeff Bezos veut rendre les échanges entre machine et consommateurs plus humains ;
  • Pour ce faire, elle parfait sa technologie et lui donne de nouvelles fonctionnalités ;
  • La prochaine mise à jour, pour l’instant réservée à l’anglais, devrait permettre à Amazon Alexa d’anticiper les requêtes des utilisateurs ;
  • Dans un billet de blog, Amazon explique sa démarche et l’usage du deep learning afin de permettre à son IA d’atteindre plus de précision dans ses suggestions, et donc de fluidité dans les échanges ;
  • À terme, Amazon Alexa devrait pouvoir deviner les demandes « implicites » de son utilisateur dès la première question.

Assistants vocaux : une nouvelle mise à jour pour Amazon Alexa

La domotique ne cesse jamais de s’améliorer, mettant à disposition des solutions connectées toujours plus intelligentes et autonomes. Au cœur d’un écosystème domotique, les assistants vocaux ont une place centrale. L’un des leaders du marché est évidemment Amazon et sa gamme Echo. Le tout intègre l’intelligence artificielle – ou IA – du géant de l’e-commerce, Amazon Alexa, mais rappelons que l’intégration de cette technologie est loin de se limiter aux enceintes connectées.

L’intelligence artificielle utilisée par les assistants vocaux devient de plus en plus précise dans sa manière d’interagir avec les utilisateurs.

Parmi les améliorations qu’ont connues les assistants vocaux ces dernières années, la capacité d’interaction des appareils avec les êtres humains se fait toujours plus précise. Mais la prochaine mise à jour d’Amazon devrait pousser le processus encore plus loin, avec une fonctionnalité digne de n’importe quel récit de science-fiction.

Pour l’instant réservée à la version d’Alexa s’exprimant dans la langue de Shakespeare, cette mise à jour pourrait bien tout bouleverser : et si notre assistant vocal était capable d’anticiper nos requêtes ? Aucune date officielle pour le déploiement de cette nouvelle fonctionnalité n’a été annoncée à ce jour, mais des précisions ont été apportées par les équipes d’Amazon.

Amazon Alexa : quand l’IA s’humaniseEn septembre 2020, Amazon avait déjà annoncé une nouvelle fonctionnalité d’Alexa permettant aux utilisateurs d’échanger avec l’IA sans avoir à répéter le mot pour l’activer, signifiant le nouveau tournant pris par l’entreprise dans le développement de sa technologie. L’entreprise a également lancé une version bêta d’Alexa Conversations durant l’été, un ensemble d’outils facilitant l’intégration d’expériences conversationnelles sophistiquées par les développeurs, et ce en usant d’Alexa Skills.

Amazon Alexa : l’IA deviendrait-elle trop intelligente ?

La mise à jour a été annoncée dans un billet officiel sur le blog d’Amazon. Alexa intégrera donc un nouveau système d’apprentissage automatique. Concrètement, celui-ci permettra à l’IA de déduire si la question initiale de l’utilisateur implique potentiellement un suivi dans la demande – des « objectifs latents », ou « latents goals », en anglais –, rendant l’échange plus fluide. Pour Amazon, l’objectif est qu’une interaction avec Alexa « soit aussi naturelle qu’une interaction avec un autre être humain », précise le billet.

Afin d’illustrer les nouvelles fonctionnalités de leur technologie, les équipes d’Amazon donnent un exemple. Si l’utilisateur demande « Combien de temps faut-il pour infuser le thé ? », Alexa pourrait ainsi anticiper le fait de devoir mettre en marche le minuteur par la suite. L’IA pourrait donc suggérer cinq minutes d’infusion, puis proposer à l’utilisateur de démarrer un chronomètre.

Les prédictions par Amazon Alexa : révolution ou potentiel danger ?

« Des transitions comme celle-ci paraissent simples, mais en réalité, un certain nombre d’algorithmes sophistiqués s’exécutent afin de détecter les objectifs latents […] et pour les proposer aux clients d’une façon qui ne semble pas gênante. » Et en effet, Amazon explique avoir dû peaufiner sa technologie pour la rendre plus précise quant aux propositions faites par l’IA. Cela est permis grâce au deep learning, lequel contextualise l’échange avec l’utilisateur, ses usages, et détermine s’il le déclenchement est approprié pour les suggestions. Comme toujours, plus le temps passe et plus Alexa sera en mesure d’optimiser ses prédictions et donc, ses propositions.

Cette fonctionnalité d’anticipation permettrait sur le long terme de rendre l’IA plus interactive, et les échanges plus naturels. Celle-ci ne serait plus en attente constante des requêtes de l’utilisateur, mais pourrait au contraire user de ce qu’elle sait de ses habitudes pour lui proposer des solutions avant même qu’il ne les suggère. La problématique que pose cette avancée technologique est finalement intime pour les consommateurs : a-t-on vraiment envie d’utiliser une machine qui devine nos demandes « implicites » au quotidien ?

Le deep learning permet l’apprentissage automatique de l’appareil usant de l’intelligence artificielle. Avec le temps, elle apprend par elle-même et améliore ses fonctionnalités grâce à l’accumulation de données.

Mis à jour le