5G : faut-il craindre des abus ?

Alors que le déploiement du réseau 5G est en cours en France et dans le monde, l'UFC Que Choisir s'inquiète du projet de régulation de l'ARCEP. L'association estime que l'ARCEP n'a pas bien préparé le terrain et que les opérateurs risquent de profiter de la situation pour sur-vendre une 5G avec des performances inégales en France.

Des inégalités dans l'attribution des fréquences pour un réseau 5G à plusieurs vitesses

antenne réseau mobile

L'UFC Que Choisir n'est pas du tout satisfaite des mesures prises par l'ARCEP pour encadrer l'arrivée et la vente de nouveaux forfaits 5G qui devraient être disponibles pour 2020. Elle a ainsi épinglé l'ARCEP sur de multiples failles qu'elle a décelé qui pourrait induire en erreur les consommateurs sur la qualité du réseau 5G qui leur sera proposé.

La 5G, comme la 3 et la 4G avant elle, proposera des débits considérablement plus élevés. À titre d'exemple, Orange annonce des débits jusqu'à 10 fois plus rapide que ce que propose la 4G en ce moment, un film HD de 30Go prendra alors seulement 20mins à télécharger en 5G contre 1h40 en 4G. L'inquiète de l'UFC Que Choisir repose sur les débits annoncés et les débits réels qui seront bien différents selon les opérateurs et les zones.

Les fréquences attribuées au réseau 5G sont des fréquences plus hautes que celles des réseaux des générations précédentes puisqu'elles se situent entre 3490-3800MHz. Elles seront d'ailleurs mises aux enchères très prochainement par l'ARCEP et cet état de fait pourraient aboutir à ce que certains opérateurs obtiennent 100MHz alors que d'autres seulement 40MHz. En effet, le système d'enchère pour les opérateurs mis en place par l'ARCEP proposera des blocs de 40MHz puis des blocs de 10MHz avec un maximum fixé à 100MHz par opérateur.

Cette différence dans l'attribution des fréquences pour le 5G ne s'arrête pas là non plus puisque les opérateurs pourront aussi utiliser la fréquence des 700MHz qui avait déjà été attribuée par l'ARCEP fin 2015. En bref, l'UFC Que Choisir indique que les disparités de débits seront plus que notables entre les opérateurs, "cet écart deviendra en réalité abyssal puisque les débits théoriques pourront alors s’échelonner de 30 Mbit/s à plus d’1 Gbit/s !"

 

 

Vous souhaitez souscrire à un forfait 4G en attendant l'arrivée de la 5G ?

Contactez Selectra pour qu'un conseiller vous oriente parmi les offres partenaires les plus compétitives, en fonction de vos besoins

Des inégalités de fréquences pour un réseau 5G disparate

Un autre problème relié aux fréquences qu'a relevé UFC Que Choisir, c'est que leur portée des fréquences 5G situées entre 3490-3800MHz est bien moindre même si elles permettent des débits plus élevés. Qui plus est pour la première fois, l'ARCEP n'a pas fixé des objectifs pour les opérateurs en termes de pourcentage de la population couverte mais bien en termes du nombre d'antennes déployées. Les antennes 5G ayant une portée plus faible, il sera nécessaire d'en implanter beaucoup plus qu'auparavant.

Et c'est bien là que le bât blesse pour l'association de consommateurs qui, reprenant les chiffres de l'ANFR (Agence Nationale des Fréquences), constate que Free, qui dispose de plus de 13 000 antennes en France, ne couvre que 93% de la population française. Or l'ARCEP impose seulement 12 000 antennes par opérateur avec une échéance fixée au 31 décembre 2025, selon l'association de consommateurs, "il est certain que le respect de l’obligation minimale aboutirait à rendre la « bonne » 5G disponible pour probablement moins de 90 % des consommateurs."

Ce système de contrôle basé sur le nombre d'antennes et non le pourcentage de la population couverte pourrait aussi d'avoir un autre effet pernicieux. Les opérateurs risquent ainsi de se concentrer sur les zones les plus denses, plus lucratives, et délaisser d'autres zones plus rurales qui se verraient alors priver indéfiniment d'une "vraie" 5G.

La 5G est-elle dangereuse pour la santé ?Pour les plus inquiets, nous vous invitons à consulter notre article sur le rapport de la FCC sur la 5G et les effets des ondes électromagnétiques sur la santé.

Finalement, c'est aussi l'absence de réglementation sur la commercialisation et la promotion des nouveaux forfaits 5G qui pose problème. En effet, les opérateurs pourront annoncer la 5G sans avoir à préciser la qualité de celle-ci, alors que concrètement certaines 5G offriront un débit inférieur à celle de la 4G. Les opérateurs ont de plus déjà clairement annoncé leur intention de majorer le prix des forfaits 5G par rapport aux prix actuels.

Créé le