Menu

Tarifs bleus : vers une hausse des prix de l'électricité en février 2019 ?

Le tarif bleu de l'électricité pourrait augmenter de 3 à 4% dès février.

Alors que les manifestations des "gilets jaunes" contre la hausse des carburants font rage depuis environ deux semaines, un autre dossier sensible arrive sur le haut de la pile pour le gouvernement. Il s'agit de la potentielle réévaluation à la hausse des prix de l'électricité ; elle pourrait avoir lieu dès février 2019. 

Une possible augmentation de 3 à 4%

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) — qui a un rôle majeur dans la détermination du tarif bleu de l'électricité, devrait envoyer d'ici peu une nouvelle proposition au gouvernement. L'autorité indépendante indiquait hier sur son site :

Par ailleurs, en application du code de l’énergie la CRE proposera au gouvernement au mois de février 2019 une évolution des tarifs réglementés de vente électricité en vue d’un ajustement de début d’année. Ces tarifs respecteront les dispositions en vigueur permettant à ceux-ci d’être contestables alors même que l’atteinte du plafond ARENH en l’absence d’évolution du tarif de 42€ est un élément nouveau qui incite fortement à une réflexion sur l’avenir du dispositif, comme l’a annoncé le Président de la République.

D'après l'Opinion, cette évolution se traduirait par une hausse dès le 1er février 2019 des tarifs réglementés de l'électricité, entre 3 et 4%. Ces tarifs sont commercialisés par EDF. Une augmentation qui aurait des répercussions sur la facture des consommateurs encore clients du tarif bleu, soit 80% des ménages. 

La dernière hausse du prix de l'électricité date de février 2018. Les tarifs avaient alors augmenté de 0,7%. Ils avaient ensuite été revus à la baisse en août 2018, à hauteur de 0,5% (en savoir plus sur l'historique de la hausse des tarifs réglementés).

La CRE doit transmettre une proposition à l'État qui a ensuite 3 mois pour s'y opposer.

Un impact global pour l'ensemble des consommateurs ?

Dans un communiqué commun publié le 30 novembre, l'ANODE et l'AFIEG, deux associations qui regroupent des fournisseurs concurrents d'EDF, ont alerté sur l'augmentation à attendre prochaine des prix de l'électricité.

Ainsi, l’atteinte du plafond de l’ARENH génère une augmentation du prix de l’ensemble des offres de l’opérateur historique, aussi bien au tarif réglementé qu’en offre de marché et aura donc pour conséquence de renchérir globalement le prix de la fourniture d’électricité de l’ensemble des consommateurs français au seul bénéfice d’EDF.

Les autres postes énergétiques également en hausse sur la longue durée

L'électricité est loin d'être le seul poste de dépense en hausse. Le gaz n'a cessé de subir des augmentations depuis quelques mois pour enfin baisser de 2,4% au mois de décembre. Une baisse qui ne compensera pas les augmentations des 7 derniers mois. Il continuera donc à peser sur la facture des ménages (en savoir plus sur l'évolution des prix du gaz). 

Sans compter les prix des carburants et du fioul, qui à la hausse, font monter la grogne des automobilistes et notamment des "gilets jaunes". D'après un sondage Elabe réalisé pour le compte de BFMTV, les "gilets jaunes" sont soutenus par 75% de la population de l'Hexagone. Accepter une hausse des prix de l'électricité pourrait donc se révéler à hauts risques pour le gouvernement. 

Comment faire pour ne pas voir mes factures d'énergie augmenter ?

Toutefois, si l'éxecutif venait à accepter les propositions de la CRE, les ménages peuvent tout de même essayer de ne pas voir leur budget énergie exploser. Pour maintenir au même niveau ses factures, voire les faire baisser, il est possible de passer à une offre à prix fixes pour le gaz et l'électricité. Une bonne nouvelle au moment où les fêtes de fin d'année approchent et occasionnent généralement davantage de dépenses pour les foyers français. 

Mise à jour le