Procédures pour impayés en hausse de 17% : le Médiateur National de l'Energie inquiet

Coupure
Les coupures et réductions de puissance au motif d'impayés ont augmenté entre 2018 et 2019 si l'on en croit les services du Médiateur National de l'Energie.

Le Médiateur National de l'Energie (MNE) a annoncé hier avoir recensé une forte augmentation des interventions pour factures impayées en 2019. Il enregistre plus de +24% de coupures ou réduction de puissance pour l'électricité et +16% pour le gaz par rapport au niveau de 2018. Des chiffres inquiétants selon lui, datant d'avant le début de la crise sanitaire.


Un bond des interventions pour impayés

Les interventions pour impayés ont grimpé de 17% entre 2018 et 2019. C'est plus de 4 fois plus qu'entre 2017 et 2018 (+4,2%). Selon Olivier Challan Belval, Médiateur National de l'Energie, il s'agit là d'un "signal à prendre très au sérieux".

"En 2019, alors que la crise sanitaire n’avait pas encore frappé les ménages français, une hausse de 17% des interventions pour impayés a été enregistrée."
Médiateur National de l'Energie - 3 juin 2020

D'autant plus que, face aux factures impayées, le Médiateur constate que certains fournisseurs préfèrent "résilier purement et simplement les contrats de leurs clients" plutôt que procéder à une réduction de puissance ou une coupure temporaire.

Le Médiateur leur rappelle qu'en vertu du décret n° 2008-780 du 13 août 2008, les fournisseurs sont obligés de désigner un "correspondant solidarité-précarité" en charge des relations avec les services sociaux et les associations de défenses des consommateurs.

facture d'électricité

Quelles perspectives pour 2020 ?

Pour 2020, la trêve hivernale a été prolongée jusqu’au 10 juillet suspendant les coupures de courant ou de gaz. En revanche, elle n'empêche pas les réductions de puissance sauf pour les ménages bénéficiaires du chèque énergie.

Et, il y a fort à parier qu'avec la crise sanitaire, les difficultés soient grandissantes pour les familles françaises. A la fin de son communiqué, le médiateur souligne qu'en 2018, 7 millions de personnes étaient victimes de la précarité énergétique.

Lutte contre la précarité énergétique : quelles sont les solutions du Médiateur ?

Le MNE appelle à la création d'un "fournisseur de dernier recours" pour les ménages ne pouvant plus souscrire en raisons de problèmes financiers.

De plus, il demande à l'Etat de se saisir du sujet des passoires thermiques en rendant obligatoire un seuil minimal de performance énergétique pour autoriser la mise en location du logement. En effet, une mauvaise isolation impacte fortement la facture d'énergie, obligeant les ménages à surchauffer. Contre cela, il faut engager des travaux de rénovation thermique.

La Fondation Abbé Pierre considère qu'un logement bien isolé peut induire 60% d'économies d'énergie, soit jusqu'à 900 euros de gagnés sur la facture énergétique.

Que faire en cas de difficultés sur les factures de gaz ou d'électricité ?

En cas de difficultés de règlement, il est important de ne pas laisser s'accumuler les factures impayées. La première chose à faire reste de contacter son fournisseur d'électricité. Celui-ci peut proposer aux ménages un échéancier de paiement.

Ensuite, si aucun accord n'est trouvé avec le fournisseur, il est possible de se tourner vers les services sociaux. Ils ont pour vocation d'aider les ménages à demander les aides auxquelles ils ont droit et notamment à monter un dossier "Fonds Solidarité Logement".

Enfin, les familles en difficultés peuvent aussi appeler les caisses d'allocation familiales (CAF) ou certaines associations comme la Fondation Abbé Pierre. Ils les accompagneront pour trouver une solution.

Mis à jour le