COP21 : Ça va chauffer au Bourget grâce à Engie !

La filiale services énergétiques du fournisseur historique de gaz Engie (ex-GDF Suez) a construit une chaudière à condensation haute performance pour alimenter en partie la COP21, qui se déroulera au Parc des expositions du Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015.

La filiale d'Engie assurera le chauffage de la moitié des installations lors de la fameuse conférence mondiale sur le climat, la COP21, grâce à une chaudière à condensation alimentée par du biogaz et du bio-méthane.

Elaboré il y a tout juste un an, le projet validé en interne a fait l'objet d'un contrôle du ministère des Affaires Etrangères avant de voir sa construction débuter en 2015. Une construction qui aura duré trois mois et a vocation a durer dans le temps comme le déclare Eric Lamendour, directeur des marché tertiaires d'une filiale d'Engie : "Il faut bien noter que cette chaudière n'est pas une opération ponctuelle [...] il s'agit au contraire d'une installation pérenne."

Engie marque doublement le coup en proposant une chaudière innovante, consommant 20% d'énergie en moins qu'une chaudière classique et grâce à laquelle la production de gaz à effet de serre sera également réduite de 20%.

Depuis le début, le groupe est un partenaire majeur de l'organisation de la COP21. Sur le plan opérationnel, nous avons donc réfléchi à proposer une initiative industrielle la plus pertinente, c'est-à-dire épousant toutes les préoccupations de la conférence, en termes à la fois de consommation maîtrisée, de réduction des émissions de CO2 et de diminution des oxydes d'azote.

Éric Lamendour, directeur des marchés tertiaires de la filiale d'Engie

Le projet aura coûté plusieurs centaines de milliers d'euros au géant industriel qui contribuera également à l’approvisionnement de la chaudière à hauteur d'1,1 GWh de biogaz pendant toute la durée de la manifestation.

Engie : équipementier de haute voltige Ce n'est pas la première fois que le groupe Engie fait valoir ses talents en matière de construction de manifestations mondiales : il avait déjà construit, dans le cadre des JO de Londres, une partie des équipements chaleur et froid. Ils continuent d'être utilisés aujourd'hui.

Mis à jour le