Baromètre de l'énergie 2017 : le marché français de l'énergie toujours mal connu des consommateurs

Logo du médiateur national de l'énergie
Logo du médiateur national de l'énergie

La onzième édition du baromètre Energie-info vient tout juste de paraître. L'occasion de passer en revue les chiffres de cette édition 2017, et d'étudier les changements des habitudes des français et du marché de l'énergie.


La consommation d'énergie : un sujet moins préoccupant au fil des années

Même si la consommation d'énergie est toujours un sujet préoccupant pour de nombreux ménages français, il ne cesse de baisser depuis 2012 : à cette époque, 79% des Français se disaient préoccupés par leur consommation d'énergie, contre 68% aujourd'hui.

Paradoxalement, les dépenses d'énergie constituent plus que jamais une part primordiale du budget des ménages : l'an dernier, 56% des foyers considéraient la part accordée à ces dépenses comme importante. Aujourd'hui, 66% des foyers sont de cet avis : cette augmentation flagrante est à mettre en lien avec le nombre toujours grandissant de ménages restreignant leur consommation d'énergie afin d'alléger leurs factures. Cette pratique concerne un tiers des ménages, avec une concentration parmi les habitants de grandes agglomération et les jeunes.

Le marché de l'énergie reste obscure pour 50% des consommateurs 

L'un des problèmes révélés par ce baromètre de l'énergie est la chute de la connaissance au droit de changer de fournisseur d'énergie : si pour l'électricité, ce taux reste à peu près constant -50%, avec une baisse de deux points par rapport à l'an dernier, celui du gaz est en chute libre -49%, soit 5 points de moins que l'an dernier, et 11 de moins qu'il y a deux ans.

Malgré tout, une hausse de la compréhension globale du marché a été notée, même si elle reste basse : par exemple, seul 33% des sondés savent qu'ENGIE et EDF sont des entreprises différentes ET concurrentes. 

Le changement de fournisseur d'énergie : une possibilité mieux connue des ménages

53% des français pensent désormais connaître les démarches pour changer de fournisseur d'énergie. A noter que ce chiffre est plus bas chez les plus de 65 ans, et chez les habitants de communes de moins de 2000 habitants.

On peut constater une fracture quand on demande aux français s'il est simple de changer de fournisseur d'énergie : 55% répondent que oui, un tiers que non. Parmi les idées reçues, 20% des sondés pensent que changer de fournisseur est payant, tandis que 17% s'attendent à des coupures d'énergies.

Toujours au rang des connaissances, un tiers des français déclare connaître le médiateur national de l'énergie et/ou le service Energie-Info.

Enfin, une hausse de la connaissance des tarifs réglementés a été constaté -grâce au débat de cet été sur leur suppression- : 46% des français en ont entendu parlé, contre 42% l'an dernier et 36% en 2011.

Et l'électricité verte ?

54% des français sont favorables à l'électricité verte si les prix ne sont pas plus élevés qu'une offre classique. Ce chiffre monte jusqu'à 67% chez les français connaissant leur droit à changer de fournisseurs. 

Ce chiffre tombe à seulement 10% si jamais cette offre verte doit être plus cher qu'une électricité classique. 

  • Les chiffres à retenir du onzième baromètre de l'énergie
  • 68% des français sont préoccupés par leur consommation d'énergie
  • 53% des français disent connaître les démarches pour changer de fournisseur d'énergie
  • 55% des français trouvent simple les procédures pour changer de fournisseur
  • 54% des sondés sont favorable à une électricité verte -si elle n'est pas plus chère-
  • 33% des français savent qu'ENGIE et EDF sont des entreprises différentes et concurrentes
  • 46% des français connaissent l'existence des tarifs réglementés
  • Un tiers des interrogés connaissent le médiateur national de l'énergie et/ou le service Energie-Info

Le baromètre Energie-info est organisé par le médiateur national de l'énergie. L'enquête a été réalisée du 5 au 25septembre 2017, auprès d'un échantillon représentatif de 1500 foyers français.

Mis à jour le